Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 14:29

c'est difficile de trouver les mots
même avec une radio dédiée 24/24 au jazz en arrière-plan
c'est quelque chose d'horrible de se faire voler sous ses yeux des mois d'écriture à Mada (200  pages, 3 cahiers) par un chauffeur de taxi
de porter plainte pour complicité de vol (au lieu de vol afin de protéger le voleur), de proposer au commissaire le n° de tel du voleur et de s'entendre dire "Comment ?! vous osez mettre en doute les compétences de mes hommes ?!" (vite compris qu'aucune enquête n'aurait lieu)
c'est pénible d'être ignoré, réduit à un fantôme quand on vient des mois durant, 2 fois par semaine, bénévolement, aider une maîtresse de GS promue maîtresse de CP du jour au lendemain, alors qu'on a déjà un service au lycée français à 45' de là par la piste, jusqu'à l'épuisement (coma et hospitalisation en mars 2010)
mais c'était pas pour rien puisque maîtresse Hélène en novembre est venue, puisque les CP sont devenus des CM1 admirés du monde entier, que tant de maîtresses rényonèses sont venues ensuite et reviendront
mignonne Herlette qui reprend en ce moment ce job sans espoir
pauvre dadapierre à qui je rends si souvent visite dans ton carré C4 du Tampon tu avais le moral pour croire à une aventure si interminable
c'est difficile de trouver les mots et dire pourquoi depuis avant-hier soir sur le tarmac à CDG je suis en état d'apesanteur, terra incognita
à la place de parfums enivrants, couleurs intenses, saveurs violentes et quelques nuits torrides, c'est hexagonalement gris, froid, mouillé, morose
je voudrais que l'Art Kenciel poursuive sa route pour devenir le Lieu incontournable de Diego, celui dont parleront les puissants de ce monde dans leurs SMS et en attendant je continuerai d'y installer mes quartiers d'hiver et d'été
Art kenciel où j'ai chanté Eddy Mitchell et Claude Nougaro le mois dernier !
c'est difficile de trouver les mots
comme l'alcoo privé de sa bouteille, je parle avec l'enfant absent
ventre ouvert
c'est brûlé
c'est difficile de trouver les mots
qui disent va voir là-bas si j'y suis
là-bas, la vie, demain
ici, c'est pas ici, c'est pas par là
hier j'y étais
où serai-je demain
d'où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l'on sait où l'on va ? (5è et 6è phrases de Jacques le fataliste, avant les dérapages post-romantiques sur les futurs droits du sol)
et toi t'es qui ?
tu serais pas Herbie Hancock par hasard ?
qui a faux ? tout faux ?
la vie humaine passe
c'est quoi 63 ans si peu
amin'ny manaraka
un lapin lorsqu'il a franchi plusieurs fois le mur du son de la fatigue
pour qui trouver les mots c'est difficile

24 octobre 2013

Repost 0
Published by - dans impro
commenter cet article
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 14:07

P7180009 (Large)

