Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 18:38

  DSCF0532 (Large)

Baliste Picasso

il projette de l'eau sur les oursins pour les retourner puis les consommer

 

un petit tour aujourd'hui dans le lagon de l'Ermitage histoire de vérifier le matériel avant le grand départ de mercredi prochain

 

DSCF0602--Large--copie-1.JPG

 

DSCF0536 (Large)

une holothurie

 

DSCF0566 (Large)

DSCF0574 (Large)

demoiselle à bandes noires

 

DSCF0577 (Large)

DSCF0578 (Large)

DSCF0588 (Large)

chaetodon cocher

 

DSCF0598 (Large)-copie-1

macabit (petit mérou)

 

DSCF0619 (Large)

DSCF0627 (Large)

l'idole des Maures

se nourrit d'éponges

DSCF0630--Large--copie-2.JPG

 

DSCF0579 (Large)

  sous les filaos, une bêbête l'argent attendait le coucher de soleil

 

P8293787 (Large)

Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 19:16

DSCF0370 (Large)

voilà un poisson-coffre que je veux coffrer depuis longtemps et son compte était bon cet après-midi à Trou d'eau

bon je sais, j'entends les protestations : c'est quoi ces 4 semaines de silence ? je vais essayer peu à peu de poster les documents et les photos en retard, faut être patient c'est tout (le webmaster est vieux, fatigué et tout, faut lui parler gentiment)

vous aurez donc dans les jours à venir des tas de choses sur Mada (Antsirabé, Tana, Diego/Ramena) ; mais vrai, le bac blanc, les colles prépa-concours, les rendez-vous médicaux ça fait beaucoup actuellement

 

DSCF0246

je fais exprès de ne pas donner les noms

j'avais besoin de relaxation aujourd'hui et j'ai demandé à nos amies les bêtes

 

DSCF0261 (Large)

DSCF0255

DSCF0268

DSCF0271

DSCF0309

DSCF0322

DSCF0341 (Large)

DSCF0344 (Large)

DSCF0346 (Large)

Repost 0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 19:00
A 17h aujourd'hui, j'enfile les palmes, le masque et le tuba et hop un petit tour dans le lagon de l'ermitage pour oublier les soucis quelques instants. Poissons-clowns, poissons-cochers et même une rascasse m'y attendaient.






et voilà la rascasse

sûrement la même que celle-ci, prise le 12 septembre, à peu près au même endroit

le 12 septembre, oui, une date impossible à oublier
j'ai même rencontré une sirène
fugitive beauté
ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?
Repost 0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 16:40

EXPOSITION - DANS LE BLEU DES OCEANS AU MUSEUM D’HISTOIRE NATURELLE

Se plonger dans les yeux de la méduse

Le Muséum d’histoire naturelle de Saint-Denis invite les visiteurs à plonger dans le bleu de l’océan. Le miroir de la Méduse, où la mythologie se mêle à la biologie, représente le cœur de la visite.

Du 17 novembre 2008 à novembre 2009 / du mardi au dimanche de 9h30 à 17h30
Découverte des méduses et de leur environnement océanique : à la rencontre de l'extraordinaire diversité de la vie marine.
2€/ Gratuit le 1er dimanche du mois et les moins de 18 ans.
Pour plus d'infos : 02 62 20 02 19

En vous livrant des photos de cette expo, j'espère vous donner envie de découvrir aussi les Jardins de l'Etat réouverts depuis la mi-juillet et le 1er étage du Museum (billets prochainement ici).

 

Repost 0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 20:34

Les écoliers du Tremblet parrainent leur éléphant de mer

CLICANOO.COM | Publié le 7 septembre 2009

Ce matin, l’école primaire du Tremblet sera en effervescence dans le cadre d’une opération de parrainage d’Alan, l’éléphant de mer tombé amoureux de la plage de sable noir née de l’éruption d’avril 2007. Objectif : mieux connaître sa vie et contribuer à sa protection.

http://www.clicanoo.com/index.php?id_article=220400&page=article

Mercredi dernier, au matin, un observateur attentif a saisi Alan au saut du lit, et aussitôt fait prévenir le parc national. Il est resté jusqu’au soir, deux médiateurs du parc expliquant aux visiteurs la nécessité de rester discrets pour ne pas provoquer sa fuite (photo Matthieu Balanger).

