Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 07:10

DSCN0514 (Large)

J'en ai compté jusqu'à 19. Je n'en revenais pas. Ce sont les bonchiens qui pourrissent et nourrissent mes nuits. Depuis le 22 septembre. Bientôt deux mois. Vers 18h, les moustiques annoncent la tombée de la nuit. Dengue, palu, chick à quoi je réponds 5 sur 5, citronnelle, manches longues, moustiquaire et tortillons à consumer. On essaie de rentrer vite. Mais il faut laver les timbales, fermer les tubes de gouache, mettre sous clé canson et pinceaux. Faire des courses. Heureusement, avant 20h, les agressions contre un vasaha isolé sont rares. Après, taxi obligatoire. Encore faut-il éviter de tomber sur le chauffeur de taxi qui m'a dépouillé.
19 donc. C'est vers 22h qu'ils commencent à se relayer : wow wow wow wow wow wow wow wow wow wow wow wow wow wow wow wow. ça dure, ça dure, des heures, sans temps mort, 23h, minuit, 1h, 2h, 3h. Vers 3h30, ce sont des plaintes, des wouwouwouwou lancés à la lune. Mais surtout, de temps en temps, les wow wow wow wow sont ponctués par un hurlement suraigu kaïkaïkaïkaï. J'ai mis des jours et des nuits à m'expliquer ce kaïkaïkaïkaï au milieu des wow wow wow wow. La plupart de ces bonchiens passent le plus clair de leur temps diurne immobiles, lovés dans un creux poussiéreux de la chaussée défoncée, et un passage dans la benne pleine d'immondices toute proche ne peut suffire à les sustenter. C'est lorsque j'en ai vu deux se poursuivre que j'ai compris : en fait, ils n'ont que trois pattes valides. Et ils courent aussi vite sur trois pattes que sur quatre. Que font-ils quand survient le kaïkaïkaïkaï ? Comment expliquer le passage des sourds wow wow wow wow au strident kaïkaïkaïkaï ? C'est tout simplement l'heure de la gamelle. Un bonchien se fait movéchien et cherche à croquer une des trois pattes du bonchien le plus proche ou le plus amoché. Le problème consiste à fabriquer un bonchien à deux pattes (comestible) avant d'être devenu soi-même un bonchien à deux pattes. A croquer avant d'être croqué. A ce moment-là, c'est gagné. Je suis sûr que la partie est remportée d'avance quand on a choisi un bonchien tripode, dépenaillé, pelé, galeux, pouilleux, terreux, osseux, minable, mais néanmoins saignant, bleu, tartare, si on mastique bien.
Il doit y avoir un système de renouvellement car ils sont toujours aussi nombreux. Les faubourgs jouent le rôle de réserve sans doute. Un congénère de la périphérie de la ville comprend que c'est son tour de faire le trajet, de passer de quatre à 3, puis de 3 à 2 pattes. De vérifier ce que disait Charles Darwin il y a un siècle et demi.
Le matin, les bonchiens repus dorment.

 

pastis karine gratton

Quant à ce moumoute de l'hémisphère nord, nommé Pastis, il plume des pigeons par désoeuvrement. Et aussi pour faire un peu d'exercice. Car sur la bascule, il pèse autant que deux bonchiens de ma rue. Pour faire comme les autres, parfois, il miaule : ses émincés de canard aux petits légumes goût souris pourraient être cuisinés plus délicatement.

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 13:11

DSCN0437 (Large)

dimanche dernier, c'était jour de régate à Ramena !

la voile du vainqueur se profile à l'horizon, c'est celle de Papajean !

 

DSCN0443 (Large)

8 participants ont rivalisé de prouesse

Franck Cammas a bien fait de ne pas venir, il aurait été battu !

 

DSCN0446 (Large)

sprint final

 

DSCN0449 (Large)

on attend encore 6 skippers

 

DSCN0456 (Large)

dès la ligne franchie, la voile est affalée, la barque est envahie par les admirateurs

 

DSCN0461 (Large)

le Roi de la mer arrive juste après Papajean

 

DSCN0468 (Large)

puis Portebonheur

 

DSCN0473 (Large)

Portebonheur est ovationné

 

DSCN0474 (Large)

 

DSCN0479 (Large)

le ravitaillement arrive

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 13:01

 

DSCN0494 (Large)