Toutes les vidéos des 17è rencontres Ecrivains en bord de mer sont à présent en ligne (toutes téléchargeables) http://www.ecrivainsenborddemer.fr/ > vidéos 2013
Pour la 2è journée, le jeudi 18 juillet, plusieurs écrivains importants rencontraient lecteurs et critiques : Claro, Harry Matthews qui remplaçait Marie Chaix souffrante [ai été enthousiasmé par "L'été du sureau"], Christine Montalbetti, Alban Lefranc, Jakuta Alikovazovic, Emmanuelle Bayamack-Tam, Christian Garcin, Thalia Field et Vincent Broqua.
Impossible pour moi de détailler autant d'interventions aussi denses, mais il est bien possible que je revienne sur le travail de 2 ou 3 d'entre eux à l'avenir. Claro : lecture d'un long poème "work in progress" avec autocommentaires désopilants en live, entrecoupée d'épisodes de l'histoire de la vieille dame qui lisait Kant, se bourrait de gâteaux au chocolat et laissait une valise qui sert aujourd'hui de bureau à Claro. Christine Montalbetti : cow-boy, errance, Love Hôtel (écrit pendant et à proximité de l'explosion de la centrale de Fukushima) = à bientôt le + tôt possible. Alban Lefranc raconte de façon littéraire la vie de personnes réelles (avec Fassbinder en tête ou plutôt dans les yeux), le corps au centre de la situation tendue, plombée, créée par la bande à Baader. Jakuta Alikavazovic : une écriture qui dépasse la notion de focalisation car elle procède par plans successifs et pas de fondu-enchaînés , faussaire géniale, références et sources, le vrai passe souvent pour du faux et vice-versa.
Je parlerai un tout petit peu plus d'Emmanuelle Bayamack-Tam (qui a eu droit à 2 pages dans le Télérama du 17 juillet) dont je viens de lire "Si tout n'a pas péri avec mon innocence" (traduc d'un vers d'Ovide). Je recommande ce roman chaudement (c'est le terme approprié). L'interview menée par Alain Nicolas reste néanmoins fade car il aurait pu rebondir sur certaines phrases d' EBT. Quelques exemples :
AN : le roman est-il autobiographique ?
EBT : non, évidemment (ah bon ? pourtant Emmanuelle, on sent que tu inventes peu, et que parfois la narratrice relaie tes analyses (ô combien pertinentes))
EBT : quand je commence un roman je ne sais comment ça finira (tu sais quand même qu'il faudra finir)
EBT : beaucoup de parents pensent que le corps de leur enfant leur appartient (entièrement d'accord), l'éducation est une amputation (encore d'accord cf les ref à Salomé et Jean-Baptiste, mais l'éducation n'est-elle pas la moins mauvaise des amputations ?)
Rien d'étonnant à ce que Si tout n'a pas péri avec mon innocence ait obtenu le prix Alexandre Vialatte 2013 et le prix Ouest-France Etonnants voyageurs 2013 (décernés par des lecteurs âgés de 15 à 20 ans).

 

P7180001 (Large)

 

P7180004 (Large)

Alban Lefranc et Claro

 

P7180005 (Large)

Jakuta Alikavazovic

 

P7180011 (Large)

Emmanuelle Bayamack-Tam

 

P7180013 (Large)

 

P7180015 (Large)

Christian Garcin ("les nuits de Vladivostok")

 

P7180035 (Large)

Claro

P7190021 (Large)

 

P7190022 (Large)

 

P7190023 (Large)

 

P7190023 (Large)-copie-1

 

P7190024 (Large)-copie-1

 

P7190025 (Large)

 

P7190026 (Large)

 

P7200019 (Large)

 

P7200020 (Large)

 

P7210021 (Large)

 

P7210022 (Large)

 

P7180016 (Large)

coucher de soleil à La Turballe jeudi 18 juillet

Repost 0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 19:52

 

P7170002 (Large)

 

17è édition "Ecrivains en bord de mer" 2013 à La Baule ; organisateurs = Brigitte et Bernard Martin, éditions Joca Seria (à la lettre : joyeux et sérieux) http://www.ecrivainsenborddemer.fr/ (7 vidéos 2013 téléchargeables) tweet #EBDM2013 mercredi 17 juillet

remerciements appuyés à Brigitte et Bernard Martin (qui continuent année après année à faire venir des écrivains aussi importants que Claro, Jacques Roubaud, Tanguy Viel, Emmanuelle Bayamack-Tam, Ron Padgett, Harry Mathews, liste non-exhaustive évidemment), sans oublier les partenaires CNL, Conseil Général 44 et ville de La Baule

On démarre très fort avec la lecture par Jacques Roubaud d'extraits de son Ode à la ligne 29 des autobus parisiens.  Cette ode, qui se compose, conformément au genre, de chants composés de strophes, est la première oeuvre (dans toute l'histoire littéraire) à utiliser les parenthèses en couleurs, afin de rendre compte des niveaux d'emboîtements des parenthèses.

