Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 18:29

DSCN0093 (Large)

Regardez ces peintures : elles sont réalisées sur papier, en format 2m X 3,80m, et elles sont éphémères, livrées au vent, au soleil, à la pluie. Elles ont été réalisées par Paul Bloas à Orangea, près de Ramena au début des anées 2000. Il n'en reste à peu près rien, mais j'ai pu me procurer le livre "Mada, debout, de terre et d'eau" aux Editions Alternatives 2003 et faire quelques photos. Paul Bloas (né en 1962) a passé son enfance à Diego-Suarez. Son site : http://www.paulbloas.com/
Voici ce qu'on lit en 4è de couverture :
"A la pérennité de l'oeuvre, à la toile faite pour traverser le temps, Paul Bloas, artiste peintre, préfère l'éphémère absolu et ses géants de papier, collés à même les murs et voués à disparaître. S'il reste une trace, infime, c'est celle que le soleil, le vent ou la pluie... auront bien voulu laisser.
Ces personnages massifs, "sur-humains", ont inscrit leur silhouette dans des lieux à leur mesure -- prison de Brest, bains turcs de Budapest, base sous-marine de Bordeaux... Avec "Mada", Paul Bloas revient sur les terres de son enfance, à Madagascar. De 1998 à 2003, ses différents séjours auront pour cadre la baie de Diego-Suarez, à la pointe nord de l'île, et les ruines d'un ancien camp de la Légion française qu'il investit de ses peintures monumentales. Un travail pictural que l'artiste double d'un film, réalisé sur place, et d'un carnet de voyage qui accompagne ici les photos de cette oeuvre résolument hors cadre."
Certes, des photos et des films demeurent. Mais j'ai tendance à penser que l'émotion laisse dans la mémoire des traces plus durables encore et rétribue ce qu'il y a de gratuit et de désintéressé dans ce travail démiurgique.
Est-ce que l'un de mes élèves choisira l'art éphémère comme projet personnel pour sa réalisation artistique en vue du Brevet 2011 ? On verra.

 

DSCN0094 (Large)

 

DSCN0095 (Large)

 

DSCN0096 (Large)

 

DSCN0099 (Large)

 

DSCN0097 (Large)

 

DSCN0100 (Large)

 

DSCN0101 (Large)

 

DSCN0105 (Large)

 

DSCN0106 (Large)

 

bloas1 (Large)

 

bloas2 (Large)

 

bloas3 (Large)

 

bloas4 (Large)

Repost 0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 17:38

DSCN0080 (Large)

 

Aujourd'hui, travail sur de petites additions simples. Autant dire que malgré la clarté et la patience d'Aretha, pour certains des 20 présents, le sens du signe + n'apparaîtra qu'avec le recours aux petits dessins et aux buchettes pour un bon nombre de semaines encore. Pour la plupart cependant, tout va bien. Mais avec les sommes se rapprochant de 10 (2 boîtes de 5) en novembre, ça va se corser. Je ne reviens que le 8 novembre, à cause des vacances malgaches et françaises. Avec pinceaux, crayons de couleurs, markers, pastilles de gouache, peut-être même zordi...

 

DSCN0076 (Large)

 

DSCN0079 (Large)

 

DSCN0082 (Large)

 

DSCN0089 (Large)

 

DSCN0091 (Large)

 

DSCN0092 (Large)

Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 11:55

residence administrateur

photo : Association Ambre, immeuble Socra, 25 rue François de Mahy, Antsiranana 82 235 83  82 212 06

L'article diego-suarez 2 : architecture du 24 mars 2009 contient déjà quelques photos qui suggèrent le passé colonial de la ville. Comme j'ai acquis hier quelques cartes postales d'époque, il est tentant de comparer. 1904, 1907 indiquent les tampons qui oblitèrent les timbres-poste de ces cartes. Surannées ces évocations ? Pas autant que le sont aujourd'hui les clichés d'une ville européenne en 1900 : les pousse-pousse sont toujours là, le même phare garde l'entrée du port, les mêmes architectures balisent le quartier français, mais en version fantôme certes, en spectral, en poussiéreux, en lavis. Excuses pour la mauvaise qualité photo, mais je n'ai plus qu'un petit coolpix bas de gamme et âgé, un sort funeste ayant décidé que mon Olympus pouvait faire le bonheur d'un autre.

