Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 14:16
Conversation avec Paul Vergès - 4/4 -
« Nous ouvrons une nouvelle ère de civilisation »
Voici la 4ème et dernière partie de l'entretien accordé par Paul Vergès à Patrick Singaïny (voir nos éditions depuis samedi). Après la question de la mémoire de l'esclavage, celle de l'identité culturelle réunionnaise et celle du développement durable, cette conversation se termine par l'évocation de notre avenir...
Patrick Singaïny : Votre obsession, c'est l'égalité.

Paul Vergès : C'est notre avenir. Tout à l'heure, je posais cette question : comment allons-nous vivre économiquement et de façon égalitaire avec les pays de la COI ? Eh bien, en nous appuyant sur nos avantages spécifiques ! Le nôtre est celui de la formation.
Vous n'avez pas répondu finalement à la question : n'êtes-vous pas en train de faire rejouer aux Réunionnais leur naissance par les missions de la MCUR ?

Les Réunionnais sont en devenir. Il faut susciter les conditions d'un accouchement, mais un accouchement organisé et orchestré par les Réunionnais eux-mêmes. Quand ils vivront les valeurs exaltées par la Maison des Civilisations et de l'Unité Réunionnaise et qu'ils verront que ce n'est pas une utopie, mais la réalité, je pense qu'ils seront enchantés et transformés.
À cause des siècles d'esclavage et de colonisation, les Réunionnais conservent les stigmates d'une personnalité intravertie. Ils pensent, pour se conformer aux préjugés coloniaux : « le colonisé est hypocrite », « il ne dit pas ce qu'il pense », « quand il dit oui, il faut comprendre non ». La Maison des Civilisations et de l'Unité Réunionnaise contribuera à aider les Réunionnais à sortir d'eux-mêmes et à montrer les valeurs créatrices qu'ils ont forgées malgré des siècles d'humiliations, de douleurs et de tragédies.
Peut-on être autre dans un ensemble français (quand on n'est pas maître de son parcours) ? Peut-on encore considérer aujourd'hui que la loi de départementalisation consentie par la France est un acte de fondation ? Aujourd'hui, peut-on la considérer dans notre présent comme émancipatrice ? N'a-t-on pas besoin d'une autre utopie émancipatrice plus en rapport avec la situation d'aujourd'hui ?

Je vous ai dit tout à l'heure que les auteurs de la loi du 19 mars 1946 voulaient en finir avec les inégalités sociales issues de la colonisation. Le mérite de cette loi a été de créer les conditions objectives pour atteindre très rapidement cette égalité.
L'égalité sociale a été réalisée avec les dernières lois sociales en 1996. Un demi-siècle tout de même pour la conquérir intégralement ! C'est long sur l'échelle d'une vie humaine, même s'il faut l'apprécier à l'échelle du temps historique.
Cependant, il importe que cette égalité institutionnelle soit dépassée. On ne peut pas, par exemple, demander que cette loi égalitaire nous permette de dépasser le niveau du SMIC. Tout ce qui a constitué l'arsenal des revendications sociales de La Réunion n'est plus actualisable depuis 1996.
Nous devons donc continuer notre marche vers le progrès en dépassant ce contenu de la loi de 1946 tout en nous appuyant sur elle pour créer une nouvelle étape vers l'appropriation d'une égalité non seulement sociale mais aussi culturelle. Cela ne signifie surtout pas uniformisation, mais accomplissement de ce que nous portons en nous.
Co-développement, MCUR...

Exactement. On parle beaucoup de développement durable. Les pays qui ont connu la loi de 1946 et qui ont épuisé les revendications de progrès social doivent réfléchir à cette nouvelle étape.
Comment un pays balayé toute l'année par les alizés pouvait n'avoir aucune éolienne ? Comment une île baignée par l'océan pouvait ne pas utiliser l'énergie de la mer ? Comment un pays dont le soleil est un argument majeur pour les touristes pouvait-il ne pas voir que c'est, pour lui, la source d'énergie la plus importante ? Nous allons utiliser toutes ces énergies !
Notre objectif est l'autonomie énergétique de La Réunion en 2025, par l'utilisation des chutes d'eau, du vent, du soleil, de la mer, de la chaleur du volcan. Actuellement, nous avons en projet, dans le Sud de La Réunion, une centrale utilisant la houle de l'Antarctique qui vient mourir sur nos côtes et qui est une force permanente. Outre l'énergie mécanique des vagues, nous allons utiliser la différence de température entre les eaux de surface et les eaux profondes (ETM : l'énergie thermique de la mer). Nous pouvons espérer bannir les climatiseurs sur le littoral en utilisant l'eau des profondeurs, qui est à 5 degrés.
Nous avons l'ambition d'être le premier territoire du monde habité par des êtres humains qui vont assurer leur croissance économique uniquement par des énergies propres, des énergies renouvelables. C'est la rupture avec un modèle occidental vieux de deux siècles et l'aube d'une nouvelle ère de civilisation. Par cette combinaison du rééquilibre démographique, du rééquilibre technologique, scientifique, de la reconnaissance de l'égalité culturelle, nous ouvrons une nouvelle ère de civilisation.
Aux Antilles et en Guyane, peu après l'instauration du régime départementaliste, la recherche d'un nouveau statut s'est imposée rapidement et dans une certaine clarté. Ici, il n'en a jamais été question. Mais comprenez-vous qu'on ait pu et qu'on veuille en venir à ce nouveau statut que finalement Césaire n'a jamais réprouvé ?

