Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 20:31

tifina10

 

Cet alphabet n'est pas celui d'Ugarit (que j'ai eu la chance de voir sur place en Syrie en 1975), mais l'alphabet de tifinagh (probablement d'origine phénicienne). C'est celui qui permet d'écrire en berbère amazigh. Celui que nous avons aperçu par-ci par-là pendant la première semaine de juin, dans la vallée du M'Goun, nous les randonneurs tourangeaux. Il est employé aussi à Tizi-Ouzou en Algérie (la ville natale de Mouloud Feraoun). C'est Charles de Foucauld qui a élucidé la version touareg du tifinagh.

Le fait que depuis 2 ou 3 ans la langue berbère soit enseignée et écrite dans l'atlas marocain est plutôt une bonne nouvelle. Il ne faut pourtant pas se dissimuler les difficultés cachées derrière cette nouveauté. Après des décennies de déni des origines berbères de la majorité des marocains, comment interpréter cette reconnaissance tardive ? compassion ? démagogie ? victoire de l'écologie linguistique ? J'ai enseigné 2 ans dans un collège du Moyen Atlas : au Maroc, une part importante de la population ne sait ni parler, ni lire, ni comprendre l'arabe classique (celui du Coran), car les langues qui comptent, ce sont celles qui sont parlées : le français et le berbère (l'amazigh). C'est pourquoi l'arabisation des années 80 a échoué (même résultat avec la malgachisation ratée des années 80 de Ratsiraka à Madagascar : les quadra d'aujourd'hui ne comprennent pas le français ! durdur car dans les anciennes colonies françaises, le français est la langue héréditaire de l'élite politico-économique).

Alors voilà. Comme pour Abdou, notre guide bien-aimé, la seule issue, c'est le trilinguisme. Les bambins qui ont réussi entre 6 et 7 ans à apprendre à lire dans 3 langues avec 3 alphabets différents dont l'un va de droite à gauche, sont tirés d'affaire. Et il y en a. Pour les autres : le capitalisme financier les sacrifie sur ses autels : cac 40, nikkei, nasdaq, dow jones etc. Pas de dogmatisme de ma part, j'ai enquêté : dans beaucoup de villages du Haut-Atlas, aujourd'hui, de nombreux enfants n'apprendront pas à lire. Criminel. (A Madagascar, c'est 50%). Je sais bien qu'il y a des congrès mondiaux Amazigh et qu'il y a même un élu amazigh au conseil régional Rhône-Alpes. Mais que font-ils ? 

 

DSCN0638 (Large)

photo exemplaire (prise lors de notre rando début juin dans la vallée du M'Goun) car cette simple enseigne de coiffeur  est trilingue

 

P1000847 (Large)

 

yomad ed

  A Paris, fin juin, j'ai acheté cet album jeunesse dans ses 3 versions : arabe, français, amazigh (éditions Yomad) à l'Alliance internationale des éditeurs http://www.alliance-editeurs.org/ rue Saint-Sabin

 

P1100051 (Large)

 

P1100052 (Large)

 

P1100053 (Large)

 

alphabet tifinagh

9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 23:45

P1100138 (Large)

