Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 14:09
fil info et photo : Sobika

14H40 : La maison du Pds Guy Rivo Randrianarisoa est en feu à Ampasampito
14H18 : Marc Ravalomanana s'est exprimé. Il annonce une "concertation nationale " pendant 3 jours avec tous les partis. Il reconnait avoir fait " des erreurs"
14H12 : selon France24, d'autres camps militaires ont rejoint le Capsat
14H00 : Réunion en cours, d'opposant sur le terrain du lycée technique à Tamatave
13H50 : L'armée lance un ultimatum de 72h pour que Ravalomanana et Rajoelina s'entendent sur une solution politique sinon elle "prendra ses responsabilités"
13H40 : Les pro Tgv vont vers Ampasapito ou se trouverait le Pds guy rivo randrianarisoa.
13H26 : Selon des témoignages sur place, Il y aurait des morts ( 5) dans les affrontements. Les pros ravalomanana ont été repoussés.
13H24 : Les forces du Capsat sont présentes à proximité de tsaralalana
13H16 : Le vice-amiral Mamy Ranaivoniarivo a démenti sa démission de Ministre de la défense sur Radio Mada
13H15 : Affrontements entre pro tim et pro tgv à Tana près de Analakely, Isoraka, tsaralalana
13H10 : Radio Mada annonce que la démission du ministre de la défense s'est faite sous la contrainte. Ce dernier devrait faire une déclaration pour annoncer qu'il est toujours ministre de la défense !
12H40 : Démission du ministre de la défense de Marc Ravalomanana, le vice-amiral Mamy Ranaivoniarivo
12H33 : Manifestation pro ravalomanana à Mahamasina
12H30 : Fianarantsoa: grosse manifestation sur la place de la démocratie de l'oppostion :Des posters de Andry TGV, banderoles Arema, Leader Fanilo, Maro, Tambatra, Vohibato . la foule crie " victoire" .
9H20 : Selon la BBC, l'ONU conteste la version du médiateur Tiebile Drame. Yves Sorokobi, un porte-parole du secrétaire général de l'ONU a confié à la BBC l'ONU n'a pas mandat de protection mais de médiation Lire l'info ici . 09H22 : Yves Sorokobi dit que l'ONU n'a pas donné de mandat de protection dans le cadre de la mission du médiateur africain mais un mandat de médiation

09H22 : Yves Sorokobi, porte parole de l'ONU a New York dit selon la BBC, que andry Rajoelina est sous protection de l'Ambassade de France

09H20 : La BBC annonce que l'ONU conteste la version du médiateur africain de l'onu selon laquelle l'ONU a donné protection à Andry Rajoelina.

01H00 : Selon Midi Madagasikara, Odon Razanakolona parle d'une définition d'un cadre légal dans lequel des élections seraient organisées sous la coupe d'une nouvelle Constitution et d'un nouveau code électoral


Le Monde  10 mars

L'opposant malgache Andry Rajoelina a trouvé refuge depuis vendredi soir à la résidence de l'ambassadeur de France à Antananarivo, indique une source diplomatique, mardi 10 mars. Après cette annonce, des centaines de manifestants se sont regroupés devant l'ambassade. Dans la matinée, le ministre de la défense malgache, le vice-amiral  Mamy Ranaivoniarivo, a annoncé sa démission, sur fond de mutinerie dans l'un des camps stratégiques de l'armée dans la capitale.

En conflit ouvert avec le président malgache, Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina, destitué début février de son poste de maire de la capitale, vivait caché après une tentative d'arrestation jeudi soir visant sa résidence d'Antananarivo. Lundi, l'ONU annonçait qu'il avait été "placé sous sa protection". "Ces derniers jours, M. Andry Rajoelina a exprimé à plusieurs représentants de la communauté internationale ses inquiétudes sur sa sécurité", a annoncé dans un communiqué Tiébile Dramé, représentant de l'ONU dans la médiation malgache. "Dans le cadre des efforts pour résoudre la crise malgache, préserver la paix et la stabilité, les Nations unies ont décidé de placer M. Rajoelina sous leur protection dans une résidence diplomatique", continue le communiqué. Ce texte a été rendu public à Antananarivo lors d'un point de presse de l'influent Conseil chrétien des Eglises à Madagascar (FFKM), acteur de la médiation dans la crise, de l'ONU et d'une dizaine d'ambassadeurs.

SORTIR DE LA CRISE

Un autre communiqué de M. Dramé ajoute que "le président de la République lui a promis qu'il garantissait la sécurité de M. Andry Rajoelina et de ses collaborateurs" et que M. Ravalomanana "a dit qu'ils pouvaient se déplacer librement et qu'ils ne feront pas l'objet d'arrestations".

Un communiqué du FFKM et de l'ONU annonce en outre la tenue "d'assises du 12 au 14 mars" dans la capitale malgache afin de trouver une issue à la crise qui agite l'île. Un conflit larvé entre MM. Ravalomanana et Rajoelina s'est transformé en crise ouverte mi-décembre. Depuis, M. Rajoelina a multiplié les manifestations à Antananarivo et s'est autoproclamé chargé des affaires du pays. Une centaine de personnes sont mortes à Madagascar depuis le 26 janvier dans les violences qui ont émaillé ce conflit.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/03/10/l-opposant-du-president-malgache-protege-par-l-onu_1165711_3212.html


Le compte à rebours est lancé à Madagascar : l'armée a donné 72 heures aux forces politiques pour mettre un terme à la crise qui agite le pays. En l'absence de décision claire à l'issue de ces 72 heures, l'armée fera fonctionner les affaires du pays. "Nous promettons de ne prendre aucun parti pris et invitons les décideurs politiques, toutes les forces politiques, la société civile, et les représentants des diverses forces vives dans le pays, à se réunir immédiatement et à se mettre d'accord pour apporter une solution dans un délai de 72 heures afin de faire sortir le pays de la crise", a déclaré le chef d'état-major de l'armée malgache.

Cette allocution du chef d'état-major est intervenue peu avant que le président malgache Marc Ravalomanana intervienne également sur la télévision nationale en reconnaissant "avoir fait des erreurs" et en se disant "prêt à écouter". Des assises nationales pour trouver une issue à la crise doivent se tenir de jeudi à samedi dans la capitale Antananarivo. Le ministre de la défense malgache, le vice-amiral Mamy Ranaivoniarivo, a annoncé mardi sa démission devant la presse réunie à son ministère.


De son côté, le leader de l'opposition, Andry Rajoelina, qui avait trouvé refuge vendredi soir à la résidence de l'ambassadeur de France à Antananarivo a fini par la quitter mardi matin. Plusieurs centaines de partisans du régime malgache avaient manifesté devant l'ambassade de France pour protester contre cette protection accordée par Paris.

Le porte-parole adjoint du Quai d'Orasy s'est refusé à donner plus d'indications sur le lieu où se trouvait l'opposant malgache. Une source diplomatique a indiqué à l'AFP que M. Rajoelina devait être transféré dans la journée de mardi de la résidence diplomatique française vers l'évêché de la capitale malgache. Le ministère des affaires étrangères a affirmé que la décision des Nations unies de placer M. Rajoelina sous la protection d'une mission diplomatique "avait reçu l'accord du président Ravalomanana".



Partager cet article

Repost 0

commentaires