Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 18:08

Dans son billet d'aujourd'hui, Pierre Assouline invite la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche à renoncer à ne voir la Recherche que sous le seul angle du profit et de l'entreprise, et à méditer ces paroles de Pierre Joliot, professeur honoraire au Collège de France et ancien titulaire de la chaire de Bioénergétique cellulaire. Etant donné la surdité ministérielle, les recopier ici ne peut pas nuire.

Extrait de L'avenir de la recherche, la recherche pour l'avenir (CD A voix haute, Gallimard/Collège de France) :

 "[...] Il est bien évident que la recherche appliquée se nourrit des découvertes de la recherche fondamentale, et que la recherche fondamentale ne pourrait pas progresser s'il n'y avait pas les progrès de la recherche appliquée. Donc, ces deux activités sont indissociables, mais sur le plan de la méthode de travail, ce sont deux activités radicalement différentes. Et ceci est très difficile à expliquer, tout particulièrement aux politiques. C'est une notion qui est totalement refusée par les politiques, qui veulent savoir pourquoi ils donnent de l'argent à un certain domaine de recherche. Et néanmoins, si l'on regarde l'histoire des civilisations, on s'aperçoit que les découvertes qui ont eu le plus de conséquences sur le plan des applications sont les découvertes de recherche fondamentale dont les auteurs n'avaient pas la moindre idée des conséquences que pouvaient avoir leurs découvertes [...]

  "Il faut savoir qu'il faut maintenir un effort de recherche dans toutes les directions. On ne sait pas quelles sont les disciplines qui portent en elles des espoirs d'application et, parallèlement, il faut pratiquer une recherche appliquée et là, la démarche est totalement différente dans la mesure où on s'appuie sur des connaissances bien établies, sur des concepts bien établies, sur des concepts bien connus, et là, la notion de programmation est tout à fait défendable et justifiable. Je terminerai en disant que j'oppose totalement la pratique de la recherche fondamentale et la pratique de la recherche appliquée, mais je pense qu'il est bon, dans la mesure du possible, que les mêmes chercheurs pratiquent les deux types de recherche. J'ai pratiqué dans ma vie ces deux types de recherche, eh bien, c'était, sur le plan de mon équilibre mental, un facteur de stabilisation [...]

   "L'alternance de ces deux formes d'activité m'ont été à la fois très utiles sur le plan de l'efficacité de ma recherche [...] et un facteur de stabilité mentale. Parce que, l'on recherche la créativité, on doit accepter l'échec. On doit accepter de faire beaucoup d'erreurs, et ces erreurs, ces échecs, sont souvent très difficiles à supporter. Donc, d'avoir parallèlement des programmes de recherche appliquée qui sont menés d'une manière plus continue, d'une manière plus contrôlée, m'ont beaucoup aidé, même pour ma recherche fondamentale".

Partager cet article

Repost0

commentaires