La résidence du Gouverneur fut bâtie fin XIXè par Ernest Froger, 1er gouverneur de Diego. Située en bas de la rue Colbert, elle donne sur la mer et abrite aujourd'hui le siège de la Région Diana.

 

DSCN0005 (Large)

  DSCN0006 (Large)

 

Presque en face : le Tribunal. De style néoclassique, avec un fronton triangulaire, il semble rappeler que le Droit échappe à un cadre spatio-temporel donné. La gracieuse nymphe de son jardin a disparu. Elle fait sans doute les délices d'un amateur d'art passionné...

 

kiosque

  photo : Association Ambre, immeuble Socra, 25 rue François de Mahy, Antsiranana

DSCN0013 (Large)

 

Dans la même rue Richelieu, 30 mètres plus loin, le square Clémenceau et son kiosque à musique. Ah les dimanches après-midis où la fanfare venait offrir des concerts au colonisateur ! La lyre faîtière a là-aussi disparu chez un amoureux des muses sans doute ...

 

hotelmines

  photo : Association Ambre, immeuble Socra, 25 rue François de Mahy, Antsiranana

DSCN0007 (Large)

 

 DSCN0009 (Large)

Trente mètres encore et c'est l'Hôtel des mines, appelé de nos jours Hôtel de la marine. Voilà un hôtel dans lequel nous aurions aimé dormir quelques car j'ai lu je ne sais plus où qu'il accueillait encore des clients au début des années 80, avant que le cyclone Kamisy ne le ravage en 1984. Hôtel des mines, car c'est un sympathique aventurier nommé Alphonse Mortages, débarqué en 1897 à Diego, qui l'a fait construire pour bien montrer qu'il avait fait fortune dans les mines d'or d'Andavakoera. Didier Daeninckx raconte son histoire dans http://www.amnistia.net/biblio/recits/madagascar_802.htm. Voici ce qu'en dit le romancier Jean d'Esmes dans L'île rouge en 1928 : "Gardant sans doute un souvenir tenace de sa première profession et revenant à ses vieilles amours, l'heureux mineur fit construire, en ce Diego-Suarez aride et inhospitalier aux touristes, un hôtel, mais un hôtel confortable, vaste, coquet avec son patio intérieur, ses arcades nombreuses, ses chambres larges et aérées, sa longue salle à manger et son billard envahis de fraîcheur, et sa terrasse ouverte sur la grande féerie de la baie. Comme de juste, il l'appela l'hôtel des Mines. Après quoi, satisfait d'avoir ouvert à ses compatriotes et aux étrangers de passage un asile accueillant au milieu de l'aride et brûlante Diego-Suarez, notre homme se ruina".
L'établissement fut récupéré par la Banque de Madagascar et des Comores, puis par l'armée française, puis par l'armée malgache avant que le cyclone Kamisy ne siffle la fin de la récréation.

Photos suivantes :
Encore une comparaison à un siècle de distance : la descente vers le port. La forte pente explique que deux tireurs de pousse soient nécessaires.
Quelques bâtiments dont je n'ai pas trouvé trace aujourd'hui : le comptoir national d'escompte (1902, 1er établissement bancaire), l'ancienne poste et le poste optique.
Quelques bâtiments qui eux, témoignent : celui occupé aujourd'hui par la banque BMOI, celui de l'Alliance française récemment repeinte et l'hôpital.

Enfin, vous vous plaignez des raffineries bloquées en ce moment en France ? Prenez un zébu !