Si je ne m'étais pas marié, je n'aurais pas pu divorcer.
Si je n'avais pas divorcé, je n'aurais pas rencontré celles que je vais retrouver.
Si, en 2007, j'avais pu travailler au Maroc, je ne serais pas allé dans ce pays le mois dernier.
Si, en avril 2000, je n'avais pas échangé par mail avec Eric et François, nous n'aurions pas créé une liste de discussion qui m'a permis de rencontrer Noro en 2009, laquelle m'a fait rencontrer Nova sur le Dimitile, Nova grâce à qui j'ai apporté des graines oléagineuses à Mary-Claude à Antsirabe, ce qui m'a conduit à parler avec Chantal, qui a donné un an plus tard, sans que je le sache, mes coordonnées à Hélène, qui, ô bonheur, vint me voir à Ramena où elle aida Aretha à faire la classe aux poupons de CP en novembre 2010.
Si Hélène n'avait pas parlé à ses amis de mon désir de randonner dans le Haut-Atlas, je n'aurais pas rencontré Jean-Pierre, un ami de ses amis, grâce à l'eau de vie duquel je vais pouvoir continuer à faire du vin de noix, et Dieu sait si le vin de noix, pour un tourangeau, c'est sacré.
Si un cyclone, une maladie, un mari jaloux ou un accident d'avion m'avait envoyé dans l'Hadès, je ne tiendrais pas en ce moment un stylo dans la main droite, et vous ne seriez pas en train de lire au lieu de faire autre chose.
Si la conjonction de coordination "si" n'existait pas, il faudrait l'inventer, si señor.
Si 6 scies scient 6 cigares, 606 scies scient 606 cigares.
Si la cigale avait économisé, La Fontaine n'aurait pas écrit sa fable.
Si Alexandre n'avait pas créé Fabula, je n'aurais pas su en 2003 l'existence du Colloque d'Albi et je ne serais pas en ce moment dans un restaurant au pied de la cathédrale Sainte-Cécile, à 2 pas du musée Toulouse-Lautrec qui fait la fierté de la ville natale du peintre.
Si les frères Lumière n'avaient pas été géniaux, ils n'auraient pas inventé le cinématographe.
Si le Boson de Higgs n'existait pas, ça se saurait.
Si la serveuse est sympa, elle va me dire le nom du perroquet du restaurant qui, depuis 1h, assure l'animation de l'établissement avec un répertoire qui ferait pâlir Loulou, le perroquet de Flaubert : lexique, bruitages, timbres, modulations vocales.
Et voilà, c'est Zoé. Qui vient de prononcer distinctement "Bonjour", "profiterolles" et qui sait miauler et aboyer.
Si en 1987, j'avais accepté la nomination farfelue que m'avait trouvée le rectorat, je n'aurais pas rencontré Monique à Cholet, ni croisé peu après mon ex au CRDP, où le recteur, très inspiré, déclara, devant des centaines de lauréats aux concours : "vos nuits sont à vous, mais vos jours sont à l'Etat", ce à quoi j'ai répondu du tac au tac et tout fort sans faire exprès : "Oui mes nos nuits sont plus belles que vos jours".
Si, en 1980, des règles irrationnelles et même surnaturelles, régissant les nominations des admis aux concours ne m'avaient pas relégué aux confins de mon académie, je n'aurais pas rencontré Eliane ni découvert grâce à elle l'oeuvre de Joe Bousquet.

 

P1100133 (Large)

 

P1100135 (Large)

 

P1100144 (Large)

 

P1100145 (Large)

 

P1100148 (Large)

 

P1100149 (Large)

 

P1100151 (Large)

 

P1100153 (Large)

 

P1100155 (Large)

 

P1100156 (Large)

 

P1100157 (Large)

 

P1100158 (Large)

 

P1100159 (Large)

 

P1100160 (Large)

Zoé

 

15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 21:29

P1090355 (Large)

à notre arrivée à Bou Taghrar, la lune nous salue : bienvenue dans les contrées du sud (changement de climat et de végétation)

 

P1090356 (Large)

le lendemain, au réveil

la lune a ici une importance décuplée : non seulement elle règle le calendrier des jardiniers, mais elle est, si je puis dire, le calendrier de l'Hegire lui-même, consultable simplement en levant les yeux : jour, mois, année

 

P1090359 (Large)

 

P1090372 (Large)

 merci les mules !

choukrrane, barakalaoufik !

 

P1090349 (Large)-copie-1

  mes glamouss sont dans un état lamentable, mais elles ont tenu le coup

 

P1090390 (Large)

  moissonneuses au travail, tôt le matin

 

P1090408 (Large)

  bon voyage les mules !

elles vont rejoindre la vallée des Aït Bou Guemez en 2 jours (alors qu'on a mis 7 jours à l'aller) (certes elles seront moins chargées et prendront des raccourcis... mais quand même..)