"J'ai décidé qu'il fallait savoir qui commande, des mots ou moi, et j'ai décidé que ce serait moi." d'où parfois des graphies innovantes pour permettre la rime

Je lui ai demandé discrètement "tout de même, avec la place de l'Opéra, la gare St-Lazare, les voyageurs qui se marchent sur les pieds et même le métro de Zazie : il y a un hommage à Raymond Queneau", réponse "ah mais bien sûr, je suis fidèle à mon maître"

P7170001 (Large)

 

P7210001 (Large)

 

P7210005 (Large)

 

P7210006 (Large)

 

P7210007 (Large)

 

P7210008 (Large)

 

P7210009 (Large)

 

P7210010 (Large)

 

P7210011 (Large)

 

P7210012 (Large)

 

P7210013 (Large)

 

P7210014 (Large)

 

P7210015 (Large)

 

P7210016 (Large)

 

P7170003 (Large)

 

Puis c'est François Bon et Marcel Proust (centenaire de la parution de "Du côté de chez Swann" en 1913)
"Proust est une fiction" de F Bon doit paraître en septembre. Evidemment, l'entrée en scène des inventions du dernier quart du XIXè siècle a la part belle : bicyclette, téléphone, électricité, automobile, métro, cinéma ... et les chemins de la création, retrouvés par François, sont convaincants.

 

P7190020 (Large)

 

P7170009 (Large)

 

P7170023 (Large)

Repost 0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 20:17

DSCF0410 (Large)

 

Juliette
Je t'ai connue en 2009, alors que tu étais en moyenne section avec Maîtresse Marie, j'ai des photos. Discrète toujours, appliquée, sérieuse. Quand je t'ai photographiée en CP, tu étais intriguée par l'appareil photo, vivante. Tes dessins m'ont ravi. Je t'ai jetée dans l'eau peu profonde de la baie de Diego pendant la baignade des CP et tu riais de bonheur. En CP, tu as connu maîtresse Aretha, maîtresse Zina et maîtresse Nathalie. En CE1, monsieur Mickaël, qui était fier de toi. En CE2, maîtresse Michou et maîtresse Zina, qui sont inconsolables.
Parce que début juillet 2013, une moto vous a fauchées sur le bord de la route, ta cousine et toi.
Juliette, Zina et Michou tes maîtresses, M. Mickaël, ton papa, ta maman, tous les CM1, Marie-Claude, Yves, Swanie, Sophie, toutes les maîtresses de maternelle, on va essayer de partager notre chagrin pour que tout continue sans cesser de penser à toi.
On parlera à ta correspondante de CE2 à l'Ecole de la Grande Ravine à La Réunion, à ton parrain Alain.
On ne sait pas grand chose sur les circonstances de l'accident et peu importe, on espère juste que des mesures de sécurité seront prises pour ne pas que qu'un tel drame se reproduise. Et dès le 29 ou 30 août, je dirai à tes parents que pour nous tous tu resteras toujours vivante, impossible à oublier.

 

CE2Juliette

 

DSCF0449 (Large)

 

DSCF0482

 

DSCF0483

 

P1120253

 

SOA-Juliette

Repost 0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 18:56

P7050062 (Large)

 

P7050063 (Large)

 

P7050065 (Large)

 

P7050066 (Large)

 

P7050067 (Large)

 

P7050068 (Large)

 

P7050069 (Large)

 

P7050070 (Large)

 

P7050072 (Large)

 

P7050076 (Large)

 

P7050086 (Large)

 

P7050105 (Large)

 

P7050106 (Large)

 

P7050081

 

P7050085 (Large)-copie-1

 

P7050089 (Large)-copie-1

 

P7050098

 

P7050100 (Large)

Banon

 