 

tireur pousse

  photo : Association Ambre, immeuble Socra, 25 rue François de Mahy, Antsiranana

DSCN0020 (Large)

 

comptoirnatescompte

photo : Association Ambre, immeuble Socra, 25 rue François de Mahy, Antsiranana

ancienne poste joffre (Large)

photo : Association Ambre, immeuble Socra, 25 rue François de Mahy, Antsiranana 

poste optique joffre (Large)

  photo : Association Ambre, immeuble Socra, 25 rue François de Mahy, Antsiranana

DSCN0002 (Large)

la BMOI

DSCN0071 (Large)

 

Bazary Be

le grand marché, construit en 1892, a succédé au petit marché en plein air de la ville basse progressivement abandonné au profit du bazary kely ou tsena (prononcer tsen) de tanambao, il fut repris et réhabilité par l'Alliance française en 1989. Son architecture métallique provient de l'atelier Eiffel.

 

DSCN0035 (Large)

l'hôpital de Diego

DSCN0036 (Large)

 

zebu monte

photo : Association Ambre, immeuble Socra, 25 rue François de Mahy, Antsiranana

Je dois de grands remerciements à l'Association Ambre qui a publié 4 dépliants sur Diego dans lesquels j'ai puisé de nombreuses informations. J'espère à l'avenir l'aider à mon tour.

 

Repost 0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 09:07

timbres art malgache

Un jour, Euphrasie-Framboise m'a dit que l'employée qui vendait des timbres au guichet de la poste à Tana avait humidifié avec sa langue un par un les nombreux timbres nécessaires à l'affranchissement de ses lettres : "qu'est-ce qu'elle doit avoir soif à la fin de la journée !" avait-elle ajouté. Cette 2è série de timbres malgaches est dédiée à cette employée.

 

timbres art malgache

Repost 0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 08:43

klee-chat-et-oiseau.1268647143

le chat et l'oiseau de Paul Klee pour ouvrir cette nouvelle série de moumoutes et bonchiens artistiques : Renoir, Modigliani, Chardin, Matisse, Picasso,

 

medium Renoir Jeune fille au chat

 

jeune-fille-au-chat-1878

 

auguste-renoir-fille-dormant-avec-chat

 

chat-modigliani.1268646522

 

raie

 

chat-matisse.1268646309

 

le chat de m matisse postcard-p239838046491636494trdg 400

 

Pablo-Picasso-Le-Chat-165633

 

Pablo-Picasso-The-Dog-164629

 

Pablo-Picasso-Chat-et-crabe-sur-la-plage--1965-166869

chat et crabe sur la plage

 

Pablo-Picasso-Nature-morte--chat-et-homard-166873

nature morte, chat et homard

 

medium picasso chat

 

 

Repost 0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 01:53

DSCN2857 (Large)

 

Après une multitude de réparations avant les prochaines, la 4L a bien voulu m'emmener ce matin à Ramena. J'ai été accueilli en musique car Aretha fait bon usage du lecteur audio-video que lui ai apporté samedi 2. Elle avait installé des affichages, les élèves ont travaillé les syllabes, l'oral et la lecture de l'alphabet comme je le souhaitais. Procédé La Martinière à tout moment et c'est ce qu'il faut faire. Je suis passé auprès de chacun pour qu'il me dise son nom "je m'appelle Aïcha", "je m'appelle Augustin" etc Et même les élèves qui s'expriment plus en malgache qu'en français m'ont fait entendre leur voix tout de suite : il faut dire que j'ai été accueilli triomphalement "Bonjour Jean-Claude!". On travaille les couleurs avec une comptine : le lundi est tout gris, jaune clair est le mardi, et voici le mercredi rose, jeudi bleu vient à son tour, vendredi vert le suit toujours, samedi rouge, dimanche blanc, c'est la joie pour les enfants"
Les nouveautés d'aujourd'hui : - de quoi suspendre 5 affichages - 2 dicos - 1 Bled - les crocolivres tome 2 - des ardoises - 4 cédés de comptines en double exemplaire- 7 tampons malgaches d'animaux - un zordi sans son avec clavier naze mais peut lire les formats texte et image.
A la récré, après la première demi-matinée, Aretha allaite Hakim, son fils d'un an, et me demande une trousse à pharmacie pour la prochaine fois. Puis travail sur la numération.