  Ce matin, 7h, surprise, Aretha arrive avec son fils de 18 mois (qu'elle allaite en classe) alors que je prenais mon petit déjeuner au Badamera Café : "Hakim a une grosse bronchite, je vais à Diego pour qu'il voie le docteur  --- D'accord je prends le CP --- Je t'emmène avec le 4X4 ajoute Swanie" Soulagement de la maîtresse. Pour moi, c'est le rêve. Comme sur des roulettes avec une vingtaine de bambins adorables.
-- 8h, l'appel, les rites
-- Lecture : savoir lire et écrire des mots qu'on emploie tous les jours, reconnaissance des syllabes connues à graphie unique (Ramena, école, Badamera café etc.)
-- Chant : j'accompagne à la flûte
-- Dessin, couleurs sur grandes feuilles ; l'inspiration vient de la régate de la veille, remportée haut la main par Papa Jean.
-- Lavage des mains (Denisca et Francia tirent le seau d'eau du puits)
-- Calcul : 2 notions encore jamais abordées : plus grand que / plus petit que
-- Chant à nouveau et retour de Maîtresse à midi
Les dessins seront offerts aux délégués du Lion's club de Mayotte (nos principaux bailleurs de fonds) car ils nous rendent visite le week-end prochain.
Dialettres, une liste de discussion privée de profs de lettres a annoncé une aide financière pour aider la création du CE1 l'an prochain (en nous achetant des tampons).
Claudie, une amie nantaise, a promis d'offrir un ordinateur portable en très bon état début janvier.
Enfin, une correspondance scolaire commence fin décembre avec le CP de Grande Ravine (Trois Bassins, La Réunion). C'est comme ça, la vie est très dure ici, mais parfois, c'est une pluie de bonnes nouvelles.

 

DSCN0485 (Large)

  DSCN0486 (Large)

 

DSCN0496 (Large)

 

DSCN0500 (Large)

 

DSCN0501 (Large)

 

DSCN0503 (Large)

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 15:26

DSCN0403 (Large)

Riding with death, 1988, acrylique et pastel gras sur toile, 249 X 289,5 cm

oeuvre réalisée peu de temps avant la mort de JM B.

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page 64-65


J'ai eu la chance avant-hier, de découvrir l'expo "Basquiat" qui a lieu au Musée d'art moderne de la Ville de Paris jusqu'au 30 janvier 2011, à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa naissance.
Les encyclopédies disent "de mère portoricaine et de père haïtien, né en 1960 à Brooklyn et mort en 1988 à la suite d’une overdose à l’âge de vingt-sept ans". Sa signature : SAMO (pour « Same Old Shit ») accompagné d’une couronne et du sigle du copyright. Culture underground, primitivisme, spontanéisme, admiration pour Andy Warhol, mais aussi pour Picasso.
Les toiles que j'ai vues (qui me hantent) donnent à lire des noms de noirs célèbres : Malcolm X, Cassius Clay, Charlie Parker, Miles Davis, le batteur Max Roach (concert à Rennes en 1977...)
Pourquoi parler de toiles, ce sont des planches, des morceaux de palissades, des linteaux récupérés, des sacs, des tôles, des masques mortuaires, des corps suppliciés, des cranes, le quotidien des opprimés, de ceux qui saignent, dont la couronne d'épines est remplacée par JM B par une couronne royale. Mes élèves malgaches apprécieront. Dès demain.

C'est de la peinture. De la beauté noire. Jean-Michel Basquiat ne fait que donner, se donner, offrir, s'offrir. Pas de titres, ou si peu, tout est untitled. Pourtant des mots dans l'acrylique et les pastels gras, nombreux. Mais lus-recopiés. Répétés. Mis sous nos yeux. Ironie retournée contre la violence du monde.
Sur une toile, des gouttes de sang ont rajouté du rouge aux pigments : "acrylique, pastels gras, sang". Je pense au poème de Guy Régis Junior "Atteint" "Atteint De quoi ? D'une balle. Tu sais, un projectile qui court... il court, il court et il rentre ; il court, il court, il court, il ravage" voir ici l'article "Guy Régis Junior" du 14 sept 2010. Ce n'est donc pas seulement parce que Jean-Michel avait un père haïtien que Guy Régis m'avait dit l'aimer. Immédiateté, intensité paroxystique, multitude des blessures et meurtres par balle.
Il faut avoir souffert pour savoir, pour faire savoir que le monde est laid. Jean-Michel le dit et on fait l'étonné on se le cachait. Après Jean-Michel Basquiat, on sait mieux que le mal existe tapi partout mais pour combien de temps. L'esclavage surtout, ses nouvelles formes subtiles. Oui les donneurs de leçons, les as du formatage, vous êtes cois pour combien de temps. Heureusement, on a Jean-Michel Basquiat, sa peinture violente pour pleurer. Son jazz pour se rappeler que la beauté est noire.