« Bonjour, je m’appelle Alan, le solitaire. Je suis un jeune éléphant de mer austral et je viens parfois chercher le calme et la tranquillité sur cette belle plage du Tremblet. Je rêve de pouvoir m’y reposer et d’y poursuivre ma mue. Merci de ne pas me déranger. » Cet avertissement, placardé il y a quatre semaines à peine, n’est pas superflu car, plus d’une fois, notre visiteur venu des mers du Sud s’est senti peu rassuré lorsqu’un curieux venait l’observer jusqu’à lui frôler les moustaches. Sans parler de ceux qui lui ont infligé des éclairs de flash, lui le spécialiste des chasses dans la nuit noire des abysses !

Un capital sympathie déjà acquis

Après la visite d’un de ses congénères, l’année dernière, Alan hante épisodiquement depuis le mois de mai dernier la plage apparue après l’éruption du piton de la Fournaise d’avril 2007. Sans doute apprécie-t-il sa vaste étendue de sable noir souvent déserte, ce cadre presque aussi sauvage que les rivages qui l’ont vu naître, ceux des îles Kerguelen ou Crozet, à quelques milliers de kilomètres au sud de la Réunion. La présence d’un éléphant de mer sur nos côtes constitue un événement suffisamment rare pour ne pas gâcher cette chance d’admirer un animal que seulement peu de chanceux peuvent rencontrer sur son lieu de vie d’origine. Alan, baptisé du prénom du fils d’un habitant du Tremblet parmi les premiers à l’observer, a déjà acquis un capital sympathie auprès des pêcheurs locaux. Ceux dont le métier ou la passion sont de s’intéresser au monde vivant qui nous entoure voudraient aujourd’hui permettre au plus grand nombre de la partager. Il aura fallu plusieurs mois pour concrétiser l’idée selon laquelle le meilleur moyen d’assurer la tranquillité d’Alan est de mobiliser ses plus proches voisins, les habitants du Tremblet eux-mêmes. Certains sont déjà devenus ses meilleurs porte-parole, prévenant désormais Globice ou le Parc à chaque apparition. Aussitôt, un dispositif se met en place, dans un double objectif, scientifique et grand public.

Les règles d’observation de la faune sauvage

C’est de cette manière qu’on a appris la première attaque de requin subie début juillet par Alan, suivie d’une seconde à la mi-août. Aujourd’hui, nous disent les scientifiques qui côtoient les éléphants de mer dansa les TAAF, il ne faut pas s’inquiéter outre mesure : outre qu’il n’est pas question de « soigner » un tel animal, sa rencontre avec des prédateurs fait partie de la vie. Sauf qu’Alan, en s’aventurant seul très loin de sa base, au cours de ce qui ressemble à une phase exploratoire, prend plus de risques que ses congénères vivant groupés, a priori mieux protégés, les adultes du moins. Tout cela sera raconté au cours de la journée de sensibilisation prévue aujourd’hui à Saint-Philippe avec la présence de représentants du Parc national, de l’Office national des forêts (ONF), des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) et de l’association Globice (Groupe local d’observation et d’identification des cétacés). Ce matin, l’école primaire du Tremblet sera le théâtre d’une opération au terme de laquelle de chaque élève recevra une carte le faisant parrain d’Alan. Elle rappelle six consignes simples et de bon sens qui en feront des ambassadeurs de bonne volonté auprès des visiteurs peu familiers des règles d’observation de la faune sauvage. Et en fin d’après-midi, l’ensemble du public est invité à une conférence salle Henri-Madoré

François Martel-Asselin


 Un réseau d’alerte En cas d’observation… qui doit toujours se faire à distance suffisante, bien entendu, les témoignages sont les bienvenus. Antenne sud du parc national : 02 62 58 02 61. Réseau échouage de Globice : 06 92 65 14 71.