Photos prises ce matin avec le petit Nikon coolpix L16 qui marche encore miraculeusement puisque un chauffeur de taxi indélicat m'a volé ma sacoche vendredi dernier et qu'elle contenait l'Olympus SP570 UZ (+ lunettes de vue, téléphone, clé 3G, carte d'identité, grosse somme d'argent, carnets d'adresse etc)

 

DSCN2862 (Large)

Beaucoup de photos sur le lavage des mains aujourd'hui car c'est vraiment une cérémonie prise légitimement au sérieux.

 

DSCN2874 (Large)

 

DSCN2876 (Large)

 

DSCN2880 (Large)

 

DSCN2882 (Large)

 

DSCN2883 (Large)

 

DSCN2888 (Large)

 

DSCN2893 (Large)

 

DSCN2895 (Large)

 

DSCN2907 (Large)

 

DSCN2899 (Large)

 

DSCN2901 (Large)

Repost 0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 15:22

timbres art malgache

les efforts philatéliques des pays déshérités pour apporter un peu de culture sont indéniables, pendant que Laposte nous propose des "bonne fête" ou des "c'est un garçon" sans aucune originalité graphique

 

timbres art malgache 001

 

timbres art malgache 006

 

didieracerae

 

timbres art malgache 002

 

timbres art malgache3

 

timbres art malgache4

timbres art malgache5

 

timbres art malgache 006-copie-1

Repost 0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 14:58

etudes chats delacroix

Trois études de chats allongés : Eugène Delacroix

Un article dans lequel le référent s'efface résolument en faveur de la représentation voire de l'allusion et de la fiction.

 

assis tete-chat-delacroix

 

giacometti cat (Large)

Le chat , Giacometti

 

leonard-de-vinci-etude-du-mouvement-des-chats.1268645354

Etude du mouvement, Leonard de Vinci

 

avatar Ra tuant serpent Apopis

un avatar de Ra tuant le serpent Apopis

 

GPP0508-Tournee-du-Chat-Noir-c-1896-Posters

 

giacometti dog

le chien, Giacometti

 

st-jean-de-monts-2010-027b-1871

oeuvres d'un bored artist dans la belle expo d'images fabriquées "Transversalité" à Saint-Jean de Monts (85) l'été dernier

 

tablier danielle

le tablier de Danièle

main cousue

C'est comme ça, il existe des êtres humains assez dérangés pour importuner des douceurs de moumoutes soyeuses. Avouez que le propriétaire de cette main couturée ne l'a pas volé et que le moumoute à qui il a manqué de respect a eu raison de mordre et devrait recevoir une décoration.

 

"Cet étrange jeune homme devait être aussi curieux pour les commerçants du Chat-qui-pelote, que le Chat-qui-pelote l’était pour lui. [...] Pendant ces petits événements, les lourds volets intérieurs qui défendaient le léger vitrage de la boutique du Chat-qui-pelote avaient été enlevés comme par magie" Oui vous avez reconnu La Maison du chat qui pelote de Balzac (1829). Ceux qui connaîtraient vraiment une rue du moumoute qui pelote, merci de me l'indiquer.