 

DSCN0407 (Large)

Famous Negro Athletes, 1981

pastel gras sur papier, 58,1 X 88,9 cm

coll Glenn O'Brien, NY

carte postale vendue au musée d'Art Moderne de la Ville de Paris (adagp paris 2010)

 

 

DSCN0361 (Large)

 

DSCN0366 (Large)

Now's the time, 1985, acrylique et huile sur bois, ø 235 cm

hommage à Charlie Parker

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page19

 

DSCN0367 (Large)

Hollywood Africans, 1983, acrylique et huile, papier collé sur panneau, morceau de bois et ficelle, 213,5 x 213,5 cm

the Whitney Museum of American rt, NY

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page34

 

DSCN0368 (Large)

In Italian, 1983, acrylique, pastel gras, feutre et assemblage sur toile sur cadre de bois, 225 X 203 cm, the Brant Foundation, E-U

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page35

 

DSCN0369 (Large)

Undiscovered Genius of the Mississippi Delta, 1983, acrylique, huile et collage papier sur toile, 121,9 X 467,4 cm, courtesy The Brant Foundation E-U

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page36-37

 

DSCN0370 (Large)

Pegasus, 1987 (détail), acrylique, pastel gras, graphite et crayons de couleur sur papier marouflé sur toile 223,5 X 228,5 cm courtesy Galerie Tony Shafrazi, N-Y

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page 40

 

DSCN0371 (Large)

Philistines, 1982, acrylique et pastel gras sur toile, 183 x 321,5 cm, coll Irma et Norman Braman, E-U

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page 42-43

 

DSCN0372 (Large)

Tuxedo, 1982-83, sérigraphie sur toile, 260 x 152 cm, courtesy Galerie Bruno Bischofberger, Zurich

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page 45

 

DSCN0374 (Large)

Boy and Dog in a Johnnypump, 1982, acrylique, pastel gras et peinture à l'aérosol sur toile, 240 x 420,5 cm, courtesy The Brant Foundation, E-U

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page 52-3

 

DSCN0375 (Large)

Untitled, 1987, acrylique, pastel gras, graphite, crayons de couleur et collage Xeros sur papier monté sur toile, 229 x 274 cm, courtesy Galerie Tony Shafrazi, N-Y

Connaissance des arts, H.S. n°468 octobre 2010, page 63

DSCN0386 (Large)

J-M Basquiat faisant un portrait de sa petite amie de l'époque, Paige Powell, N-Y, 1983, photographie de Paige Powell

Powell Archive Carmel, N-Y, 1983

carte postale vendue au musée d'Art Moderne de la Ville de Paris (adagp paris 2010)

 

DSCN0377 (Large)

Autoportrait comme talon, 2è partie, 1982,

acrylique et crayon gras sur toile de lin, 193 x 239 cm

figure 41, Basquiat, Découvrons l'art, Cercle d'art, 2003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 19:34

barbet doisneau

Jacques Prévert photographié par Robert Doisneau

Ce moumoutes et bonchiens 22 n'a, me direz-vous, aucune unité. Perrault, Colette, Doisneau, la philatélie, ce moumoute malgache qui s'appelle maki disent pourtant que moumoutes et bonchiens sont de toutes les époques et de tous les pays. Universalité mais aussi tyrannie quand on visite le site snobtoutou :

http://www.snobtoutou.com/

le sac Altesse et le sac Pam (pour transporter votre bonchien) ne coûtent que 186€

 

le-chien-a-roulettes

R Doisneau

pont des arts

R Doisneau

S7POD00Z

R Doisneau

 

Colette

Colette

 

lechatbotte

Gustave Doré

haingo mamy

Haingo (toile de Mamy)

bonchiens philatelie

 

id-fix

maki1 maki2

maki3

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 22:25

DSCN0233 (Large)

la machine même qu'utilisait ma maman pour coudre les fringues de toute la famille et le linge

de maison

j'étais à ses pieds, il y avait une pédale pour doser la puissance, mais le démarrage se faisait avec le volant latéral, à la main

à Tana aujourd'hui, la Singer a gardé son image prestigieuse

c'est une douceur

une douceur qui ne doit pas faire oublier qu'une couturière à la chaîne (jupes, pantalons) travaille de 7h à 16h30 avec une pause d'une heure à midi, du lundi au samedi, soit 51heures

pour gagner 120 000 ariarys par mois (48 euros)

avec un réglement intérieur qui n'accorde aucun droit

 