P7050102 (Large)

au centre de Banon, sculpture de livres pour célébrer la très belle librairie "Le Bleuet"

 

P7050104 (Large)

au-dessus de Banon, les martinets crient

ils voient tout, ils savent tout

Repost 0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 18:38

P7050011 (Large)

Rustrel près d'Apt : ses mines d'ocre, c'était ce matin

Il s'agit d'anciennes carrières d’ocre à ciel ouvert (crétacé) qui déclinent une vingtaine de teintes : blanc, écru, beige, jaune citron, or, orange, roux, rouille (Fe2O3), brun etc.
Gérées par des propriétaires et des bénévoles, elles témoignent d'un mariage réussi entre le passé des hommes (travail de l'ocre) et un milieu naturel apaisant, riche, coloré et très marqué par l'érosion, d'où la présence de cheminées de fées.

On laisse parler les images, les parfums (lavande, thym, romarin), le chant des oiseaux et des cigales

Paradis des oiseaux car on y entend le chant flûté du loriot (comme aurait dit la Duchesse de Langeais en parlant du Père Goriot) et on y voit des grimpereaux, ce passereau qui grimpe sur les troncs

 

P7050018 (Large)

 

P7050022 (Large)

 

P7050030 (Large)

 

P7050033 (Large)

 

P7050034 (Large)

 

P7050035 (Large)

 

P7050039 (Large)

 

P7050040 (Large)

 

P7050041 (Large)

 

P7050044 (Large)

 

P7050047 (Large)

 

P7050050 (Large)

 

P7050052 (Large)

 

P7050059 (Large)

  derniers rails utilisés par les mineurs

Repost 0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 00:35

P1150481 (Large)

début mars, dans mon jardin, des crocus

 

P1150589 (Large)

peu après, les magnolias, le mien est blanc

 

P1160940 (Large)

en juin, cet iris (offert en mars par mes amis JC et Julia) éclot : on l'adopte

 

P1160941 (Large)

en avril seulement mes lilas ont sorti le grand jeu (tout est en retard)

 

P1170034 (Large)

grive venue chercher larves et vers

 

P1170122 (Large)

merle pour la même raison

 

P1170191 (Large)

et puis le 9 juin : fête du vélo

la boucle de 40 kms sécurisés part de Carquefou, rejoint St-Mars du désert et Mauves

je pars de La Montagne et 11 kms + loin je suis à Trentemoult pour attendre le navibus

 

P1170192 (Large)

en aval, le pont de Cheviré

 

P1170193 (Large)

en amont, le navibus arrive

 

P1170194 (Large)

Trentemoult s'éloigne

temps gris gris gris et il va le rester

 

P1170195 (Large)

 

P1170197 (Large)

30 kms plus loin, à Carquefou, ce panneau  indique la Voie verte que les cyclistes sont encouragés à suivre, elle occupe l'emplacement d'une ancienne ligne de chemin de fer

 

P1170199 (Large)

 

    La bicyclette

Passant dans la rue un dimanche à six heures, soudain,
Au bout d’un corridor fermé de vitres en losange,
On voit un torrent de soleil qui roule entre des branches
Et se pulvérise à travers les feuilles d’un jardin,
Avec des éclats palpitants au milieu du pavage
Et des gouttes d’or — en suspens aux rayons d’un vélo.
C’est un grand vélo noir, de proportions parfaites,
Qui touche à peine au mur. Il a la grâce d’une bête
En éveil dans sa fixité calme : c’est un oiseau.
La rue est vide. Le jardin continue en silence
De déverser à flots ce feu vert et doré qui danse
Pieds nus, à petits pas légers sur le froid du carreau.
Parfois un chien aboie ainsi qu’aux abords d’un village.
On pense à des murs écroulés, à des bois, des étangs.
La bicyclette vibre alors, on dirait qu’elle entend.
Et voudrait-on s’en emparer, puisque rien ne l’entrave,
On devine qu’avant d’avoir effleuré le guidon
Éblouissant, on la verrait s’enlever d’un seul bond
À travers le vitrage à demi noyé qui chancelle,
Et lancer dans le feu du soir les grappes d’étincelles
Qui font à présent de ses roues deux astres en fusion.