 

Repost 0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 19:47

  clP9274011 (Large)

Naissance d'un CP à Ramena
La recette :
1/ apporter en plusieurs voyages depuis la France ou de la Réunion, en bagage soute et cabine, voire frêt cargo, 30 ardoises, 450 buchettes, des séries usagées (Crocolivres, Ratus, Comme un livre, Boscher) (merci Milie, Isabelle, Marielle, Roseline), crayons de couleur, pâte à modeler, jeux, cahiers, craies, gilets gonflables (pour apprendre à nager) etc
2/ avoir la chance d'arriver au moment (mars) où l'association "La maternelle de Ramena" de Swanie, Monique et Dadapierre http://www.normada.com/maternelleramena/, a décidé de se lancer dans l'aventure du CP. Les parents des élèves des 3 sections petite moyenne et grande, 30 élèves chacune, veulent éviter l'école publique (70 élèves / classe). Après beaucoup de péripéties pour trouver le terrain où construire la salle de classe, la situation se débloque fin août. Mais quelqu'un (comme ça personne n'est visé) nous a quand même fait croire plus d'un mois qu'il voulait bien nous louer un terrain ... qui ne lui appartient pas !  
Première semaine de septembre, la présidente se rend à Mayotte et le Lion's club met la main à la poche. C'est gagné
3/ Dadapierre, qui veut créer une autre école au Burkina-Faso, a la bonne idée de me rencontrer en mai et de me demander de prendre la suite de son rôle de conseiller : pour moi qui ai commencé ma carrière d'instit stagiaire en prenant en charge le CP de l'école d'application de l'école normale d'instituteurs d'Angers en octobre 1967, c'est du pain bénit. Oui, 1967, j'avais dû demander une dérogation au recteur car j'étais trop jeune, j'ai retrouvé ça dans mon dossier administratif fin août, 43 ans après, on ne rit pas.

