Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 17:31


Affrontement (L'Express de Madagascar le 7 mars)

Un troisième mort à Ambositra


 http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=24922

Après les deux victimes, suite aux tirs des forces de l'ordre à Antamponivinany mardi, une autre personne est tombée sur le champ de bataille hier à Ambositra. Il s'agit d'un garçon de 18 ans tué par balle dans le ventre lors de l'affrontement entre les éléments armés et les manifestants contre le régime de Marc Ravalomanana. Deux manifestants sont aussi blessés.
Une trentaine d'éléments venant de Fianarantsoa, selon une source sur place, ont ainsi réussi à franchir le barrage installé à Amoron'Isaha hier à 9 heures trente. Ils se sont livrés tout de suite à la dispersion des manifestants en lançant des grenades lacrymogènes et en procédant à des tirs en l'air.
Une opération qui s'est poursuivie jusqu'au quartier peuplé. Le face-à-face entre les deux camps est devenu musclé en pleine ville. « Ce jeune homme a été atteint par une balle des militaires à une distance de 600 mètres », a soulevé Mamy Josoa, co-dirigeant du Comité de soutien pour la démocratie d'Amoron'i Mania (KMDA).
La même source a révélé qu'un groupe de personnes s'est vengé sur un militaire, ainsi pris en otage. Ces gens, sous le coup de la colère, ont coupé l'oreille de cet élément des forces de l'ordre avant de le libérer.
Compte tenu de cet état de chose, le KMDA a décidé de jouer l'apaisement en ordonnant pour le moment l'ouverture des barrages.
Mamy Josoa a confié pour ce samedi que le meeting qui se tiendra à Antamponivinany, normalement en présence de la délégation dirigée par l'ancien président de la République Albert Zafy, se déroulera pendant l'hommage à la victime.
  Fano Rakotondrazaka
Date : 07-03-2009



Assaut à Ambatobe (L'Express de Madagascar le 7 mars)

Les forces de l'ordre ont dû intervenir hier pour libérer plusieurs centaines d'élèves du lycée français d'Ambatobe bloqués par la population. La délivrance a eu lieu après quelques heures d'affrontement.
 http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=24918

Les forces de l'ordre ont lancé une offensive à Ambatobe, quartier où réside Andry Rajoelina, « président de la Haute autorité de la transition (HAT) ». Avec le bouclage des périmètres autour du domicile du fondateur du Tanora malaGasy vonona (TGV), le gouvernement lance un sérieux avertissement à l'ancien maire d'Antananarivo.
Des colonnes de fumée noire sont visibles des quartiers voisins d'Ambatobe jusqu'à Ankorondrano, témoignant de l'intensité de l'opération. Et les coups de feu, qui ont retenti jusqu'à Ampasampito, ont été entendus pendant des heures en fin d'après-midi.
Et pour cause, l'opération menée par les forces de l'ordre était d'envergure. Vers 16 h 30, un convoi militaire composé de quatre voitures 4x4, deux minibus et autant de camions transportant des troupes, ont arpenté Analamahitsy. Bénéficiant d'un renfort d'éléments à bord de quatre camions supplémentaires, ils ont commencé à démanteler les barrages de fortune érigés par les partisans de Andry Rajoelina tout au long de la route menant vers Ambatobe.
Les éléments de l'état-major mixte opérationnel (Emmo/nat) ont dû faire face à la résistance des partisans de Andry Rajoelina. Ceux-ci leur jettent des pierres, et parfois des cocktails Molotov. L'Emmo/nat a riposté par des tirs en l'air et en lançant des bombes lacrymogènes pour disperser la foule, grapillant du terrain pouce par pouce. De telles scènes se sont répétées pendant les deux heures d'affrontement. Le face-à-face a baissé d'intensité et presque cessé vers 18 h 30, le temps pour les forces de l'ordre d'évacuer les élèves du lycée français.
Un officier, présent sur les lieux, a fourni des explications officielles sur les objectifs de l'opération. « Nous avons pour mission d'enlever les barrages et d'évacuer les élèves du lycée français », a-t-il soutenu. Il n'a pas touché mot sur l'éventualité d'une arrestation de Andry Rajoelina, qui, semble-t-il, était absent de son domicile au moment de l'attaque. Or, la résidence de l'ancien maire d'Antananarivo se trouve à une centaine de mètres à
vol d'oiseau de la « zone d'opération ».
L'assaut du vendredi est quand même le deuxième des forces de l'ordre à Ambatobe, en moins de 24 heures. Une première intervention a eu lieu jeudi vers 22 heures. Trois camions, suivis d'autres voitures, stationnaient momentanément au rond point d'Ambatobe. Mais les militaires ont vite quitté les lieux après l'échec de la tentative d'enlèvement des bacs à ordures érigés à l'entrée du portail par un camion de la commune urbaine d'Antananarivo.
Arrestation du « président de la HAT » ou pas, les deux attaques des forces de l'ordre font passer la crise politique à un autre stade.