Dans les années 1957-59, les forces progressistes des Antilles, de la Guyane et de La Réunion ont fait la promotion d'un statut d'autonomie. Pour nous, c'était à la fois la tentative de conserver les avantages d'une citoyenneté française et d'assurer la responsabilité réunionnaise, c'est-à-dire la conduite de nos propres affaires.
Aujourd'hui, avec les transformations du monde et la mondialisation des économies, on a dépassé le stade de la correspondance mécanique entre une économie nationale et un État-Nation. La grande discussion actuelle porte sur le modèle qui permettra de concilier la mise en commun des forces productives du monde et la défense de la caractéristique nationale.
Dans ce grand débat mondial, il s'agit pour nous non pas de renoncer aux avantages de notre citoyenneté française, mais d'affirmer que nous sommes une réalité humaine inscrite dans une réalité géographique et géopolitique spécifique. Trouvons donc la solution de conciliation ! Là est la solution d'avenir. Nous pensons que, nous, à La Réunion, devons approfondir notre histoire, celle de l'esclavage, de l'engagisme, de la colonisation non pas pour ne pas en bouger, mais pour en tirer les enseignements et pour créer nous-mêmes notre développement durable.
Chercher ce qui correspond à la fois à nos aspirations passées et aux nécessités de l'avenir, forger un nouveau modèle de développement, telle est la responsabilité de notre génération. Nous ne désespérons pas que notre mode de développement que nous sommes en train de construire soit non pas un modèle mais un exemple. La période esclavagiste a été dépassée par la période coloniale, qui elle-même a été dépassée par la revendication d'intégration. Aujourd'hui, nous sommes à la fin des limites de la départementalisation et nous devons, en fidélité à notre passé, forger un avenir qui ne soit pas le prolongement mais, au contraire, le dépassement vers un nouveau modèle. Là est notre responsabilité politique présente.
Dans un entretien que j'ai eu avec Aimé Césaire en 2001, à propos de la nécessaire différenciation entre racine (enracinement) et origines (composantes ancestrales), entre la martiniquanité et la stratification du peuplement martiniquais, il m'a demandé laquelle des parties était, selon moi, la plus importante. Je lui avais répondu « racine » ; lui, index levé et dans le même instant, « origine » (sans le pluriel). Et vous, Paul Vergès, que répondriez-vous ?

Césaire exprime là son profond ressenti, sa qualité de Martiniquais habité par sa négritude. Pour lui, c'était, bien que périlleux à exprimer à l'époque, une évidence. Pour nous, Réunionnais, la négritude ne peut être la seule clé d'entrée à l'affirmation de soi ; il y a également à prendre en considération d'autres clés : le caractère chinois, le caractère indien, le caractère européen, etc... Nos composantes sont différentes. Quand on parle de racines, lesquelles désigne-t-on ?
Un journal avait exhumé l'existence d'une ancêtre malgache commune au Président Pierre Lagourgue et à moi-même. Quand je lui en ai parlé, il m'a répondu que c'était là notre fierté commune. Je trouve fantastique que Pierre Lagourgue, qui pouvait être classé comme « gros Blanc », ait considéré cette ascendance comme un enrichissement. Cette prise de conscience des Réunionnais, qui est passée de la déification du Blanc au 17ème siècle à la reconnaissance de leur intraculturalité, est un apport historique.
Nous sommes un mélange. Dans la composante de notre identité, l'Histoire ne nous a pas apporté une seule origine, car les générations cumulées nous donnent en partage toutes les valeurs de l'Afrique, de l'Asie et de l'Europe. C'est une chance extraordinaire : nous sommes tous des descendants d'étrangers, tous des descendants d'immigrés, et c'est notre fierté.
« Nous ouvrons une nouvelle ère de civilisation »
Témoignages du mercredi 7 janvier 2009 (page 3)
http://www.temoignages.re/article.php3?id_article=34420

Partager cet article

Repost0

commentaires