Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 18:43

P1200715 [1600x1200]

  Jeudi matin, départ à 5h. A la nuit glaciale succède la chaleur de la journée. Le sable s'infiltre partout. Jusqu’au Sénégal, au calvaire des postes de police, s’ajoutera celui des nids de poule. Les mauritaniens, au volant de leurs Renault 21 Nevada ne ralentissent pas, ce qui expliquent le grand nombre de débris de pneus au bord des routes (pneus éclatés). Aucune signalisation routière. Des animaux sur la route. Mais surtout, des ornières, des trous dans la chaussée qui menacent à tout moment les carters des véhicules chargés. Et toujours les interminables palabres aux postes de police. A 50 kms de Rosso, un policier a exigé que je lui donne des cahiers et des livres pour ses enfants !
Rosso Mauritanie : je m’acquitte des 90 € de visa pour 2 entrées et en 2h30 j’ai terminé mes démarches.
Traversée du fleuve Sénégal et douanes sénégalaises : un agent intermédiaire chaperonne obligatoirement chaque voyageur français, et comme ce cicerone ne traduit jamais en français ses longs entretiens en wolof, on est piégé. Toujours et encore il faut payer. Par exemple, 10 euros le passage en pirogue au lieu de 25 centimes. Pendant une heure mon guide va me faire croire qu’il connaît des cyberboutiques pour ouvrir et imprimer mon pré-enrôlement (que j’ai dans une clé usb), mais à chaque fois, curieusement, soit il n’y a pas Adobe Reader, soit il n’y a pas d’internet pour le télécharger. Tout ça pour me demander 30€ de backchich : 25 pour le chef des douaniers, 5 pour lui.
On n’en meurt pas, il y a des choses plus importantes, mais tout de même , quelle image du pays est donnée par ceux qui incarnent la loi ! Il est vrai que les touristes prennent l’avion et ne voient pas tout ça.
Au Sénégal, les contrôles de police sont remplacés par des ralentisseurs. Fin du racket.
Arrivée jeudi soir à M’Borro (5600 kms). Accueil chaleureux dans la famille de Pape. Premières discussions avec Bodiel, instit de CM1.

 

P1200722 [1600x1200]

 

P1200724 [1600x1200]

Rosso Mauritanie : embarquement de la voiture

  P1200733 [1600x1200]

 

P1200735 [1600x1200]

 

P1200736 [1600x1200]

 

P1200751 [1600x1200]

 

P1200759 [1600x1200]

arrivée au Sénégal

 

P1200760 [1600x1200]

 

P1200767 [1600x1200]

Saint-Louis, la capitale coloniale

l'arrivée est proche

Repost 0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 17:05

P1200582 [1600x1200]

Mercredi 8, départ à 4h30. A Boujdour, impossible d’avoir un café (que j’ai demandé en espagnol, en anglais, en arabe et en français), pendant 25’ le serveur fait passer une multitude de clients arrivés après moi, donc on se casse.
A l’approche de Dakhla, le soleil se lève sur le reg de notre route 66. D’innombrables pilônes radio-tv-téléphone, d’innombrables postes de police. Un policier marocain veut que je lui trouve une épouse française sur Facebook. Les lignes droites de plusieurs dizaines de kilomètres s’enchaînent pied au plancher malgré bosses et secousses. De temps en temps je remplace Pape au volant. Sur notre droite, régulièrement, on aperçoit les vagues de l’océan qui déferlent, un ourlet blanc festonné à perte de vue, coquetterie de l’immensité atlantique. Le vent balaie le reg et la route, la lumière dorée du matin allonge des ombres surhumaines. Lydia, ces paysages qui ont tant fait rêver Mermoz et Saint-Ex sont pour toi. Bien tapies entre des touffes de doum, quelques huttes de chameliers. De temps à autre, un oiseau passe. Mais c'est seulement en Mauritanie et au Sénégal que je retrouverai les hirondelles de Loire-Atlantique.

P1200585 [1600x1200]

 

P1200587 [1600x1200]

 

P1200590 [1600x1200]

 

P1200592 [1600x1200]

 

P1200594 [1600x1200]

 

P1200598 [1600x1200]

 

P1200602 [1600x1200]

 

P1200603 [1600x1200]

 

P1200605 [1600x1200]

 

P1200606 [1600x1200]

 

P1200615 [1600x1200]

 

P1200623 [1600x1200]

 

P1200624 [1600x1200]

 

P1200653 [1600x1200]

Dakhla

P1200655 [1600x1200]

 

P1200665 [1600x1200]

 

P1200676 [1600x1200]

Un virage, la nuit, des gravillons, vitesse élevée, crevaison lente ou endormissement = tonneaux assurés. Ce burkinabé vient de sortir de la route avec son Toyota RAV4 près de Dakhla. Sa galère commence.