 

P1090410 (Large)

du minibus, on entrevoit ce qu'on ne peut plus observer en prenant son temps : pour la prochaine fois ("jusqu'à demain")

 

P1090420 (Large)

 

P1090426 (Large)

 

P1090429 (Large)

 

P1090435 (Large)

à El Kella M'Gouna, visite d'une distillerie de roses

dernier article, dernier jour avant l'avion du retour, dernières bonnes surprises

 

P1090436 (Large)

 

P1090437 (Large)

 

P1090438 (Large)

La rose-culte qui fait la fierté des berbères du Haut-Atlas et la fortune des grands parfumeurs français, c'est la damaskina, de petite taille, au teint clair, au coeur bouton d'or. Non seulement la fleur est une souffrance, mais sa cueillette martyrise la cueilleuse : épines et froid, sans compter le chergui certains jours (vent sec du sud-est). Un kilo est payé 10 dirhams (1 euro). Et pour faire un kilo d'essence de roses, il faut 4 à 5 tonnes de pétales. 46 villages, 3000 kilomètres de rosiers, 12 tonnes par jour pour la distillerie Arômes du Maroc (propriété de M6), 8000 tonnes en 2006 (une bonne année).
L'essence de rose a des vertus culinaires (desserts), cosmétiques (ablutions, soins corporels), médicinales (conjonctivite, coups de soleil, fièvre) et surtout sentimentales : une goutte d'essence de rose et c'est le coup de foudre.

(mais bon, comme dit Annie, "l'amour, ça va, ça vient")

 

P1090439 (Large)

 

P1090440 (Large)

 

P1090441 (Large)

 

P1090442 (Large)

 

 

P1090447 (Large)

  eh oui le M'Goun (Oumsoud) nous te voyons là-bas, à 100 kms, et ce n'est qu'un aurevoir

 

P1090443 (Large)

  séchage des tapis

 

P1090450 (Large)

  premiers palmiers

 

P1090467 (Large)

 

P1090469 (Large)

pause à Ouarzazate où l'on quitte Esther et Olivier

see you

 

P1090473 (Large)

 

P1090475 (Large)

 

P1090476 (Large)

 

P1090480 (Large)

 

P1090482 (Large)

visite d'une coopérative féminine de fabrication d'huile d'argan

l'arganier : arbre magique !
Voilà un arbre épineux purement marocain (il ne pousse pas dans les autres pays), dont le bois sert au chauffage et aux charpentes, dont les feuilles nourrissent chèvres et dromadaires et dont les fruits ont des amandes convoitées  car une fois torréfiées, elles donnent une huile utilisée en médecine et en cosmétique. Elle est très prisée sur les marchés français et sa fabrication est exclusivement dévolue aux femmes.
Nous avons visité une coopérative en redescendant le Tizi'n Tichka. Une femme, munie d'une pierre, casse un par un les noyaux pour en extraire l'amande. Plusieurs heures par jour. Forcément mal payé. L'arrivée d'une machine parvenant à casser sans perte les noyaux serait-elle une bonne ou une mauvaise nouvelle (humainement ou socialement parlant, parce que pour la rémunération du financier qui aura mécanisé la production on n'est pas trop inquiet) ?
2è étape : après la torrefaction des amandes, une 2è femme tourne une meule pour écraser les amandes grillées afin qu'elles rendent leur précieuse huile. Elle m'a proposé de tourner la meule : j'ai tenu le plus longtemps possible. Au bout de 3 ou 4 minutes je n'en pouvais plus. Sans commentaire.
Pourquoi tout ça ? parce que l'huile d'argan a des vertus contre la varicelle, contre la stérilité, contre l'acné, contre le cholestérol, contre le vieillissement de la peau, elle soigne les cheveux etc.
Il faut 100 kilos de fruits pour produire 2,5l d'huile d'argane (1 / 40è !).

 

P1090483 (Large)

 

P1090484 (Large)

 

P1090488 (Large)

et puis le voyage s'achève comme prévu place Djema El'fna

seule différence avec 1975, je n'ai plus le droit de marcher sans être immédiatement importuné toutes les 30 secondes : je suis accusé d'avoir envisagé de photographier tel charmeur de serpents sans payer, et aussi d'avoir refusé de visiter la médina avec un petit garçon de façon à ne pas payer non plus ...oui la rando est bien finie

 

P1090492 (Large)

  l'avion décolle, à bientôt Marrakech

15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 21:04

P1090283 (Large)

  nous avons souvent été accompagnés par des pigeons ramiers (palombes) et des pigeons biset (ci-dessus)

de Aguerzaka (1740m) à Bou Taghrar (1580m), c'est la 7è et dernière journée de marche

la pause se fera à Ighermt Aqdim, la baignade à Tamgallouna

comme chaque jour nos muletiers nous servent du bon thé à la menthe chaud matin, midi et soir