 Comment peut se finir une rencontre Le Groupe local d’observation et d’identification des cétacés a été parmi les premiers à s’intéresser à ce visiteur et à s’inquiéter de l’excès d’enthousiasme manifesté à son égard, craignant sa désertion, en mai dernier. Coup de gueule de son fondateur Bernard Rota sur le site internet de Globice, fustigeant par exemple « un individu (qui) se rapproche et se place à deux mètres devant l’animal pour le photographier. Celui-ci a une réaction d’agressivité pour éloigner l’importun qui fait un bond en arrière. Une autre personne arrive et imite celui qui est trop près. L’animal se lève alors et se dirige vers la mer, poursuivi par ces deux personnes. Fin d’une rencontre qui promettait d’être magnifique ».

 Des observateurs pertinents Le 14 août, la découverte d’une abondante trace de sang souillant le sable de la plage entraîne des interrogations sur le sort d’Alan. Le lendemain, une visiteuse appelle les sapeurs-pompiers pour signaler sa présence. Il est donc vivant… et porteur de nouvelles blessures infligées par un petit requin des profondeurs, le squalelet féroce, comme on le craignait. On attend du prélèvement de sang effectué dans le sable la détermination définitive du sexe d’Alan et des informations d’ordre génétique. Autre exemple mercredi dernier, un habitant du Tremblet, lui-même prévenu par un ami en visite, alerte le parc national. Deux médiateurs se rendent au plus vite sur le site. Il était temps, raconte Fabrice Boyer, responsable de l’antenne sud du parc à Saint-Joseph, « car des gens et des enfants allaient commencer à tourner autour ». Jusqu’au soir, ils invitent les visiteurs à rester sur la falaise qui domine idéalement la plage ; en procédant ainsi, Alan restera bien visible toute la journée, alors qu’une tentative d’approche se serait soldée par une fuite comme on l’a déjà observé.

Capable de plonger à 1 400 m de profondeur

CLICANOO.COM | Publié le 7 septembre 2009

L’éléphant de mer (Mirounga leonina) est la plus grosse des espèces de phoque (une autre espèce vit en Amérique du Nord). Sa population mondiale est estimée à 650 000 animaux répartis dans l’hémisphère sud, dont la sous-population du sud de l’océan Indien (200 000) qu’hébergent notamment les îles formant partie des Terres australes et Antarctique françaises (TAAF). Elle est actuellement en phase de stabilisation après avoir connu une période de fort déclin et même frôlé l’extinction au cours du XIXe siècle, où il était très recherché pour son huile et sa viande. Il fait partie de la classe des mammifères.

Le mâle atteint de 4 à 6 m de longueur, pour un poids de 2 à 4 tonnes. Sa maturité sexuelle (sa capacité à se reproduire) survient vers 4-5 ans. Il peut vivre jusqu’à 15-16 ans. Les mâles dominants (les « pachas », âgés de 9-10 ans), s’affrontent pour constituer un harem de plusieurs dizaines de femelles. Ils veillent en permanence à leurs privilèges sexuels par des éructations (manifestations sonores émises par la bouche) menaçantes voire des affrontements physiques. A l’état adulte, les narines des mâles se développent en une « trompe » caractéristique, à laquelle ils doivent leur dénomination d’« éléphant de mer » (Alan, notre éléphant de mer du Tremblet, mâle présumé d’un âge estimé à quatre ans, n’a donc pas atteint ce stade).

La femelle atteint de 2,50 à 3 m de longueur, pour un poids de 500 kilos. Sa maturité sexuelle survient vers 3-4 ans. Elle peut vivre jusqu’à 20 ans. La gestation (période durant laquelle elle porte un unique petit) dure 9 mois. La femelle met bas (accouche) en septembre d’un petit d’un poids d’environ 40 kilos. L’allaitement dure 23 jours. L’accouplement survient dès que le petit est sevré, soit vers le mois d’octobre.

Il passe les trois quarts de l’année en mer. Après la reproduction, il revient à terre pour changer de pelage, c’est la mue. Durant cette période de trois mois, il s’alimente peu (période de jeûne) et se repose, dormant beaucoup. Les neuf autres mois, il vit essentiellement en mer, à la recherche de nourriture telle que céphalopodes (calmars), poissons, crustacés, krill, algues… Les yeux de l’éléphant de mer sont adaptés à une faible luminosité et donc à la chasse en profondeur. Il est capable d’apnées (plongées en retenant sa respiration) de 20 minutes à 2 heures, jusqu’à la profondeur stupéfiante de 1400 mètres. Très à l’aise dans le milieu marin, il l’est moins sur terre, où il peut néanmoins se propulser à plus de 8 km/h.

