Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 19:16

P4171907 (Large)

Orion (cf Cendrars)

J'étais hier soir à l'observatoire des Makes, au-dessus de Saint-Louis, à 1000 mètres d'altitude environ, grâce à l'organisation très pointue de l'Amicale de mon lycée. L'organisation faisait rage. Mais, de même qu'un volcan islandais peut niquer l'agenda d'un chef d'Etat, de même Zeus amonceleur de nuages a décidé de niquer la sortie. Et toc.

Bon, on a apprécié la vidéo-projection en plein air grâce au logiciel stellarium http://www.stellarium.org/fr/. Avec le laser vert que l'animateur utilisait pour pointer vers les étoiles (les rares qu'on voyait). Mais le coeur n'y était pas. Dans les célestrons, Saturne était flou. ça le faisait pas.

 

P4171908 (Large)

Betelgeuse

émouvant pour moi

je devais avoir 7 ou 8 ans, j'avais un cahier

c'était mon étoile préférée, je savais son diamètre, la distance par rapport à la Terre

une supergéante rouge, l'une des plus grandes étoiles connues, la plus grande de la Voie Lactée

impossible de parler de mes découvertes avec mes frères ou mes parents, je notais ça dans mon cahier

ensuite seulement, j'ai découvert que Pierre Boulle parlait de Betelgeuse dans La Planète des Singes

 

P4171911 (Large)

je suis du sagittaire mais n'y ai jamais accordé la moindre importance

on voit la croix du sud sous l'arrière-train du centaure

 

P4171913 (Large)

Saturne

 

P4171914 (Large)et voilà, dans les télescopes, on voyait pas grand chose

 

P4171917 (Large)

 

P4171918 (Large)

P4171919 (Large)

P4171920 (Large)

P4171921 (Large)

P4171922 (Large)

P4181924 (Large)

alors, pour atténuer votre déception, je suis allé ce soir sur ma terrasse

j'ai pointé mon Olympus 570 (même pas reflex) vers le ciel, l'ai mis en position BULB (qu'on appelait de mon temps "Pose T", j'ai mis 2 minutes, j'ai caressé moumoute frénétiquement pour l'empêcher de se frotter contre le pied de mon appareil, ce qu'elle a fait quand même

enfin, bref, essayez de rêver, c'était vers le sud-ouest, vers la Croix du sud (on la voit sur la gauche)

 

Une introduction de makis (lémurs) a été tentée à la Réunion mais elle a échoué. D'où le nom de Makes. Les makis vivent exclusivement à Madagascar. Lémur veut dire "fantôme" (à cause de leurs yeux)

Repost 0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 18:57
4 photos ce soir



Repost 0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 20:12
je viens de prendre cette photo de ma fenêtre en manuel (telle quelle, pas de retouche avec logiciel)
elle consolera j'espère l'amie déjà retournée en métropole, elle incitera les autres à me rendre visite aussi
j'ajoute 2 couchers de soleil du 15 septembre et celui de ce soir comme Moumie me l'a demandé pour faire revenir Euphrasie-Framboise et John.



Repost 0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 17:44
claro de luna
ce soir
Repost 0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 19:28
la lune ce soir

cosmovisions
Repost 0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 22:13
27 avril

La lune s'attristait. Des séraphins en pleurs
Rêvant, l'archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l'azur des corolles.
C'était le jour béni de ton premier baiser.

« Apparition », 1863, Stéphane Mallarmé

 

27 avril

 

la Terre, plus bas, qui rêve et veille encor
Sous le pétillement des solitudes bleues,
Regarde en souriant, à des milliers de lieues,
La lune, dans l'air pur, tendre son grand arc d'or.

 

Au plus creux des ravins emplis de blocs confus,
De flaques d'eau luisant par endroits sous les ombres,
La lune, d'un trait net, sculpte les lignes sombres
De vieux troncs d'arbres morts roides comme des fûts.

Dans les taillis baignés de violents aromes
Qu'une brume attiédie humecte de sueur,
Elle tombe, et blanchit de sa dure lueur
Le sentier des lions chasseurs de boeufs et d'hommes.

 

« Les Clairs de lune », Poèmes barbares, Leconte de Lisle

 

13 avril

 

Tristesse de la lune

 

Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse;
Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d'une main distraite et légère caresse
Avant de s'endormir le contour de ses seins,

Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l'azur comme des floraisons.

Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,
Elle laisse filer une larme furtive,
Un poète pieux, ennemi du sommeil,

Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,
Aux reflets irisés comme un fragment d'opale,
Et la met dans son coeur loin des yeux du soleil.