DSCN0209 (Large)

ces tampons sont uniques, faits à la main : caméléons, requins, makis, baobabs, zébus, margouillats, ravenales, tortues, dauphins, baleines, taxis-brousse, il y en a pour tous les goûts

ils se vendent dans les rues proches de l'avenue de l'Indépendance

Aretha, la maîtresse du CP de Ramena, apprenant que j'allais à Tana, m'a envoyé un SMS pour me demander de lui en rapporter

 

DSCN0236 (Large)

aronde, versailles, dauphine, 203, 202, traction, on en trouve à Tana

 

DSCN0287 (Large)

les toilettes de la gare de Tana : le grand chic

 

DSCN0221 (Large)

les faubourgs de Tana

 

DSCN0223 (Large)

des rizières en pleine ville

 

DSCN0226 (Large)

 

DSCN0227 (Large)

le séchage du linge

 

DSCN0229 (Large)

la douceur de Tana, c'est encore plus le soir (mais vasaha seul, vas-y en taxi!) 

ici, le restaurant du Sakamanga, récemment refaite, avec ses photos artistiques

 

DSCN0230 (Large)

à ceux qui se posent la question, oui je demande systématiquement l'autorisation avant de prendre une photo

 

DSCN0231 (Large)

surtout quand c'est une photo de photo

 

DSCN0232 (Large)

la sculpture sur bois peut être phallique et féminine

 

DSCN0306 (Large)

un tour au Pub pour finir

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 20:41

DSCN0242 (Large)

avant-hier, samedi midi, j'avais rendez-vous avec mes amis chantal et Andou au café de la gare de Tana

j'entre dans le hall

au lieu d'être dans une gare, je suis dans une expo de Mamy !

cette toile s'intitule "Transcendance"

Mamy Rajoelisolo, qui enseigne les arts plastiques à l'Université de Tana, était là

je lui ai dit à quel point ses toiles me font penser à Zoran Music et il a confirmé cette filiation

 

DSCN0243 (Large)

alokamavo sy ny adama

 

DSCN0244 (Large)

valiha hitsa hikado

 

DSCN0245 (Large)

haingo (= décor)

 

DSCN0246 (Large)

2010

 

Les oeuvres de Mamy sont pourtant très éloignées de celle de Music car elles mettent en scène des êtres humains qui sont rarement noyés au fond de leur solitude, ils apparaissent au contraire nécessaires les uns aux autres, liés socialement, nés les uns des autres

Mamy associe plusieurs techniques dans chaque tableau : acrylique, huile, terre, tissu ...

 

DSCN0240 (Large)

Mamy au milieu de son expo

 

DSCN0241 (Large)

 

DSCN0238 (Large)

La gare de Tana, très desaffectée mais pas complètement, construite en même temps que la gare d'Orsay, choisie pour abriter une expo de peinture contemporaine, quelle bonne idée ...

 

DSCN0263 (Large)

j'avais rejoint Chantal et Andou depuis 5', Mamy et Eva arrivent ; aussitôt Mamy se met à dessiner les clients un par un : ravis car il leur offre systématiquement le fruit de son travail

 

DSCN0264 (Large)

 

DSCN0265 (Large)

 

DSCN0266 (Large)

JC 23oct10 tana mamy (Large)

comme les autres, j'ai droit à mon dessin

 

eva (Large)

Eva, talentueuse danseuse-chanteuse franco-malgache, aussi

 

DSCN0259 (Large)

elle a même droit au dessin d'un autre admirateur

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 19:39

invitation

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 17:20

DSCN0024 (Large)

Le port de Diego n'est plus ce qu'il a été certes. Mais il vit et fait rêver encore. Peu de photos, peu d'infos encore à vous livrer mais il faut un début à tout. En attendant d'avoir le droit de visiter PFOI, Pêche Froid Océan Indien, je vous en présente l'entrée car il est très possible que sur des boîtes de conserve de thon, vous reconnaissiez le logo Pompon rouge au-dessus de l'escalier.

Construite à partir de 1988 par les Pêcheries Delpierre de Boulogne sur Mer, PFOI accueille le contenu des cales des thoniers de l'océan indien (environ 40 000 tonnes /an) et emploie 1400 salariés. Au naturel ou à l'huile, en boîtes métalliques ou en poches souples, le thon c'est bon.