 Jacques Réda, Retour au calme, 1989

P1170200 (Large)

  au fil des kilomètres : hérons, mouettes, colverts, buses, tourterelles turques, pinsons, mésanges, martinets, hirondelles,  merles chantent à tue-tête et à gorge déployée des trilles et des descentes chromatiques avec une inventivité à côté de laquelle Mozart c'est de la roupie de sansonnet

 

P1170201 (Large)

 

P1170205 (Large)

 

P1170209 (Large)

 

P1170214 (Large)

 

P1170217 (Large)

 

P1170220 (Large)

A Mauves, les stands reflètent l'engouement actuel pour les vélos couchés et les vélos à assistance électrique

 

P1170221 (Large)

 

P1170222 (Large)

 

P1170223 (Large)

trompe l'oeil (pont de Mauves)

 

divatte

j'ai quitté la boucle des 40 kms, je rentre en suivant la Divatte

 

P1170225 (Large)

 

P1170228 (Large)

 

P1170230 (Large)

 

P1170231 (Large)

à saint-sébastien, près du collège des savarières où j'ai enseigné en 1973-74, un face à face vache / photographe

s'agit-il d'un ruminant qui veut appartenir aux People ou d'un designer qui imagine l'emballage d'un nouveau camembert ?

 

P1170233 (Large)

des iris partout à Vertou, Basse-Goulaine et St-Seb

 

P1170302

à Vertou : une huppe

 

P1170306

 

P1170308 (Large)

En 2013, le Conseil Général 44 découvre les vertus du vélo : vieux motard que jamais

 

P1170198 (Large)


Ce qu'il y a de bien dans la vie, c'est la certitude que la mort veut bien de nous. Elle nous attend patiemment, passionnément. Il suffit d'aller jusqu'au bout de la route. Certes, elle se fait parfois attendre interminablement, mais avouez que bien souvent elle tend les bras à des vivants plus tôt que prévu. C'est une bonne chose. On aurait pu ne pas savoir, son existence aurait pu nous être cachée, alors que là on sait à quoi s'en tenir. Tout cela est réconfortant.
Les vivants ne sont vivants que parce qu'il y a des morts. Les morts sont morts pour que les vivants vivent, pour que les vivants se souviennent des morts lorsqu'ils étaient vivants. Les vivants ne sont vivants que pour faire des morts. Certains vivants font le mort. Certains morts sont vivants mais ne reviendront pas. L'arrivée est connue et pour terminer entre 4 planches il n'y a pas de classement.

Undergrowth with Two Figures

Vincent, Undergrowth with two figures, Cincinnati Art Museum

Repost 0
Published by - dans impro
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 20:22

P1170254 (Large)

un échantillon de ce que j'emporterai fin août : puzzles, godets à peinture, jouets, doudous, livres de lecture (CP/CE/CM), fluos pour cyclistes, casquette (le béton précontraint), flûtes, thermomètres, mikado etc.

 

