Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 19:39

Le créole est plus vivant que jamais. De plus en plus, la signalisation routière lumineuse s’en sert, la publicité s’en sert, le français et le créole s’épaulent au lieu de se concurrencer.

Un petit indice parmi d’autres : si vous faites le n° de Corsairfly (08 20 04 20 42), vous entendez : « Corsairfly bonjour et bienvenue, merci d’attendre un instant, un conseiller va répondre à zot’ » Je trouve ça très sympathique.

 

à la question coman i lé ? il faut répondre : lé gaillard ! le mot recouvre plusieurs sens : bien, agréable, sympathique, beau, joli, à l’aise, en bonne santé, courageux

bonbon moustache = sexe de la femme

cendriner = fariner (en parlant de la bruine)

codindé = couvert de taches de rousseur

coplas = ruban adhésif

dakatine = pâte de cacahuètes et de pistaches qui peut remplacer le rougail ou le massalé dans certains plats

documentaliss = documentaliste

doktèr la têt = psychiatre

en missouk = en douce, en cachette

être en misère de = manquer ; nous l’est misère chouchous

faire kadadak = faire sauter un marmail sur ses genoux

fin-fin = microscopique

fion = amoureux, petit ami

flèche = lance-pierres

fleur de 6 mois = hortensia

fonkèr = poème

fraidir = (se) refroidir

fraise : clitoris

franciscéa : jasmin d’Afrique qui dégage un parfum entêtant le soir

fromage tête de mort = édam

gagne galop = s’enfuir

galapente : fougère

gameur, gameuse = joueur/se, séducteur/trice, enjôleur/euse

gaouée = prostituée

gardien cabri = chevrier

gauf’ = rayon de miel

gogotte = sexe de l’homme

goni = sac de jute

goulapia = gourmand, goulu

gousse = quartier d’orange ou de pamplemousse

goût = plaisir ; N’a d’goût écoute à ou causer = c’est un plaisir de t’entendre parler

goûter = petit déjeuner

graffiner = égratigner, griffer

graines = testicules

grains = grains secs sortis de leur enveloppe (lentilles, pois, haricots secs, fèves etc.)

gramoun lao = Dieu

gran matin = de bonne heure

grandes gens : mi vive à l’heure grandes gens = je vis sur un grand pied

grand-mère Kalle = vieille femme rényonaise légendaire qui annonce la nuit, par plaintes lugubres, la mort prochaine de quelqu’un

grègue = cafetière traditionnelle créole, souvent en tôle soudée mais certaines sont magnifiques (voir les billets sur le café)

gris = se dit de la couleur du pti blanc des hauts

gros doigts = malhabile, maladroit

gros monmon = grand-mère

gros papa = grand-père

guêpe la frais = femme désagréable

guérit-vite = plante à cataplasmes, cicatrisante

guétali : de guette à li = regarde-le ; terrasse aménagée dans le haut du mur pour observer le spectacle de la rue (dans les vieilles demeures créoles) ; le mot guétali date de 1933, c’est une création du poète Toudoir, de La Plaine des Palmistes

guildive = 1/ jus brut de canne à sucre 2/ rhum agricole

installé = mort ; exposé sur son lit de mort

jabot = ventre

jacquot = danseur de rue presque nu, peint de couleurs vives accompagnant autrefois les cortèges malabars en grimaçant et en se contorsionnant, effrayant les enfants

joliesse = beauté, charme

joue de fesse = fesse

jour sécurité = jour de paiement de l’argent braguette (allocations familiales)

jument = fille facile, garce

jurage = serment

kabar = service religieux rendu aux ancêtres selon les croyances animistes malgaches

kabar fonkèr = assemblée de poètes, de conteurs et de diseurs de mots qui se réunissent pour écouter de la poésie de manière festive

kajou fesses roses = guenon

kalianon = mariage tamoul

kalmandron = funérailles malbares

kalou = vin de cocotier

kapok = ouate des gousses du kapokier (pour garnir un oreiller ou une poupée)

kax = casque

kayout = sexe de la femme

kriké kraké : formule initiale rituelle prononcée avant de raconter un conte créole

l’article 12 = une embrassade

l’ombril = le nombril

la tit mer = le lagon ; la grand mer = la haute mer, le large

lève-tête = premier verre de rhum de la journée

lézard = margouillat ou gecko

ligne gouvernement = limite du domaine

linceul = draps

linge dentelle = vêtement élégant

lit’ = bouteille (quelle que soit sa capacité)

