Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 23:26

  P9220044 (Large)

 

L'idée d'un colloque consacré en 2014, à La Réunion, à l'émergence d'une littérature de/sur l'océan indien au tournant du Siècle des Lumières (1800), mettant particulièrement l'accent sur Bernardin de Saint-Pierre, Bertin et Parny fait son chemin à l'Université de La Réunion (à suivre). Pour aller vite, on pourrait définir le thème de ce colloque de 2014 grâce à une phrase de J-M Racault : "Etre Créole, c’est savoir vivre simultanément dans l’ici et dans l’ailleurs, passer à volonté de l’un à l’autre, sans bien savoir soi-même, faute de référence stable, lequel est l’ici et lequel est l’ailleurs ».

 

J'ai bien envoyé comme promis à Phil@poste, un dossier de demande d'émission d'un timbre Parny, à l'occasion du bicentenaire de sa mort en décembre 1814. Deux DVD de documents (photos, vidéos, textes) et plusieurs dizaines de lettres de soutien : Président du Conseil Régional, Présidente du Conseil Général, Monseigneur Aubry, M. le Préfet, PDG d'Air Austral, députés, sénateurs, maires, écrivains créoles, universitaires (Réunion, métropole, étranger), bibliothécaires, conservateurs, proviseurs, professeurs, descendants de Parny etc. la teneur des lettres est émouvante, pertinente dans sa revendication créole, haute sur le plan poétique.

Un grand merci à toutes celles/tous ceux qui se sont associés à cette demande philatélique. Il y a chaque année plus de 1000 demandes et seulement 70 timbres édités. Les chances ne sont donc pas énormes. Quelle que soit la réponse (décembre 2012), je remercierai chacun personnellement. Je sais déjà que plusieurs d'entre vous sont favorables à la création d'une Association des Amis d'Evariste Parny. A suivre

 

P1090624 (Large)

photo de la tombe d'Evariste Parny (1753-1814) au Père Lachaise, prise le 1er juillet 2012

son épouse Grâce Vally a été enterrée prés de son mari le 12 mai 1820

 

P1070671

En janvier 2012, la compagnie Air Austral décida de baptiser un de ses nouveaux avions : Evariste Parny

 

Le Discours de Réception à l'Académie Française de Parny vient d'être mis en ligne dans le site de l'Académie Française : http://www.academie-francaise.fr/node/1682

Réponse de Dominique-Joseph Garat : http://www.academie-francaise.fr/node/1631

 

Voici 2 textes difficiles à trouver jusqu'à présent :

- Hymne pour la fête de la Jeunesse (le Directoire commandait beaucoup d'hymnes)

- Une Chanson de Béranger célébrant Parny

 

HYMNE POUR LA FETE DE LA JEUNESSE

UN HOMME
    De l'hiver le courroux expire ;
    L'Aquilon fuit devant Zéphyre ;
Naissez, beaux jours, voici le riant Germinal :
    Il calme les airs qu'il épure ;
    Et du réveil de la Nature
Son souffle caressant a donné le signal.

LES HOMMES ET LES FEMMES
    Jeunesse brillante et chérie,
Mêlez à notre voix la douceur de vos chants ;
    Venez, en ce jour la patrie
Fixe un regard d'amour sur ses nouveaux enfans.

UN JEUNE GARçON
    De l'hiver la longue présence
    Condamnait nos voeux au silence ;
Il reparaît enfin, le riant Germinal.
    Amis, une voix nous appelle ;
    Cette voix tendre et solennelle
Du concert d'allégresse a donné le signal.

LES JEUNES GARçONS ET LES JEUNES FILLES
    Salut, immortelle Patrie,
Pour toi nous réservons la douceur de nos chants ;
    Salut, mère auguste et chérie
Fixe un regard d'amour sur tes nouveaux enfans.

DEUX JEUNES GARçONS
    Loin de nous les leçons timides,
    Loin de nous les leçons perfides
Et les vils préjugés que la France a vaincus
    Levons notre tête affranchie,
    Et que le printemps de la vie
S'embellisse toujours du printemps des vertus.

LES JEUNES GENS
    Salut, immortelle Patrie,
Pour toi nous réservons la douceur de nos chants ;
    Salut, mère auguste et chérie,
Fixe un regard d'amour sur tes nouveaux enfans.

DEUX JEUNES FILLES
(S'adressant aux autorités qui président la fête et aux institutrices)
    De la fleur protégez l'enfance :
    Dirigez son adolescence :
Un jour elle rendra tous les bienfaits reçus.
    De la fleur nous sommes l'image,
    Et l'heureux printemps de notre âge
S'embellit sous vos yeux du printemps des vertus.

LES JEUNES FILLES
    Salut, immortelle Patrie,
Pour toi nous réservons la douceur de nos chants ;
    Salut, mère auguste et chérie,
Fixe un regard d'amour sur tes nouveaux enfans.

UN HOMME ET UNE FEMME
(Après la proclamation des noms des élèves de l'un et de l'autre sexe qui ont remporté les prix dans le cours de l'année)
    Vous dont la gloire vient d'éclore,
    Recevez, méritez encore
Des vertus et des arts le prix noble et flatteur ;
    Et que les palmes fortunées,
    Croissant ainsi que vos années,
Jusqu'à vos derniers jours conservent leur fraîcheur.

LES HOMMES ET LES FEMMES
    Jeunesse brillante et chérie,
Mêlez à notre voix la douceur de vos chants ;
    Venez, en ce jour la Patrie
Fixe un regard sur ses nouveaux enfans

DEUX HOMMES
(S'adressant aux jeunes citoyens qui sont en âge d'être armés)
    Devant vous, jeunesse fidèle,
    S'ouvre une carrière plus belle.
Du peuple souverain vous connaissez les droits :
    Qu'ils restent gravés dans votre âme ;
    La République vous réclame
Et vous arme du fer défenseur de ses lois.

LES HOMMES ET LES FEMMES
    Salut, espoir de la Patrie,
Pour elle réservez et vos bras et vos chants ;
    Salut, cette mère chérie
Fixe un regard d'amour sur ses nouveaux enfans.

DEUX JEUNES CITOYENS, après l'armement
    Ce fer, guidé par la prudence,
    Soutiendra l'honneur de la France :
Du peuple souverain il défendra les droits.
    Nous jurons à la République
    La haine du joug monarchique,
Le mépris de la mort et le maintien des lois.

LES JEUNES CITOYENS
    Salut, immortelle Patrie,
Pour toi nous réservons et nos bras et nos chants ;
    Salut, mère auguste et chérie,
Tu ne rougiras point de tes nouveaux enfans.

CHOEUR GENERAL
LES JEUNES  GARçONS ET LES JEUNES FILLES
    Salut, immortelle patrie,
Pour toi nous réservons la douceur de nos chants ;
    Salut, mère auguste et chérie,
Fixe un regard d'amour sur tes nouveaux enfans.

LES JEUNES CITOYENS
    Salut, immortelle Patrie,
Pour toi nous réservons et nos bras et nos chants ;
    Salut, mère auguste et chérie,
Tu ne rougiras point de tes nouveaux enfans.

LES HOMMES ET LES FEMMES
    Salut, espoir de la Patrie,
Pour elle réservez et vos bras et vos chants ;
    Salut, cette mère chérie
Fixe un regard d'amour sur ses nouveaux enfans.

 

 

 

 

beranger1

beranger2

beranger3

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans parny
commenter cet article

commentaires