Quelques nouvelles de Ramena à mi-chemin entre mon retour en Europe le 27 mars dernier et la prochaine session dans l'océan indien de fin août à fin octobre.
D'après les mails et SMS que je reçois, tout se passe bien pour les enfants. Une nouvelle instit, Marie-Hélène, fait du bon travail en CP ; les maîtres et maitresses feront la rentrée 2 semaines avant les enfants (19 août et 2 septembre) afin de préparer l'année et de se former chaque mercredi et chaque vendredi ; le Lions club sera là la 1ère semaine de septembre et moi-même j'aiderai dès le 28 août ; les salles de CM1 et CM2 sont pratiquement prêtes.
Plus triste : Saïd, notre artisan bijoutier préféré, est décédé de maladie à 52 ans. Sa fille prend la suite aussi nous verrons encore ses bijoux en corne, nacre, graines, corail noir, dents de crocodile, dents de requin, écaille de tortue, palissandre, coquillages tokotoko, vertèbres de requin, noix de coco, os de zébu, corne de zébu, etc. C'était un ami de l'école, Saïd nous manquera.
De mon côté, j'ai collecté beaucoup de manuels, de jeux, de matériel pédagogique et aussi de l'argent et un nouveau parrainage. Je commence donc par remercier les nombreux donateurs :
- les amis d'Hélène P acheteurs d'objets malgaches artisanaux à Tours : Joelle F, Ghislaine G, Manuella H, Veronique C, Jean-Jacques D, Gaby H, Georges P, Annie B, Maryse P, Michel R, Monique P, Jean-Pierre B, Monique D, Camille L
- des présents à la cousinade Clément à Francueil le 19 mai (descendants de mon arrière-grand-mère maternelle), eux aussi acheteurs de produits malgaches : Jacques J, Nadège N, Christine M, Cyril M, Mathieu C, Chrystelle C, Louis M, Julia M, Raymonde C, Ingrid J, Eva S, Françoise M, Perrine B, Maxime C
- Sarah (6 ans) et Kanele L (11 ans), qui ont vendu des livres, des jouets et des jeux lors du vide-grenier du Pellerin le 26 mai : pas moins de 26€ qu'elles offrent "aux enfants de Madagascar" ! un grand merci à elles
Ces ventes, je n'ai pas besoin de le préciser, ont eu lieu avec toutes les autorisations nécessaires (administratives, douanières et commerciales). Après avoir soustrait les frais engagés, il reste 150 € de bénéfices que je viens de virer sur le compte de l'association.
Au même vide-grenier, j'ai rencontré 3 personnes que je veux remercier plus particulièrement :
- Yvan T qui m'a donné un sac de playmobils
- Marta V qui a décidé d'être la marraine d'une petite section : 50€ déjà virés mais il faut attendre septembre pour savoir les nom et prénom de la filleule + photos
- Evelyne Mercier, instit dans l'école primaire de St-Brevin les pins, qui m'a invité à venir 1h répondre aux questions de ses élèves de CM1 lundi dernier : un moment chaleureux qui sera réédité jeudi prochain avec 2 classes de CM et un vidéoprojecteur. Il faut dire que le directeur, monsieur Zeau (qu'il soit remercié chaleureusement ainsi qu'Evelyne) est né à Diego-Suarez dans les années 60 et qu'il connaît bien Ramena. ça ne s'invente pas. Ils m'ont donné : 42 Langue Française La balle aux mots CM2, 6 Langue Française La balle aux mots CM1, 33 Brissiaud CM1, 25 Brissiaud CM2, pas moins.
J'ai envoyé 18 kgs de manuels par Laposte fin mai chez Noro et Denis à La Réunion et irai les chercher la 2è semaine de septembre. Je donnerai à Denis 12 kgs de manuels à Paris dans 10 jours (et les récupérerai aussi en septembre). Enfin, grâce aux 10 kgs supplémentaires permis par Namako / Air Madagascar j'aurai 40 kgs de bagages soute depuis la France et depuis la Réunion. Ce qui suffit pour que chaque écolier de CP, CE1, CE2, CM1 ait bien un livre de calcul et un livre de lecture à la rentrée, mais non pas pour que je puisse acheminer tout ce qu'on m'a donné. Patience ! On n'a pas le choix. Les frais de douane et les "pertes" de colis lorsqu'on fait confiance aux transitaires et aux containers de professionnels sont dissuasifs, j'en sais quelque chose.
Je termine en remerciant Françoise Richard qui a renouvelé le parrainage de sa filleule Sahina (PS).
Je présente déjà mes excuses à tous ceux qui m'encouragent chaque semaine, qui m'ont donné qqch pour les lionceaux ou les maternelles et que je suis en train d'oublier.
Pour terminer je signale l'éditeur jeunesse LIRE C'EST PARTIR qui crée et vend des livres de bonne qualité à 1€ . Association 1901 avec 5 salariés et bcp de bénévoles qui militent "pour favoriser l'accès à la lecture pour tous en commençant par les plus jeunes (2-13 ans)". En Loire Atlantique, le contact c'est Sandra au 06 22 30 50 03 sandratodo@free.fr . Je lui ai acheté quelques titres qui plairont aux lionceaux.