Encadré
Les élèves du lycée français bloqués

Les élèves du lycée français ont connu une journée chaude hier. Ils ont subi d'une manière indirecte, malgré eux, l'assaut donné par les forces de l'ordre à Ambatobe.
Une première chance d'évacuation des lycéens s'est présentée vers 14 heures. Des négociations sont engagées entre les responsables de l'établissement et les partisans de Andry Rajoelina, qui gardent les barrages. Mais le survol d'un hélicoptère, pendant un quart d'heure, suspecté par les pro-TGV de procéder à une reconnaissance des lieux, a tout fait capoter.
Une deuxième tentative d'évacuation est prévue à
16 h 30. Les voitures sont déjà prêtes et les élèves ont commencé à sortir des édifices scolaires comme si tout est réglé. Mais le début de l'assaut, par l'enlèvement des barrages du côté d'Analamahitsy par les forces
de l'ordre, a obligé les lycéens à rebrousser chemin.
Il a fallu attendre deux heures de plus pour que les
barrages soient dégagés.
  Iloniaina Alain
Date : 07-03-2009



Fil info de la journée du Samedi 07 Mars (Sobika)

16H31: Andry Rajoelina a dit qu'il ne peut plus s'exposer au 13 mai mais que sa "lutte continue"

16H20: Sareraka a lancé des accusations contre le colonel Faly Randriamampiadana responsable de la "violence de l'armée" selon lui

16H12 : Dans un communiqué, Haja André Resampa, négociateur pour Andry Rajoelina affirme que les négociations sont rompues à cause de deux points non acceptés par le camp Ravalomanana : le départ du président et la mise en place de la Haute Autorité de Transition demandée par Andry Rajoelina

16H10: Andry Rajoelina dit sur Viva avoir été victime d'une attaque avec des mercenaires étrangers . Il dit que son arrestation n'est pas une solution

16H06 : Andry Rajoelina dit être en lieu sûr, mais pas chez lui. Il dit que l'Etat est ok pour un gouvernement avec lui mais il est contre et demande le départ de Marc Ravalomanana

16H00 : Andry Rajoelina s'est exprimé par téléphone sur Radio Viva

15H25 : Behoririka: va et vient des manifestants

15H20 : Sur Viva, démenti de la volonté de prendre en otage les élèves du lycée francais. Ils étaient bloqués "pour leur sécurité" annonce la chaine de Andry Rajoelina

15H10 : 67ha : face a face Emmonat - Manifestant : un journaliste pris par les manifestants. "Des gros bras" se sont joints a l'Emmonat
14H10 : Place du 13 mai vide
14H00 : l'Emmonat a repoussé les manifestant venus par Antsahabe devant Mascotte depuis 30 minutes
12H35 : Du coté d'Ambatobe, rien à signaler. Reste les débris d'hier sur la chaussée.
12H15 : Rassemblement pacifique à Antsahabe Mascotte, depuis 11h. A midi, ils sont entrés dans le tunnel, direction Analakely
12H12 : Situation calme depuis ce matin à Tana. Juste un barrage signalé le matin à Ambohipo. Les automobilistes passaient par l'ancienne route
12H06 : Dans une interview, Monja Roindefo a déclaré "toute l'amérique nous regarde" depuis une interview donné à Voice Of America
12H00 : Pas de nouvelles pour le moment de la part de Andry Rajoelina concernant la marche prévue.
12H00 : des manifestants se dirigent vers le centre ville . La place du 13 mai est bouclée par l'Emmonat.



Partager cet article

Repost 0

commentaires