Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 08:52
source : émission Empreintes France 5, 9 novembre 2007

« nègre je suis, nègre je resterai ! »

Le 17 avril prochain, il y aura un an qu'Aimé nous a quittés. A 94 ans. Les rényonés apprécient la poésie de Césaire alors même que la notion de négritude laisse de côté leur part asiatique. Les luttes pour l'émancipation ignorent les frontières et la commémoration de l'abolition de l'esclavage le 20 décembre s'appelle même « fête caf » à Saint-Denis (voir billet suivant)

Le 30 juillet dernier, dans mes 25 kgs de bagages, je n'avais pas oublié l'oeuvre poétique volcanique de ce nègre fondamental. Peut-être parce que j'entends encore mon grand-père et parrain danois exilé aux Etats-unis, en Espagne puis en France dire : « nous sommes des nègres blancs ».


Depuis Akkad depuis Elam depuis Sumer


Eveilleur, arracheur,

Souffle souffert, souffle accoureur

Maître des trois chemins, tu as en face de toi un homme qui a beaucoup marché.

Depuis Elam. Depuis Akkad. Depuis Sumer.

Maître des trois chemins, tu as en face de toi un homme qui a beaucoup porté.

Depuis Elam. Depuis Akkad. Depuis Sumer.

J'ai porté le corps du commandant. J'ai porté le chemin de fer du commandant. J'ai porté la locomotive du commandant, le coton du commandant. J'ai porté sur ma tête laineuse qui se passe si bien de coussinet Dieu, la machine, la route - le Dieu du commandant.

Maître des trois chemins, j'ai porté sous le soleil, j'ai porté dans le brouillard j'ai porté sur les tessons de braise des fourmis manians. J'ai porté le parasol j'ai porté l'explosif j'ai porté le carcan.

Depuis Akkad. Depuis Elam. Depuis Sumer.

Maître des trois chemins, Maître des trois rigoles, plaise que pour une fois - la première depuis Akkad depuis Elam depuis Sumer - le museau plus tanné apparemment que le cal de mes pieds mais en réalité plus doux que le bec minutieux du corbeau et comme drapé, des plis amers que me fait ma grise peau d'emprunt (livrée que les hommes m'imposent chaque hiver) j'avance à travers les feuilles mortes de mon petit pas sorcier


vers là où menace triomphalement l'inépuisable injonction des hommes jetés aux ricanements noueux de l'ouragan.

Depuis Elam. Depuis Akkad. Depuis Sumer.

 

Aimé Césaire

Soleil cou coupé (1947)

p188 Seuil, ed 2006


Partager cet article

Repost 0

commentaires