P1200681 [1600x1200]

 

P1200692 [1600x1200]

 

P1200693 [1600x1200]

 

P1200696 [1600x1200]

 

P1200698 [1600x1200]

 

P1200705 [1600x1200]

 

P1200707 [1600x1200]

A l'approche de Nouakchott, les paysages contiennent des formations érodées par le vent qui semblent des carcasses de dinosaures échouées là à la manière d'Enki Bilal

Repost 0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 15:46

P1200521 [1600x1200]

Mardi 7 midi : Agadir. Mohammed nous a préparés d’énormes poissons pêchés la nuit précédente. Accueil spécial « Grands de ce monde ».
Les villes défilent : Tiznit, Goulmin, Tan-Tan. Le trafic est très important, même la nuit.
Les contrôles de police sont incessants depuis Agadir : tout est vérifié et revérifié : feux de position, de croisement, de route, clignotants, 3 stops, permis, carte grise, assurance marocaine, gilet fluo, triangle, extincteur, vaccinations, passeports, visas etc. Quand tout est en règle, alors on fait décharger tous les bagages en pleine nuit. Si les voyageurs n’ont toujours pas compris qu’il faut payer un backchich, alors le policier zélé invente des infractions : non-port de la ceinture (qu’il a bien fallu détacher pour descendre de voiture), vitres teintées et même défaut de trousse à pharmacie ! Les amendes pleuvent, impossible d’y échapper et pas de reçu.
Coucher de soleil au niveau de Tarfaya. Musée Saint-Exupéry : à bientôt en janvier 2015 !
Vers 22h, arrivée à El Aïoun où l’on passe la nuit.

 

P1200523 [1600x1200]

 

P1200529 [1600x1200]

 

P1200539 [1600x1200]

 

P1200544 [1600x1200]

 

P1200547 [1600x1200]

 

P1200558 [1600x1200]

 

P1200560 [1600x1200]

 

P1200563 [1600x1200]

 

P1200564 [1600x1200]

 

P1200567 [1600x1200]

Repost 0
Published by - dans maroc
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 14:33

P1200432 (Large)

Dimanche 5 janvier 2014, 9h : départ de Saint-Herblain avec Pape comme co-pilote. La C3 TDI emporte 154 kgs de matériel scolaire offert par les instituteurs, élèves et parents d'élèves de l'école primaire Dallet de St-Brévin les pins (44).
A 13h, à Bordeaux, Valérie nous confie de gros colis (livres, couvertures, papeterie) pour des instits d'Agadir, mais aussi pour les écoles de M'Borro où je serai dans 5 jours (à 3h 30 de Dakar). Elle y ajoute galette des rois et un Graves millésimé.
A 16h, on est Pamplona. Puis Zaragoza. Nuit à Valence.
Lundi 6 à 17h : Tanger. A 20h30 : Mohammedia, où on passe la 2è nuit. Déjà 2300 kms.

 

P1200447 [1600x1200]

 

P1200449 [1600x1200]

 

P1200450 [1600x1200]

 

P1200454 [1600x1200]

 

P1200457 [1600x1200]

 

P1200462 [1600x1200]

la Sierra Nevada

 

P1200478 [1600x1200]

 

P1200483 [1600x1200]

 

P1200488 [1600x1200]

 

P1200491 [1600x1200]

près de Gilbraltar

 

P1200495 [1600x1200]

 

P1200496 [1600x1200]

 

P1200501 [1600x1200]

 

P1200503 [1600x1200]

 

P1200508 [1600x1200]

Tanger

 

P1200511 [1600x1200]

 

P1200517 [1600x1200]

Repost 0
Published by - dans maroc
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 21:27