Les Fleurs du Mal, Baudelaire

 

  2 novembre

 

Les Bienfaits de la Lune
La Lune, qui est le caprice même, regarda par la fenêtre pendant que tu dormais dans ton berceau, et se dit: "Cette enfant me plaît."
Et elle descendit moelleusement son escalier de nuages et passa sans bruit à travers les vitres. Puis elle s'étendit sur toi avec la tendresse souple d'une mère, et elle déposa ses couleurs sur ta face. Tes prunelles en sont restées vertes, et tes joues extraordinairement pâles. C'est en contemplant cette visiteuse que tes yeux se sont si bizarrement agrandis; et elle t'a si tendrement serrée à la gorge que tu en as gardé pour toujours l'envie de pleurer.
Cependant, dans l'expansion de sa joie, la Lune remplissait toute la chambre comme une atmosphère phosphorique, comme un poison lumineux; et toute cette lumière vivante pensait et disait: "Tu subiras éternellement l'influence de mon baiser. Tu seras belle à ma manière. Tu aimeras ce que j'aime et ce qui m'aime: l'eau, les nuages, le silence et la nuit; la mer immense et verte; l'eau uniforme et multiforme; le lieu où tu ne seras pas; l'amant que tu ne connaîtras pas; les fleurs monstrueuses; les parfums qui font délirer; les chats qui se pâment sur les pianos et qui gémissent comme les femmes, d'une voix rauque et douce!
"Et tu seras aimée de mes amants, courtisée par mes courtisans. Tu seras la reine des hommes aux yeux verts dont j'ai serré aussi la gorge dans mes caresses nocturnes; de ceux-là qui aiment la mer, la mer immense, tumultueuse et verte, l'eau informe et multiforme, le lieu où ils ne sont pas, la femme qu'ils ne connaissent pas, les fleurs sinistres qui ressemblent aux encensoirs d'une religion inconnue, les parfums qui troublent la volonté, et les animaux sauvages et voluptueux qui sont les emblèmes de leur folie."
Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques.
Le Spleen de Paris, Charles Baudelaire

 

 


 

Repost 0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 14:12
la revue Ciel et espace organise chaque mois un challenge-photo sur un thème. J'oserais bien envoyer une photo sur le thème actuel : le soleil couchant (date limite : 20 mai). Mais comment choisir ?
Sur les 500 couchers de soleil (environ) que j'ai pris depuis août 2008, j'en dépose 21.  Vos avis avisés sont les bienvenus. Il n'y a rien à gagner, c'est pour ça que ça vaut le coup. 

20 août

26 septembre

21 octobre

21 octobre

21 octobre

21 octobre

21 octobre

21 octobre

24 octobre

24 octobre

28 octobre

12 novembre

12 novembre

17 novembre

4 avril

24 février

25 mars

26 mars

27 mars

2 février nikon p80

11 février


Repost 0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 18:50

28 février

28 mars

28 mars

29 mars

Luna
ruégale que vuelva
y dile que la espero
muy solo y muy triste
en la orilla del mar.


Luna,
tú que la conoces
y sabes de las noches
que juntos pasamos
en la orilla del mar.


Recuerdos
muy tristes me quedan
al verte
en la noche alumbrar.


Recuerdo
sus labios sensuales
y su dulce mirar,
mi gran amor.


Luna,
ruégale que vuelva
y dile que la quiero
que solo la espero
en la orilla del mar.


chanson cubaine interprêtée par bienvenido granda
et communiquée par mon amie mexicaine Rosario
pour Rosario, la lune a été associée à ce chanteur dès son enfance
quant à moi, depuis les années 1953-54, je sais par mon grand-père, qu'on y rencontre un vieil homme chargé d'un fagot
on l'aperçoit d'ailleurs si on regarde bien

  
Repost 0
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 17:43
il s'est fait prier le croissant, toujours à jouer à cache-cache avec nuages et puis il s'est laissé prendre
j'ajoute le couchant du 11 février car on voit bien qu'Hélios est désolé de voir mon bananier dépenaillé après le passage de Gaël
et j'ajoute aussi la lune du lendemain 12 février




Romance de la Luna, Luna

La luna vino a la fragua
Con su polisón de nardos.
El niño la mira, mira.
El niño la está mirando.
En el aire conmovido
mueve la luna sus brazos
y enseña, lúbrica y pura,
sus senos de duro estaño.
-Huye luna, luna, luna.
Si vinieran los gitanos,
harían con tu corazón
collares y anillos blancos.
- Niño, déjame que baile.
Cuando vengan los gitanos,
te encontrarán sobre el yunque
con los ojillos cerrados.
-Huye luna, luna, luna,
que ya siento sus caballos.
-Niño, déjame, no pises
mi blancor almidonado.
el jinete se acercaba
tocando el tambor del llano.
Dentro de la fragua el niño
tiene los ojos cerrados.
Por el olivar venían,
bronce y sueño, los gitanos.
Las cabezas levantadas
y los ojos entornados.
Cómo canta la zumaya,
ay, como canta en el árbol!
por el cielo va la luna
con un niño de la mano.
Dentro de la fragua lloran,
dando gritos, los gitanos.
El aire la vela, vela.
El aire la está velando.


Federico Garcia Lorca



Repost 0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 16:15

hier matin 5h45, John est allé à l'aéroport Gillot et en a profité pour prendre à la fois Mars (en bas à droite), la lune, Jupiter et Mercure (tout en haut)
et comme il est généreux, il offre la photo à tous les assidus de isle-bourbon.com


Repost 0