L’éléphant de mer est protégé au niveau international. En France, il est l’objet d’une mesure de protection intégrale depuis 1995 au titre du Code de l’environnement, qui punit les perturbations intentionnelles.

Source : www.reunion-parcnational.fr

 

Repost 0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 16:04

Mers et océans

Pourquoi le requin dérange

CLICANOO.COM | Publié le 7 juin 2009

En dépit des attaques qui émeuvent l'opinion à intervalles réguliers, les requins côtiers ne suscitent pas l'intérêt des pouvoirs publics réunionnais. La prise de conscience est pourtant grandissante à travers le monde. Mais ici, les intérêts du tourisme priment sur la recherche, la prévention et la sécurité. Le requin reste totalement tabou.

Espèce endémique de la Réunion : le requin tabou. Alors que chaque attaque remet sur le tapis les énormes lacunes en terme de connaissance et de prévention, aucune politique publique n'est mise en oeuvre. La période de calme que connaît l'île depuis 2007 n'y est certainement pas étrangère. Et si à l'échelle internationale, la prise de conscience émerge, la Réunion persiste, elle, à regarder ailleurs. Une visite sur le site internet de l'IRT s'avère à ce titre instructive. L'instante dirigeante du tourisme local y présente une liste exhaustive des espèces animales présentes à la Réunion. Exhaustive ou presque puisque le requin n'y est nulle part mentionné. "La vie foisonne sous la surface de l'océan et même à proximité des rivages (...) Au-delà du récif commence le royaume des grands poissons migrateurs : marlin bleu, daurade coryphène, espadon-voilier, thon, barracuda..." Un oubli volontaire. Faute de valorisation touristique comme en Afrique du sud ou à Maurice (voir par ailleurs), la présence des squales sur nos côtes est soigneusement passée sous silence. "Dès qu'on parle de requin, cela véhicule une image négative", confirme le directeur Axel Hoareau. "Je sais que des produits touristiques existent ailleurs. Alors si quelqu'un met au point un produit comme cela se fait avec les baleines, pourquoi pas mais en attendant non, nous ne communiquons pas.)" Jocelyne Lauret, l'ancienne présidente du CTR, va même un peu plus loin : "A l'époque, de toute façon, nous avions consigne de ne communiquer sur rien, que ce soit les requins, les moustiques etc... Beaucoup de gens disaient : il faut tout cacher". Beaucoup de gens ? "Des professionnels, des politiques... Mais nous n'étions pas d'accord. C'est quand le requin n'est pas pris en compte qu'il est dangereux". Alors quelles actions avaient été mises en place à l'époque ? "Honnêtement, je ne m'en souviens plus". Dans les communes même démarche. A Saint-Paul, par exemple, où la signalétique du littoral doit être complètement renouvelée d'ici les vacances d'hiver, aucun panneau ne mentionnera le risque requin aux côtés des avertissements sur les courants ou les coraux. Le responsable de la sécurité de la ville, Jean-François Lhemery s'étonne même que la question puisse être posée. Faute de prise en charge publique, il faut donc se tourner vers le milieu associatif pour trouver le début d'une mobilisation. Ce sont d'abord les deux spécialistes locaux, Fanch Landron et Gerry Van Grevelinghe, qui tentent d'amorcer le mouvement à travers leur structure Squal'idées. Ces deux médecins, qui ont longuement analysé les attaques de requins, se sentent isolés dans leur démarche d'étude et d'information du grand public. "Nous fonctionnons sans aucune subvention, avec nos moyens personnels", précise Fanch Landron. "Il n'y a pas assez d'attaques pour que le problème soit vraiment pris en charge", expliquait encore il y a peu Gery Van Grevelinghe. Pourtant, la Réunion se situe dans le haut des classements mondiaux en la matière. "La problématique réunionnaise, c'est qu'il y a beaucoup d'attaques, mais peu d'observations". Conséquence, entre deux drames, et passés quelques jours d'émotion collective, le sujet est éludé. Les deux bénévoles, passionnés, enchaînent donc conférences pédagogiques, exposés ou projections de films dans l'indifférence des pouvoirs publics. "Ils ne nous ont jamais contactés pour avoir la moindre information". Pourtant l'intérêt du public est croissant. "Il y a un changement de mentalité qui s'opère. Les gens ne veulent plus se boucher les yeux, ils veulent savoir". Déficit d'information donc mais également déficit de connaissance. Car c'est aussi faute d'étude précise que les meilleures volontés ne parviennent pas à sensibilier les décideurs. Parmi les organes publics de la recherche, seul l'Ifremer aurait à ce jour réalisé une étude il y a quelques années dans ce domaine, et plus précisément sur la baie de Saint-Paul. Le document que seule la mairie est habilitée à communiquer s'est apparement perdu... L'IRD, de son côté, s'intéresse bien au requin, mais ne travaille que sur les espèces pélagiques. Enfin, le laboratoire Ecomar de l'université ne l'a pas intégré à ses thématiques. Focalisée sur les coraux à sa création, la recherche s'est étendue aux ressources halieutiques et aux oiseaux marins. Alors faute d'étude "officielle", on bricole, chacun dans son coin, avec les moyens du bord. L'Observatoire marin de la Réunion, par exemple, travaille actuellement sur un programme de marquage. "L'idée, c'est de faire un état des lieux le plus vite possible pour avoir un suivi sur plusieurs années", détaille Mickael Rard. Seulement deux bouledogues ont été marqués jusque-là. La petite association tente également d'établir un classement des spots de surf en fonction de leur exposition au risque requin. "Toutes nos demandes de subventions ont été refusées par la Région. Sans explications. Au Département, ils ne travaillent qu'avec le Parc Marin dont ce n'est absolument pas la préoccupation". Sans soutien à la recherche ni volonté d'information, les autorités réunionnaises nagent à contre-courant d'un mouvement international. Car c'est la protection de ces espèces menacées qui est également en jeu. Mieux connaître pour mieux protéger. Requins comme populations.