loi = police, gendarmerie

loriot = bonbon

macaouèle = prostituée

makave = chinois

makouba = tabac plus ou moins licite, cultivé chez soi

maladie arrangée = maladie qu’on croit provoquée par un mauvais sort

maladie bon dieu = maladie naturelle

maladie volaille = maladie diplomatique, permettant de ne pas aller travailler

malle de France = nom des premiers voiliers porteurs de colons, de marchandises et de courrier ; il y avait la malle des Indes ; il y avait la malle des Messageries maritimes

maloya = chant et danse exécutés au son du rouleur, du kayamb et du bobre, par les esclaves, le soir, dans leur campement. Lancinant, répétitif, sensuel, le maloya, à ses débuts, chantait les misères du peuple noir sous les fers, la nostalgie du pays perdu ou l’amour.

manchy = chaise à porteurs d’origine indienne (manjil, manjeel) portée par des esclaves puis par des engagés indiens, elle a longtemps servi à conduire les belles dames créoles à la messe du dimanche ; le manchy a été immortalisé par Leconte de Lisle en 1858 (ci-dessous)

melon = pastèque

même : se place après le mot qu’il renforce : ça lé vrai même = c’est bien vrai ; ça même même = exactement ça ; là même même = juste là

mon gouvernement = ma femme

moral = esprit

mouches à miel = abeilles

moufia = raphia produit par un palmier qui a donné son nom au quartier de l’Université à Saint-Denis

moune = monde

museau = visage

musique la gueule = harmonica

narvu = on se revoit, à plus

socialiss = socialiste

tit guiguine = un tout pti peu, presque rien

tortue i trouv pa son queue = à l’impossible nul n’est tenu

un nous-deux = un roman photo

voul voul = petits moutons, petits morceaux de coton qui restent accrochés sur un vêtement sombre

zieux boutonnière = yeux bridés (asiatiques)

 

Je me suis beaucoup inspiré de Le Grand lexique créole de Armand Gunet, Azalée éditions, 2001, qui est malheureusement épuisé

à suivre

 

Le 3 juin, j’avais donné une réécriture d’élève « à la manière de Raymond Queneau » en langue créole. En voici une autre, réalisée dans la même classe. L’élève est parti du récit suivant :

Un homme se promène dans la rue. Il bouscule une dame pour lui prendre son sac. La dame était en fait ceinture noire de karaté. Elle le frappe avec son sac et le pousse sur la route, au moment où arrive un van transportant un cheval. Sous le choc, le cheval sort. L'homme reste inanimé sur la chaussée. La dame saute sur le dos de l'animal et s'enfuit au galop.

Un boug té promèn a li su la route. Li bouscule un vié madam pou cap son sac. Femme la té enfaiti ceinture noire di karaté. Li langet a li cou sac et pouss’ a li su la chaussé. Li tampone un loto que té transporte un cheval. Loto tampone le boug, le verrou box cheval y casse, cheval y tay. Vié madame saute si son dos et tay’ la route.

 

Le Manchy

 

Sous un nuage frais de claire mousseline,
Tous les dimanches au matin,
Tu venais à la ville en manchy de rotin,
Par les rampes de la colline.

La cloche de l'église alertement tintait
Le vent de mer berçait les cannes
Comme une grêle d'or, aux pointes des savanes,
Le feu du soleil crépitait...

Et tandis que ton pied, sorti de la babouche,
Pendait, rose, au bord du manchy,
A l'ombre des Bois-Noirs touffus et du Letchi
Aux fruits moins pourprés que ta bouche ;

Tandis qu'un papillon, les deux ailes en fleur,
Teinté d'azur et d'écarlate,
Se posait par instants sur ta peau délicate
En y laissant de sa couleur ;

On voyait, au travers du rideau de batiste,
Tes boucles dorer l'oreiller,
Et, sous leurs cils mi-clos, feignant de sommeiller,
Tes beaux yeux de sombre améthyste.

Tu t'en venais ainsi, par les matins si doux,
De la montagne à la grand'messe,
Dans ta grâce naïve et ta rose jeunesse,
Au pas rythmé de tes Hindous.

Maintenant, dans le sable aride de nos grèves,
Sous les chiendents, au bruit des mers,
Tu reposes parmi les morts qui me sont chers,
Ô charme de mes premiers rêves !

Leconte de Lisle

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le Fe 23/08/2009 10:36

grodoi

jacquot : singe

narvu / nartrouv