 

P1090286 (Large)

 

P1090287 (Large)

 

P1090293 (Large)

 

P1090294 (Large)

les photos parlent toutes seules 

 

P1090297 (Large)

 

P1090301 (Large)

 

P1090279 (Large)

 

P1090302 (Large)

  école

on entendrait presque les versets du coran récités par coeur à l'unisson

 

P1090305 (Large)

  figuier de barbarie

 

P1090307 (Large)

  fleur de grenadier

 

P1090308 (Large)

  chenille, tu deviendras papillon

 

P1090310 (Large)

  j'ai mis le soleil à rêver et le singe à laver

 

P1090313 (Large)

 

P1090314 (Large)

 

P1090316 (Large)

 

P1090318 (Large)

 

 

P1090321 (Large)

 

P1090319 (Large)

 

P1090324 (Large)

 

P1090327 (Large)

 

P1090329 (Large)

 

P1090331 (Large)

 

P1090338 (Large)

j'ai croisé 2 scorpions qui se doraient au soleil tranquillos

(cette glande au bout de la queue ne me disant rien de bon, je me suis abstenu de caresser la bêbête)

 

P1090340 (Large)

 

P1090345 (Large)

arrivée sous la pluie à Bou Taghrar

toutes les bonnes choses ont une fin

il reste une dernière étape, en minibus, demain, racontée dans l'article 12, et ce n'est pas la moins intéressante

14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 17:59

 

P1090246 (Large)

  après une matinée passée le plus souvent dans l'eau avec au-dessus de soi des escarpements rocheux hauts de 1200 mètres, nous avons profité de l'élargissement de l'Aïn Ifasfas puis d'impressionnantes parois ocres

 

P1090249 (Large)

petit veau expédié par Equus Express 

 

P1090254 (Large)

 

P1090255 (Large)

 

P1090256 (Large)

 nymphes de l'assif  M'Goun 

 

P1090261 (Large)

autres nymphes du M'Goun 

 

P1090262 (Large)

 

P1090265 (Large)

 

P1090266 (Large)

lauriers-roses

résistants aux grands froids et aux chaleurs

fleurissement presque toute l'année pourvu que l'eau ne soit pas loin

 

P1090267 (Large)

  bébé chevreau et sa maman à 15 m de hauteur

 

P1090270 (Large)

 

P1090271 (Large)

 

P1090272 (Large)

 

P1090275 (Large)

  en raison du risque d'orage, cette jeune veuve nous a hébergés à Aguerzaka

ici, elle fait cuire du pain

 

P1090279 (Large)

14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 13:44

P1090171 (Large)

Tarzout (1900 m)  mardi 5 juin matin c'est reparti 

cette coquinette de 6 ans est venue me demander du savon

moi qui suis si attaché à l'apprentissage de l'hygiène en CP (grâce à Aretha), je suis séduit et retrouve vite dans mon sac à dos le savon acheté dans un hyper à Nantes pour le lui donner, et je suis remercié par un sourire inoubliable

 

P1090173 (Large)

  à nouveau le départ est matinal car nous savons que mardi 5, c'est la journée des gorges de Achabou

pour des raisons de sécurité, il vaut mieux les faire le matin, à l'abri des risques d'orage

d'où le titre de cet article, un vers célèbre de La Chanson de Roland (de Turold)

 

P1090174 (Large)

 

 

  P1090178 (Large)

 

 

P1090179 (Large)

 

 

P1090182 (Large)

 

P1090187 (Large)

 

P1090190 (Large)

  nos mules ont choisi le torrent comme trajet

 

P1090192 (Large)

 

P1090201 (Large)

en haut de la photo on voit le sentier que nous avons suivi de gauche à droite

plus bas, on voit la suite du sentier, de droite à gauche

ce chemin, fait de pierres et de madriers en genévrier, est séculaire

il a été renforcé en 2002 

P1090202 (Large)

 

P1090203 (Large)

 

P1090204 (Large)

 

P1090209 (Large)

 

P1090214 (Large)

 

P1090217 (Large)

 

P1090222 (Large)

 

P1090224 (Large)