les jeunes

les jeunes savent très bien qu'un jour ils seront vieux
mais c'est loin
que sera demain
ce qui est pris est pris
jouer avec les vieux
jouer à être vieux
prend du temps
aimer c'est toute une vie
d'abord se différencier voler de ses propres ailes
vivre c'est lâcher prise
ou s'accrocher
c'est selon
c'est chercher sans relâche et trouver à la fin
qu'il n'y avait rien à trouver, que le but était de chercher
de se chercher
les jeunes sont plus ou moins jeunes
ils poussent devant eux des vieux plus ou moins vieux
mais de plus jeunes encore poussent par derrière
quelquefois quelques-uns tombent
certains se relèvent
à 2 3 ou 4 pattes
déambulateurs béquilles et fauteuils roulants ne sont pas tous pour les vieux
les jeunes sont plus grands ou moins grands que les vieux
souvent ils vont plus vite, plus haut, plus loin que les vieux
que seraient les jeunes sans les vieux
que seraient les vieux sans les jeunes
les jeunes veulent être aidés par les vieux et ne pas l'être
les vieux veulent aider les jeunes ou pas
et ne peuvent ni ne savent comment faire
les jeunes veulent rester jeunes et ne le peuvent pas
certains vieux ne reconnaissent plus les jeunes
certains vieux se souviennent qu'ils ont été jeunes afin d'oublier qu'ils sont vieux
d'autres ont oublié qu'ils ont été jeunes
les jeunes paient pour les vieux
les vieux paient pour les jeunes
les jeunes et les vieux portent leur âge et en paient le prix
les jeunes vieillissent
certains plus vite que les autres
aucun vieux ne rajeunit
il faut bien que jeunesse se passe
et que les vieux trépassent
certains vieux et certains jeunes mentent sur leur âge
mais ils ont l'âge de leurs artères
aucun jeune ne peut être sûr d'être vieux un jour
chaque jour des jeunes naissent
chaque jour des jeunes et des vieux disparaissent
on ne sait pas combien
on ne sait pas depuis combien de temps
on ne sait pas pour combien de temps
ça n'arrête pas

Repost 0
Published by - dans impro
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 21:23

les vieux

les vieux sont tellement vieux qu'ils ont des trous noirs
qu'ils vont vers le trou noir
parfois ils disparaissent des écrans des carnets d'adresses
pourtant les jeunes ne savent plus quoi faire quand ils croient leur dernière heure arrivée
il leur faut des vieux
des vieux pour savoir qu'un jour ils seront vieux
que des vieux vont
que des vieux viennent
ouvrent un buffet
reviennent vieillis frotter l'armoire ou l'armurerie
ferment les yeux flottent dans la flanelle
faux départ et puis faux bond
veines rides cuir corne crâne
les vieux les vieilles parfois s'affaissent et s'effacent sous leur faix
leur souffle court long à s'affaiblir
les vieux venus ont vu ont été vaincus
se découvrent sans racines
les vieux ne reviennent pas
les vieux parfois disparaissent dans l'herbe entre les pierres
balayés par le vent

du bout de sa canne ce vieux
touille les feuilles mortes se ravise et repart
en fait depuis des siècles il sait où il va
mais trop rarement se l'avoue
trop souvent il ne veut pas le savoir
vieux honte bave
ne croit plus à l'amitié des arbres
vacille
chancelle
à petits pas dans les feuilles mortes il piétine patiemment
se dodeline doucement
s'affaisse silencieusement
et comme les autres vieux choie et s'échoue mollement

ma maman me disait souvent (j'avais 10 ans peur et pas de réponses) que le bonheur de vivre venait de nombreux bonheurs tout petits, c'est-à-dire qu'elle avait mesuré ce qui nous sépare de la mort (et qui est à la fois infime et infini) où avait-elle appris ça ? à 14 ans pendant la guerre quand lui échurent les fonctions de maman de son petit frère nouveau-né sans doute
en tout cas elle m'a transmis ce savoir

ce vieux donc traîne de petits pas dans les feuilles mortes
il faut y aller
très tôt il a su qu'il devrait s'allonger une dernière fois
au début il n'y pense pas trop
il profite même souvent de belles plages d'oubli
et peu à peu impossible de le nier
l'abîme s'approche
il a beau ralentir
les pieds dans les feuilles mortes
il a beau avoir joué au loto
trépigné devant sa télé
engueulé des gosses
chié dans son froc
l'abîme s'approche
il a beau ralentir
il a beau se courber
impossible d'oublier
y a pas
i faut y aller

le lundi est tout gris
qu'a-t-il fait de sa vie
a-t-il même eu une vie
en est-il un plus pauvre en la machine ronde
où habite-t-il il ne sait plus c'est dans les oubliettes
s'est-il grisé souvent
comme il aimait rouler du gris
l'homme grisonnant mécaniquement se ment se manque
et rit
il va là où ses pieds le mènent
il va se fendillant
en se fossilisant
avec ses neurones gris à prix réduit
il tourne en rond petite marionnette
il cuit il fond il coule comme le plomb

16 décembre 2013

Repost 0
Published by - dans impro
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 21:03

P1200366 (Large)

25 décembre 2013, plage de la Turballe

 

becasseau1

becasseaux variables

 

P1200310 (Large)

 

P1200322 (Large)

 

P1200327 (Large)