Enfin, je rappelle l'adresse du site de l'association pour celles et ceux qui voudraient nous aider (dons, parrainages) :

www.ramena.org

On y trouve un compte paypal et le RIB de l'asso

 

P1170253 (Large)

manuels offerts par l'école primaire de Saint-Brévin les pins

Repost 0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 20:19

P1160938 (Large)

bonchien danois

 

Quand Margot dégrafait son corsage
Pour donner la gougoutte à son chat
Tous les gars, tous les gars du village
Etaient là, la la la la la la
Etaient là, la la la la la
Et Margot qu'était simple et très sage
Présumait qu'c'était pour voir son chat

Georges Brassens

 

ce moumoutes et bonchiens 40 sera très très moumoute et très peu bonchien ; c'est l'actualité qui fait ça ; on essaiera d'être plus équilibré la prochaine fois

 

Grâce à Yulia, mon étudiante slave préférée, la rubrique Moumoutes et bonchiens s'enrichit d'un pan culturel de choix : le versant islamique. L'Islam s'est toujours montré respectueux du chat, davantage du moins que les religions juive ou chrétienne. Pour les musulmans le chat est une bête dotée de la baraka (chance) donc qui porte bonheur. La tradition raconte que le prophète Mohamed possédait lui-même une chatte répondant au nom de Muezza. Celle-ci ne le quittait jamais et dormait volontiers sur l'un des pans de sa djellaba. Or, un jour, le Prophète devait se rendre à la prière, mais ne voulut pas déranger Muezza alors il préféra déchirer son vêtement. A son retour, Muezza l'accueillit en exécutant devant lui une révérence fort gracieuse. Pour la remercier à son tour, Mohamed passa trois fois la main sur son échine, lui accordant par cette caresse le don de toujours retomber sur ses pattes. Depuis ce jour, les chats ont gardé eux aussi ce privilège.
Pour les musulmans, nourrir des chats abandonnés, d'autant plus s'ils sont aveugles est un devoir et l'on s'exposerait à diverses malédictions en y manquant. Personne ne s'aviserait en Orient de tuer un chat, surtout un chat noir car il pourrait s'agir d'un djinn (esprit) qui viendrait tourmenter l'auteur du crime.
http://blog.aufeminin.com/blog/seeone_176777_4530924/A-pas-de-velours/MUEZZA-une-chatte-prodigieuse

 

P1170236 (Large)

 

si vous voulez savoir tout ce que votre moumoute vous cache, alors une seule solution :

http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-22567526

 

P1170272 (Large)

hier soir, comme presque chaque soir, dans mon jardin, Moumoute Fila s'entraînait au saut en hauteur avec Kanele, sa maîtresse préférée ; ne soyons pas étonnés si aux prochains cat's worldchampionship, Moumoute Fila remporte le titre de championne du monde de saut en hauteur et en longueur

 

P1170235 (Large)

après l'effort, l'athlète de haut niveau Fila a trouvé un carton pour récupérer et fuir les journaliss

 

nous terminerons cet article avec l'info qui secoue le toupari :