 

P1090226 (Large)

 

P1090228 (Large)

 

P1090277 (Large)

 

pause déjeuner à Tigharinime

nous nous retrouvons dans l'article suivant ("églogues") pour suivre l'après-midi et rejoindre Aguerzaka (1750 m)

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 22:16

P1090115 (Large)

on est reparti

les murs de pisé (réalisés en énormes briques moulées grâce à des banches) font presque 1m d'épaisseur : isolation thermique excellente int / ext et vice-versa et solidité à toute épreuve

 

P1090117 (Large)

 

P1090124 (Large)

 

P1090129 (Large)

  nous avons vu un très grand nombre d'insectes à toutes les altitudes : bousiers, coccinelles, papillons, guêpes, abeilles, mouches, également des araignées et des serpents (le bonheur des oiseaux, petits et grands)

 

P1090130 (Large)

 

P1090131 (Large)

 

P1090133 (Large)

  la première campagne de cueillette des roses venait d'avoir lieu, mais quelques boutons avaient échappé à la distillerie

 

P1090135 (Large)

  toutes les photos de berbères de ce petit reportage ont été faites avec l'autorisation des intéressés

j'ai essuyé beaucoup de refus et à leur place, j'aurais refusé aussi

 

P1090136 (Large)

 

P1090138 (Large)

  lessive au battoir

 

P1090139 (Large)

 

P1090140 (Large)

 

P1090149 (Large)

  les mules arrivent !

 

P1090156 (Large)

  scène banale

 

P1090158 (Large)

 

P1090160 (Large)

 

P1090161 (Large)

 

P1090164 (Large)

  caldarium

 

P1090168 (Large)

Tarzout : on monte les tentes

il faut que l'orge soit donnée en même temps à nos mules et à celles d'Allibert pour éviter les jalousies

de la belle orge achetée à El Marbtin

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 22:05

P1090081 (Large)

  De El Mrabtin (2160m) à Tarzout (1900m) en passant par la pause déjeuner de Waouchki, les cultures reparaissent de plus en plus, et, comme elles sont prioritaires pour profiter de l'eau des ruisseaux, l'ensemble des batiments, des aires de battage et des greniers sont réalisés dans les pentes, là où il y a peu de terre, peu d'eau et beaucoup de cailloux. Aux céréales très présentes jusqu'à 2500 mètres (orge, blé, avoine), s'ajoutent du maïs, des légumes (pommes de terre, carottes, oignons, radis, aubergines, citrouilles), des fruits (pommes, figues, amandes, noix, pêches, arbouses), des plantes aromatiques (menthe, louiza = verveine, kosbor = coriandre), des fleurs (roses)

Le grand souci, ce sont les crues dévastatrices qui emportent toute la récolte et des mois de travail en quelques heures.

 

P1090082 (Large)

  des panneaux photovoltaïques sont apparus depuis peu sur le toit de nombreuses maisons

sans doute le signe que des accus robustes et pas trop chers ont pu être mis au point, le signe aussi que sans cette électricité, il n'y aurait eu aucun achat d'abonnement téléphonique (même si les tel portables des opérateurs sont bon marché, c'est la consommation qui rapporte)

 

P1090084 (Large)

 

P1090088 (Large)

  voici l'ardoise effaçable utilisée à l'école

Monchéri n'est pas au centre du système, néanmoins il est fier d'apprendre à lire

 

P1090089 (Large)

 

P1090090 (Large)

 

P1090100 (Large)

  on aperçoit là-bas une bonne dizaine d'aires de battage rectangulaires

 

P1090095 (Large)

 

P1090096 (Large)

 

P1090098 (Large)

 

P1090099 (Large)

  encore une école

 

P1090101 (Large)

 

P1090106 (Large)

 

P1090107 (Large)

  nous avons rencontré un vieux jardinier né en 1936 qui se trouva obligé d'aller réparer les routes françaises dans l'est pendant quelques années, juste après la 2è guerre mondiale et avant la fin du Protectorat

il a droit à une retraite bien sûr, mais pour la toucher, il doit se rendre en France, ce qui est au-dessus de ses moyens bien sûr, et aussi du montant à toucher

ah oui l'administration française, elle n'existerait pas il faudrait l'inventer

 