 

P1200379 (Large)

 

mouette1

 

mouette2

 

P1200382 (Large)

cormorans

Repost 0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 21:55

P1200333 (Large)

c'était mercredi dernier 25 décembre après-midi

plage de La Turballe

21 photos en 21 secondes, appareil fixe

LUMIX FZ 45 lentille Leica 1:2.8 - 5.2/4.5

respiration astronomique

réglages lumineux basse tension qualités de gris

ressac garantie à vie

P1200334 (Large)

 

P1200335 (Large)

 

P1200336 (Large)

 

P1200337 (Large)

 

P1200338 (Large)

 

P1200339 (Large)

 

P1200340 (Large)

 

P1200341 (Large)

 

P1200342 (Large)

 

P1200343 (Large)

 

P1200344 (Large)

 

P1200345 (Large)

 

P1200346 (Large)

 

P1200347 (Large)

 

P1200348 (Large)

 

P1200349 (Large)

 

P1200350 (Large)

 

P1200351 (Large)

 

P1200352 (Large)

 

P1200353 (Large)

Repost 0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 11:02

voeux2014.jpg

paille_en_queue, 2013, cap Miné, grande passe de Diego-Suarez

Repost 0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 23:33

P1190038 (Large)

En dépit des attentes interminables, il est impossible de s'ennuyer à Diego et à Ramena

Qui est-ce qui va manger du bon mérou ? les clients de la Gargotte dynamique tenue par Charlotte.

 

P1190041 (Large)

capitaines, perroquets, demoiselles

 

P1190144 (Large)

Avant

 

P1190142 (Large)

Après

 

P1190430 (Large)

 devant le 5tropprès

 

P1190546 (Large)

la gargotte d'Elodie (élève de CE1)

 

P1190547 (Large)

 

P1190437 (Large)

Certaines affiches électorales sont venues jusqu'à Ramena (1er tour de l'élection présidentielle le 25 octobre dernier) 

Ici celle de la candidate des Verts, Saraha Rabeharisoa, (4,5% des suffrages, arrivée 5è sur 33 candidats)

 

P1190954 (Large)

  C'était difficile d'avoir des détails sur les programmes mais parfois on avait droit à des bribes dans les interviews publiées dans des quotidiens. Encore plus difficile de croire que l'heureux élu (2è tour le 20 décembre) tiendra toutes ses promessesmais sait-on jamais ?

 

P1190171 (Large)

  La THB (three horses beer) est une bonne bière. Mais la Libertalia est encore meilleure. Elle tire son nom de cette république libertaire qui aurait été fondée par le pirate Misson et son comparse italien Caraccioli (modèles du capitaine Crochet) à l'époque de Louis XIV dans la Baie des Français entre Diego et Ramena. Inventée il y a 351 ans, la Libertalia surpasse forcément toutes les autres bières. Surtout lorsqu'elle est servie à L'Art'Kenciel...

http://latribune.cyber-diego.com/histoire/111-libertalia-oh-legende-cherie.html

 

P1190168 (Large)

 

P1190172 (Large)

 

P1190167 (Large)

  A l'Art'Kenciel, on trouve souvent sous sa table un canard, une poule ou un lapin

 

P1190164

et si on regarde dans la rue, on peut même voir passer une jeune mariée et son mari général

 

P1190220 (Copier)

le 29 septembre : 5è marathon de Diego !

un certain nombre partent en chaussettes

beaucoup de marathoniens malagasy terminent pieds nus

 

P1190222 (Copier)

6h 30 place de la mairie, c'est parti pour les 42,195 kms 

Le marathon de Diego est réputé pour sa grande difficulté. Tous les coureurs disent à quel point le varatraza est l'Ennemi. Il tournoie, déstabilise, empoussière les yeux, assèche les gorges. Il faut de plus sans cesse regarder où l'on met les pieds tant la piste est bosselée, trouée de nids de poule. Il y a la chaleur. Il y a enfin les nombreux dénivelés tout au long du parcours. Cette année, pour la 5è fois consécutive, malgré la présence de mahorais, de réunionnais, de français, de canadiens, d'américains dans les 120 coureurs, c'est encore un malgache qui a remporté l'épreuve.

 

P1190225 (Copier)

 

P1190234 (Copier)

  Pour le vainqueur William Rasendrason, après 2h49 d'efforts, l'arrivée n'est plus très loin.

Le 2è est 10' derrière. Le 3è : 35' !

 

P1190245 (Copier)

  Arrivée de la 1ère féminine, Landirina Ratinarisoa en 3h 39' : le 5è temps !

  quel talent

Repost 0