Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 17:26

Et si je te disais


Si je te disais

Ton visage de demain

Gravé à la cime de nos Pitons

Nos trois Cirques marrons

Se donneront la main pour fêter

Ton retour à la terre

Ton retour à la sueur

Ton retour au sang de tes veines

Ton retour à la femme tendresse

Qui se réveille à quatre heures du matin

Pour préparer ton repas du jour

Sur le feu de bois

Sur le feu d'amour

Tandis que le dernier-né sommeille encore

Dans la chaleur de son corps

Evanoui dans la nuit

Des clairs matins

Le coeur crépite à l'aube du jour nouveau

Le regard flamboie

Les mains se réveillent au galop

Se jettent à l'assaut

Des gestes familiers qui font danser

Le soleil en son reposoir

Car seul le couchant ramènera tes pas

A ta case le soir


Si je te disais

Réunionnais

Petits Blancs des Hauts

Malabars de Champ-Borne et de Grand-Bois

Cafres du Littoral accidenté

Z'arabes des villes et des mosquées

Chinois de la rue Sainte-Anne des quartiers

Zoreil de la Métropole créole

Si je vous disais

Votre visage de demain

Scellé dans le ciment de l'Atome

A votre courage

A vos sourires

A vos ancêtres

A vos racines iliennes

Qui n'ont pas oublié la terre de vos mains

Vous vous reconnaîtrez à votre âme

Comme un père reconnaît son fils

Comme la mère reconnaît son chant

Comme le temps naît au beau temps

Comme l'avenir se bâtit au présent

Vous vous reconnaîtrez mille mains

Car il n'est pas d'autre chemin


Si je vous disais

La parole entendue

Le souffle du lagon

Nous danserons au pays des Cirques

Ils se réveillent sous nos pas

Et grandissent dans nos combats

Nous les ferons courir du sud au nord

Des îles aux continents

De l'orient à l'occident

Car nous serons ce rêve éveillé

Qui féconde le monde

Ce cyclone libéré

Qui laboure le ciel

Aux cris des bâtisseurs éternels


En avant âme frangipane

En avant en amont des cascades

En avant amants d'une île

Qui nous ouvre ses flancs

Pour de libres épousailles

En avant flamme océane

Nous ferons chanter la rose des bois.


Le Cri du lagon, 1981

Jean-François Sam-Long

Partager cet article

Repost 0

commentaires