P1090108 (Large)

 

P1090109 (Large)

 

P1090112 (Large)

 

P1090113 (Large)

 

P1090114 (Large)

la pause déjeuner est arrivée

après-midi de ce lundi 4 dans l'article suivant

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 18:39

P1090047 (Large)

très vite il a fallu repartir après la pause (dimanche 3 juin, 15h)

très vite les mules nous ont redépassés

 

P1090046 (Large)

  retour de l'armoise (plante aromatique et médicinale)

 

P1090051 (Large)

  plusieurs villages traversés en cette fin d'après-midi

 

P1090057 (Large)

  un pont ! ils sont rares, on en profite

les nombreux passages de rivière ont presque toujours eu lieu les pieds dans l'eau, voire les cuisses dans l'eau

 

P1090058 (Large)

vraiment beaucoup de trafic à l'approche de El Mrabtin où nous bivouaquerons pour la 4è nuit

l'explication va apparaître bientôt : depuis peu, une piste permet de relier El Mrabtin à la route goudronnée de Ouarzazate ! et un relais de téléphone portable vient d'être installé !

certes la piste n'est pas praticable par une twingo, ne l'est que certains mois de l'année par des 4X4 et des camions ayant doublé le nombre de leurs lames de ressort et au prix de nombreuses heures dans les cahots et la poussière

mais c'est tout de même un sacré changement

heureusement, nous passerons à nouveau les bivouacs 5 et 6 loin de la civilisation

P1090059 (Large)

ce petit bâtiment rouge est une école

sans atteindre le manque chronique d'écoles et d'instits que connaissent nombre de pays d'Afrique noire et Madagascar, le Maroc n'arrive toujours pas à scolariser 100% de ses enfants des montagnes, et pour certains de ceux qui le sont, il y a un kilométrage énorme à faire à pied chaque jour

pour les enfants berbères, l'école signifie : devenir trilingue (avec 2 alphabets, l'un qui va de gauche à droite, l'autre de droite à gauche)

on commence à lire/écrire en berbère en alphabet latin mais le tamazight est très différent du chleuh et du rifain ; toujours est-il que le berbère est enseigné en primaire !! ceux qui ont connu comme moi le Maroc de 1975 (époque à laquelle Hassan II pouvait prétendre qu'il n'y avait aucun berbère au Maroc ! ) comprendront ma joie

de 1975 à 1977 je me souviens en effet que les berbères servaient au mieux à faire valoir le folklore marocain et étaient surtout considérés comme des retardés analphabètes bons à tisser des tapis et à danser devant des touristes

 

P1090061 (Large)

les oiseaux n'ont cessé de nous faire la fête

des martinets de Marrakech aux hirondelles et aux aigles des hautes vallées

mais ils sont difficiles à photographier

alors je vous copie une nouvelle chanson de la Tassaout traduite par René Euloge

 

Les trois oiseaux

J'étais au vert champ de luzerne.
Dans les peupliers chantaient trois oiseaux.
Les écoutait la vieille bergère
Et m'a dit la vieille bergère :
"Si tu écoutes la pie criarde,
Querelleuse et jamais en repos,
Tu deviendras méchante et tête folle.
Qui donc recherchera ta compagnie ?
... Si tu prêtes l'oreille au triste pic-vert,
Dans l'ombre épaisse du feuillage,
Qui interroge en frappant chaque branche
Où est passée sa chance perdue,
Tu ne vivras que jours amers et sombres
Et ton travail n'aura ni trêve ni repos.
... Mais entends la douce tourterelle
Qui roucoule de l'aube au soir.
Comme elle, sois donc tendre fille
Ardente aux jeux de l'amour ... "
Dans les peupliers chantaient trois oiseaux.

