Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 17:45

 

Pour accompagner la photo de rose qu'Euphrasie a prise avant que ne tombent les premiers pétales (voir post du 9 mars « elle a dessus la place, Las ! las ses beautéz laissé cheoir »), je ne ferai pas appel cette fois à Ronsard. Vous aurez droit à quelques bouffées de rose, inaltérables, quelque part entre le rouge et l'ivoire.

 

D'abord, le célèbre poème de Du Bellay

 

Sur un chapelet de roses du Bembe

 

Tu m'as fait un chapeau de roses
Qui semblent tes deux lèvres closes,
Et de lis fraîchement cueillis
Qui semblent tes beaux doigts polis,
Les liant d'un fil d'or ensemble,
Qui à tes blonds cheveux ressemble.
Mais si, jeune, tu entendais
L'ouvrage qu'ont tissu tes doigts,
Tu ferais, peut être, plus sage
A prévoir, ton futur dommage.
Ces roses plus ne rougiront,
Et ces lis plus ne blanchiront
La fleur des ans, qui peu séjourne,
S'en fuit, et jamais ne retourne,
Et le fil te montre combien
La vie est un fragile bien.
Pourquoi donc m'es tu si rebelle ?
Mais pourquoi t'es tu si cruelle ?
Si tu n'as point pitié de moi,
Aie au moins pitié de toi.

 

La phrase bien connue de Malherbe dans sa Consolation à Monsieur du Périer sur la mort de sa fille : « Et rose elle a vécu ce que vivent les roses, l'espace d'un matin »

 

Le quatrième et avant-dernier sizain de Stances I 29 de Théophile de Viau

« La rose en rendant son odeur,
Le Soleil donnant son ardeur,
Diane et le char qui la traine,
Une Naïade deans l'eau,
Et les Grâces dans un tableau,
Font plus de bruits que ton haleine. »

 

 

Un madrigal de Habert de Cerisy dans La Guirlande Julie (1634)

Alors que je me vois si belle et si brillante
Dans ce teint dont l'éclat fait naître tant de voeux,
L'excès de ma beauté moi-même me tourmente ;
Je languis pour moi-même, et brûle de mes feux,
Et je crains qu'aujourd'hui la Rose ne finisse
Par ce qui fit jadis commencer le Narcisse.
et enfin le sonnet « La Belle Matineuse » de Vincent Voiture

Des portes du matin l'Amante de Céphale,
Ses roses épandait dans le milieu des airs,
Et jetait sur les cieux nouvellement ouverts
Ces traits d'or et d'azur qu'en naissant elle étale,

Quand la Nymphe divine, à mon repos fatale,
Apparut, et brilla de tant d'attraits divers,
Qu'il semblait qu'elle seule éclairait l'Univers
Et remplissait de feux la rive Orientale.

Le Soleil se hâtant pour la gloire des Cieux
Vint opposer sa flamme à l'éclat de ses yeux,
Et prit tous les rayons dont l'Olympe se dore.

L'Onde, la terre et l'air s'allumaient alentour
Mais auprès de Philis on le prit pour l'Aurore,
Et l'on crut que Philis était l'astre du jour.

 

Vers 1635, ce type de joute entre le lever du soleil et le rayonnement de la jeune femme aimée était monnaie courante. A chaque fois, le soleil avait perdu d'avance. Les familiers de la marquise de Rambouillet se disputèrent des mois durant pour savoir si c'était le sonnet de Voiture ou celui de Claude de Malleville ci-dessous qui l'emportait. Elle en avait de la chance la jeune Philis.

 

Le silence régnait sur la terre et sur l'onde,
L'air devenait serein et l'Olympe vermeil,
Et l'amoureux Zéphir affranchi du sommeil
Ressuscitait les fleurs d'une haleine féconde.

L'Aurore déployait l'or de sa tresse blonde
Et semait de rubis le chemin du Soleil ;
Enfin ce dieu venait au plus grand appareil
Qu'il soit jamais venu pour éclairer le monde,

Quand la jeune Philis au visage riant,
Sortant de son palais plus clair que l'Orient,
Fit voir une lumière et plus vive et plus belle.

Sacré flambeau du jour, n'en soyez point jaloux !
Vous parûtes alors aussi peu devant elle
Que les feux de la nuit avaient fait devant vous.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

vacaloca 19/04/2009 13:54

moi ça me rappelle la chanson de Mecano, Una rosa es una rosa :
"Quise cortar la flor
mas tierna del rosal
pensando que de amor
no me podría pinchar
y mientras me pinchaba
me enseñó una cosa
que una rosa es una rosa es una rosa...

Y cuando abrí la mano
y la dejé caer
rompieron a sangrar
las llagas en mi piel
y con sus petalos
me la curó mimosa
que una rosa es una rosa es una rosa..."

je te la traduirai si tu ne comprends pas tout. :)

Selma Naguère-Golf 18/04/2009 19:01

De François de Malherbe, de l'éphémère...Mais elle était du monde, où les plus belles choses
Ont le pire destin ;
Et, rose, elle a vécu ce que vivent les roses,
L’espace d’un matin.

Amélie Melo 18/04/2009 18:30

Un peu moins poétique, et pourtant ... un certain 8 mars 1909, dans la ville de New-York, des travailleuses du textile défilent dans les rues, scandant : "bread and roses", où la rose, voyons, qu'était la rose ? ce petit supplément au simple confort matériel... Du pain, bien sûr, mais des roses, n'oubliez pas, pour les princesses en haillons, les chattes de gouttière