La pratique :
Arrivé le 22 septembre sur la Grande île au lieu du 1er, j'ai d'abord donné la priorité au lycée où 11 classes étaient sans prof d'histoire des arts / arts plastiques depuis 3 semaines. 4 semaines après le cauchemar des 9 jours d'hospitalisation à St-Pierre, la main droite continue bravement de faire le job que la gauche refuse de faire. Et c'est ainsi que dès samedi 25, ma 4L (bien chargée, réparée la veille et l'avant-veille) m'a emmené à Ramena d'une main. Certes, j'ai dû l'abandonner lundi aprem non sans avoir tapé comme un malade sur le démarreur pour le décoller, mais qu'importe ! un petit voyage en taxi-brousse n'a jamais fait de mal à personne. Au départ : 17 passagers. A l'arrivée environ 25 + des chèvres sur le toit. Pour une 404 pick-up, c'est pas mal. Ce qui n'est pas rassurant, ce sont les déformations incessantes de la carrosserie, les crissements du métal lors du franchissement des passages bosselés de la piste, et les kilomètres de descente moteur coupé pour économiser le gas-oil. Mais bon. Une amie malgache m'a dit tout à l'heure que son taxi-brousse avait transporté 40 passagers sur le même trajet la veille. Ajoutons que la vaillante 4L (qui a dépassé les 500 000 kilomètres depuis longtemps) ne démarre le matin que si je lui verse son fond de verre d'essence au fond du gosier (le carbu) comme une bonne alcoolo. J'irai la chercher samedi prochain avec une pompe à essence d'occas.
Je rentre le soir épuisé (maux de ventre en dépit du colicalm et du bactrim, les malgaches eux ont le Kibouvi c'est-à-dire un ventre en fer), vent incessant à décorner les zébus, complications administratives et douanières, torture permanente du spectacle de malgaches qui crèvent la faim, qui font la manche et qui sont persuadés que le vasaha que je suis va les tirer de la misère alors que je ne suis pas résident ou expat mais en contrat local (même salaire qu'un malgache), mais Edwige ma femme de ménage pense à tout : cuisine, lessive, courses, ménage, je n'ai plus qu'à essayer de dormir (pas facile avec la lune et les aboiements des bonchiens).
Donc, lundi matin, Aretha m'accueille dans sa salle de classe. 17 élèves seulement (dont Romain, vasaha) : beaucoup d'absents. La veille, avait eu lieu une grande fête vocale et musicale sur la plage ! Ritualité : les enfants récitent les phrases d'usage : "Bonjour Maîtresse, bonjour les amis ... mains en l'air, mains aux épaules et en avant ... " puis l'appel, chacun répond "présent(e) maîtresse", des petits poulets circulent sous les tables, et on passe à la date du jour : "les 7 jours de la semaine sont lundi, mardi etc [...] quel jour on était hier ?" etc Chaque bonne réponse est suivie d'un fracas d'applaudissements. Mais voilà qu'un petit pleure à chaudes larmes. Son papa ne lui a pas mis de sirop dans sa gourde. Voilà justement le papa (alerté comment ?) qui arrive, parle en malgache à son fils. Que lui dit-il ? Sans aucun doute, qu'il n'a pas d'argent ce matin. Sans doute aussi qu'il en aura demain. Mais personne pour lui expliquer qu'il n'a pas besoin d'acheter du sirop chimique. Un peu de sucre de canne et des fruits de tamarin feraient l'affaire presque gratuitement. Chacun écrit (ou essaie d'écrire) son prénom en minuscules et en majuscules sur son ardoise. Puis l'alphabet, les nombres de 1 à 10, le nombre de doigts que Maîtresse montre.
A la récré, Aretha et moi, on se creuse pour résoudre le problème de l'affichage dans cette salle provisoire. Problème aussi de lecteur MP3. Lavage des mains très soigneux. Des enfants disciplinés et motivés qui m'adoptent. Emouvant.
Aretha ne me cache pas qu'elle compte sur mon soutien. Elle n'a jamais enseigné qu'en maternelle. Je vais faire de mon mieux. Mais samedi prochain, je ne ferai que l'aller-retour, je ne verrai pas les enfants : je dois être à Tana le lendemain pour une semaine de stage d'Histoire des Arts. La veille, dimanche 26, un orchestre (bon) avait égayé les clients du Badamera Café. Un bon moment et une diversité musicale qui passait par des morceaux franco-français des années 50. Nostalgie.
Dès que j'ai un moment, je vous parle un peu de ce que je prévois pour les 250 élèves qu'on me confie au lycée français. Pour l'instant, c'est surtout emmener à la déchetterie des m3 et des m3 de matériaux usagés et nettoyer pour que je puisse entreposer un minimum de matériel de dessin dans ma salle. A côté du cagibi attenant à ma salle de classe, les écuries d'Augias sont une plaisanterie. En dépit de mon onduleur/régulateur, les surtensions ont eu raison de mon acer aspire one en 48h. Dur. Heureusement, j'ai encore le MSI. Et 3 disques durs externes de 500G° bien organisés. J'ai acheté une imprimante/scanner/photocopieuse et elle marche ! Heureusement car trouver de l'aide en informatique ici ce serait difficile difficile.
Pour consoler ceux qui ont peur (je les comprends) et ceux qui n'ont pas l'argent du billet d'avion, voici quelques liens. Pour ceux qui veulent seulement lire, voyez Octave Mannoni, Jean Paulhan, Antoine (le chanteur).
Pas très bien compris les 4 ou 5 collègues qui ont désapprouvé mon départ, le bonheur serait-il dans le fric ? Je rappelle quand même que depuis que j'ai déposé mon dossier de retraite en février, la Réunion (Université, IUFM, Rectorat) ne m'a jamais rien proposé.
http://www.linternaute.com/video/62477/antoine-vous-emmene-a-madagascar/
http://patriciabourgeois.uniterre.com/29409/Passage+du+Cap+d%26%23039%3BAmbre.html
http://spiritua.typepad.com/round-the-world/madagascar/
http://madagascar.blog.lemonde.fr

 

P9274013 (Large)

 

P9264000 (Large)

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 05:20

P9223986 (Large)

c'était hier midi

le pain de sucre de la rade de Diego-Suarez apparaît dans le hublot

 

P9223989 (Large)

hier soir, de mon appartement, la lune s'est levée vers l'est, vers Ramena

le nouveau décor continue de se mettre en place

le soleil s'est levé là ce matin

P9223990 (Large)

Repost 0