Si Ali d'Ibakellioun

P1090062 (Large)

 

P1090063 (Large)

 

P1090065 (Large)

  (mes camarades en haut à gauche)

 

P1090067 (Large)

  au fur et à mesure que notre sentier perd de l'altitude (2800 à 2160m), la végétation réapparaît : chênes verts, buis, genèvriers sont de plus en plus souvent remplacés par les noyers, les pêchers, les amandiers, les osiers et les peupliers

la devise de la république française est "liberté, égalité, fraternité"

celle des berbères est "eau, terre, amour" : autrement dit, les ingrédients de la vie

plus de raison de s'étonner dès lors du soin avec lequel les berbères jardinent, creusent, construisent des gradins, se répartissent démocratiquement l'eau dans des canaux entretenus, sèment, bouturent, arrosent, moissonnent, stockent les récoltes au sec et chantent l'amour de leur vallée

 

P1090070 (Large)

restauration : achat d'eau minérale (l'eau du torrent n'est pas potable) de bimbeloterie et de colifichets

 

P1090071 (Large)

 

P1090072 (Large)

  match de foot improvisé ; Abdou pourtant épuisé par les courses et le manque de sommeil fait gagner l'équipe dans laquelle il a choisi de jouer avec des locaux

 

P1090531 (Large)

 

P1090077 (Large)

lever matinal tôt lundi 4

 

P1090078 (Large)

chargement des mules

dans 10', tout le monde sera reparti pour de nouvelles aventures palpitantes vers Imi Nirkt et Tarzouf

12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 21:21

P1080972 (Large)

 

dimanche 3 juin au matin, c'est reparti

chaque soir, Mohamed notre muletier-cuisto nous mijote de bons petits plats (couscous, tajines) délicieux et réparateurs

les réveils seront toutefois de plus en plus difficiles avec la fatigue

heureusement, à partir de ce 4è jour de marche, les dénivelés positifs seront faibles

et les paysages d'une beauté à couper le souffle

 

P1080980 (Large)

L'Oulilimt : une vallée peuplée seulement de bergers et de bergères en été

quel calme

 

P1080982 (Large)

comme chaque matin, les mules nous ont rattrapés et nous dépassent

 

P1080985 (Large)

moutons, chèvres, bergerie

le fromage est consommé par les familles de bergers

 

P1080986 (Large)

l'eau du torrent est peu polluée (pas de village en amont)

 

P1080987 (Large)

l'euphorbe : une plante très présente jusqu'à 3000 mètres

 

P1080994 (Large)

les bouleversements géologiques sont impressionnants et ça ne fait que commencer

 

P1080995 (Large)

de gauche à droite, en plein effort : Annie, Maryse, Olivier, Esther, Georges, Hélène, Joëlle, Véronique, Abdou (ou dans un autre ordre si vous préférez)

 

P1090002 (Large)

entrée au pays des cheminées de fées

 

P1090005 (Large)

beaucoup ont perdu leur chapeau, mais on reconnaît bien leur forme féérique

 

P1090006 (Large)

 

P1090011 (Large)

 

P1090013 (Large)

 

P1090016 (Large)

 

P1090018 (Large)

 

P1090019 (Large)

toilette, hydratation et grignotage au pied de ces grandes dames de pierre sculptées par l'érosion

 

P1090022 (Large)

 

P1090023 (Large)

 

P1090027 (Large)

petit chevreau expédié par Asinus Express

 

P1090032 (Large)

 

P1090034 (Large)

par cette faille, l'assif M'Goun que nous avions perdu de vue pendant 2 kms réapparaît : il se permet des chutes et cascades que seuls les alpinistes équipés peuvent franchir et nous les avons contournées grâce à un détour en hauteur

 

P1090035 (Large)

le genévrier : plusieurs fois séculaire, parfumant l'air qui l'environne, cet arbre magnifique est en plus indispensable pour consolider les bâtiments en pisé et leur offrir une charpente résistant au poids de la neige l'hiver

 

P1090038 (Large)

 

P1090037 (Large)

 

P1090040 (Large)

notre repas de midi est en vue : les muletiers ont même monté 2 tentes pour augmenter le confort

nous sommes à 2 pas des sources de Aflafal (2300m)

 

P1090042 (Large)Abdou a offert lentilles et oranges à ces enfants qui n'ont pas droit tous les jours à un repas équilibré

 

P1090044 (Large)

les vraies héroïnes du périple : les mules

animal très intelligent (cf "la mule du pape" Alphonse Daudet), long à dresser (5 ans), indispensable en montagne, aussi cher qu'une voiture à l'achat, dans une grande complicité avec son maître

merci aux mules !

 

P1090527 (Large)

cette 4è journée a été très longue : récit de l'après-midi dans l'article suivant demain