 

http://www.lepoint.fr/insolite/bientot-un-bar-a-chats-a-paris-les-defenseurs-des-animaux-s-inquietent-15-06-2013-1681213_48.php
Siroter un thé, un café, ou déguster une tarte en caressant un chat : une Parisienne veut ouvrir un salon de thé peuplé de chats, à Paris, "pour le bien être des clients", à l'image des Neko cafés japonais, un projet qui inquiète les défenseurs des bêtes.
Margaux Gandelon, amoureuse des chats qui revendique les bienfaits du ronron sur la santé humaine, veut ouvrir son "bar à chats" en septembre 2013.
Les professionnels animaliers s'accordent à dire que le stress, l'insomnie ou l'anxiété peuvent aussi se soigner ponctuellement sans médicament grâce au ronronnement du chat.
Jean-Yves Gauchet, vétérinaire à Toulouse, qui revendique la paternité en France de la "ronron thérapie", assurait récemment à l'AFP que le ronronnement "apaise" et agit comme "un médicament sans effet secondaire".
"Le chat est un éternel bébé qui aime se faire cajoler et ne demande qu'à jouer et dans certains cas il comble un manque affectif pour ceux qui n'ont pas d'enfant", ajoutait-il.
"J'ai toutes les autorisations et grâce à mes associés et au crowdfunding, un site de participation financière collective sur le web, j'ai réuni les 40.000 euros nécessaires", explique la jeune femme de 26 ans qui veut loger ses chats dans le Marais.
"Ce sera un endroit zen et convivial. Les clients pourront caresser les animaux en buvant un thé ou un café ou bien en dégustant une tarte", dit-elle.
Claire Bentolila, comportementaliste animalier, trouve "cette idée géniale".
"Le chat est un anti-stress, il fait baisser la tension artérielle et nous ramène à l'instant présent", estime-t-elle. "Si on respecte sa nature indépendante et qu'il peut partir quand il en a envie, tout devrait bien se passer".
Des matous de la SPA
Margaux Gandelon , en quête d'un local, dit qu'elle réservera une salle de repos à ses "greffiers" (chats en vieil argot).
Une fois dans ses locaux, elle compte adopter une dizaine de matous, "des laissés-pour-compte à la SPA pour leur donner une seconde chance".
Mais aujourd'hui, la SPA dit "avoir donné uniquement son soutien moral dans l'attente de l'ouverture du café".
"On est neutre. On attend de voir si le café ouvre. Alors, on ira voir si les chats seront bien installés avant de céder les bêtes de nos refuges", commente Oriane Vatin, porte-parole de la SPA.
La porteuse du projet martèle que "les chats seront avant tout chez eux et qu'elle respectera leur indépendance".
"Ils viendront se faire caresser uniquement s'ils en ont envie. Pas question comme au Japon de réserver un chat une heure pour le cajoler !"
Plus réservé, Christophe Marie, de la Fondation Bardot, "n'apprécie guère que l'animal soit relégué au rang de d'objet".
"Ce qui me gêne dans la démarche c'est que l'animal soit relégué au rang de peluche. Les chats n'ont pas forcément envie d'être tripotés par les clients d'un bar", estime-t-il. "La Fondation Brigitte Bardot ne souhaite pas voir ce genre d'initiative se multiplier."
Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 millions d'amis, s'interroge aussi sur le bien-être animal : "qui s'occupera des chats et dans quelles conditions en dehors des heures d'ouverture de l'établissement ?"
Il reste deux mois à la jeune femme amoureuse des chats pour apporter des réponses et rassurer les défenseurs des bêtes.

Repost 0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 21:40

P1160701 (Large)

des vrais gens lancés en plein ciel (Centre commercial Atlantis Saint-Herblain fin avril 2013)

 

P1160704 (Large)

 

P1160709 (Large)

 

P1160710 (Large)

 

P1160766 (Large)

étude de pluie (velux, vertou, 1er mai)

 

P1160768 (Large)

 

P1160769 (Large)

 

P1160770 (Large)

 

P1160877 (Large)

étude de gouttes (ma salle de bains ce soir)

 

P1160878 (Large)

 

P1160879 (Large)

 

P1160880 (Large)

Repost 0