 

DSCN0057 (Large)

Diego exporte aussi du café, du cacao, des noix de cajou, du poivre, du coton, du bois. Importations : ciment (ce vraquier m'a tout l'air d'être venu en apporter), riz, véhicules, containers de particuliers.

 

grue vapeur port

Certes, ce n'est plus l'intense trafic des navires de la Compagnie des Messageries Maritimes venus chaque mois du Havre, de Marseille, de La Réunion, de Maurice. Mais, avec 420 mètres de quais linéaires, il y a toujours 4 ou 5 gros navires à l'ancre dans le port de Diego : thoniers, cargos, pétroliers, paquebots de croisière, navires militaires etc.

 

DSCN0025 (Large)

 

DSCN0062 (Large)

la capitainerie

DSCN0065 (Large)

le pilote

DSCN0028 (Large)

Le port de Diego, c'est aussi une importante activité de réparation et de construction navales avec la SECREN.

 

DSCN0029 (Large)

 

DSCN0033 (Large)

 

DSCN0030 (Large)

un catamaran bien caché

DSCN0043 (Large)

un petit voilier entre dans la crique de la Dordogne

 

DSCN0053 (Large)

la Dordogne et ses barques de pêche

 

DSCN0068 (Large)

Enfin, Diego c'est la nostalgie et la léthargie d'un port militaire. En 1900, dans la base militaire édifiée 15 ans plus tôt, Joffre dispose de 5000 hommes.

 

DSCN0066 (Large)

 

DSCN0042 (Large)

 

DSCN0041 (Large)

En 1942, l'administration coloniale est sous le contrôle de Vichy. La Royal Navy et les Forces Françaises Libres prennent possession de la base navale à l'issue de violents combats. "Quatre braves marins de sous-marins de poche" nippons y ont laissé leur vie.

 

DSCN0026 (Large)

cachettes pour les poissons mais danger pour la navigation, les nombreuses épaves qui jonchent le port de Diego n'en finissent pas de témoigner

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 18:29

DSCN0093 (Large)

Regardez ces peintures : elles sont réalisées sur papier, en format 2m X 3,80m, et elles sont éphémères, livrées au vent, au soleil, à la pluie. Elles ont été réalisées par Paul Bloas à Orangea, près de Ramena au début des anées 2000. Il n'en reste à peu près rien, mais j'ai pu me procurer le livre "Mada, debout, de terre et d'eau" aux Editions Alternatives 2003 et faire quelques photos. Paul Bloas (né en 1962) a passé son enfance à Diego-Suarez. Son site : http://www.paulbloas.com/
Voici ce qu'on lit en 4è de couverture :
"A la pérennité de l'oeuvre, à la toile faite pour traverser le temps, Paul Bloas, artiste peintre, préfère l'éphémère absolu et ses géants de papier, collés à même les murs et voués à disparaître. S'il reste une trace, infime, c'est celle que le soleil, le vent ou la pluie... auront bien voulu laisser.
Ces personnages massifs, "sur-humains", ont inscrit leur silhouette dans des lieux à leur mesure -- prison de Brest, bains turcs de Budapest, base sous-marine de Bordeaux... Avec "Mada", Paul Bloas revient sur les terres de son enfance, à Madagascar. De 1998 à 2003, ses différents séjours auront pour cadre la baie de Diego-Suarez, à la pointe nord de l'île, et les ruines d'un ancien camp de la Légion française qu'il investit de ses peintures monumentales. Un travail pictural que l'artiste double d'un film, réalisé sur place, et d'un carnet de voyage qui accompagne ici les photos de cette oeuvre résolument hors cadre."
Certes, des photos et des films demeurent. Mais j'ai tendance à penser que l'émotion laisse dans la mémoire des traces plus durables encore et rétribue ce qu'il y a de gratuit et de désintéressé dans ce travail démiurgique.
Est-ce que l'un de mes élèves choisira l'art éphémère comme projet personnel pour sa réalisation artistique en vue du Brevet 2011 ? On verra.

 

DSCN0094 (Large)

 

DSCN0095 (Large)

 

DSCN0096 (Large)

 

DSCN0099 (Large)

 

DSCN0097 (Large)

 

DSCN0100 (Large)

 

DSCN0101 (Large)

 

DSCN0105 (Large)

 

DSCN0106 (Large)

 

bloas1 (Large)

 

bloas2 (Large)

 

bloas3 (Large)

 

bloas4 (Large)

Partager cet article

Repost0