Dossier : Romain Latournerie

REPèRES

Un atout touristique L'île Maurice, le Mozambique, l'Afrique du sud, l'Australie, la Polynésie, les Bahamas... De très nombreux pays ont choisi de transformer le risque requin en un véritable atout touristique. Les plongées en cage ou en eau libre attirent de très nombreux visiteurs en mal de sensations fortes. Certains commencent en revanche à faire machine arrière. Le "shark feeding" notamment est largement décrié. Le fait de nourrir à la main ou d'appâter les squales pourrait avoir des conséquences extrêmement néfastes. La Floride l'a ainsi interdit depuis 2004.

Le traumastisme Thalassa En juin 2005, France 3 diffuse un reportage intitulé "Escale à la Réunion". Et glisse au milieu de l'émission un sujet consacré aux requins. Conséquence : pour beaucoup, l'île est présentée comme une île dangereuse. Les professionnels du tourisme sont révoltés, et bon nombre de réunionnais avec eux. Quatre ans après, cet écueil est resté dans les mémoires, au risque de ne plus vouloir aborder du tout le sujet.

Sur internet Pour prolonger le débat et améliorer votre connaissance sur les requins dans l'océan Indien, plusieurs sites internet proposent des informations fiables et intéressantes. Citons notamment le site www.squalidees.com de Fanch Landron et Gery Van Grevelynghe ou celui de Mayshark, www.mayshark.org.

 

Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 18:18

L'éléphant de mer de retour au Tremblet

CLICANOO.COM | Publié le 28 mai 2009

Tôt hier matin, un habitant a croisé l'animal qui finissait sa nuit sur la plage laissée en souvenir par la coulée volcanique d'avril 2007. Dérangé, l'éléphant s'est remis à l'eau mais son retour sur nos côtes, presque un an après sa première apparition au même endroit, ravive le mystère de sa présence et aiguise la curiosité des scientifiques.

La plage du Tremblet devait lui manquer. Pas très scientifique comme explication mais c'est la seule qu'on ait pour l'instant depuis que l'éléphant de mer a signé son retour dans le Sud sauvage. C'était hier matin, à l'aube. Notre visiteur somnolait tranquillement sur la plage de sable noir née de l'éruption du piton de la Fournaise d'avril 2007 dans le Grand-Brûlé lorsqu'un pêcheur local aperçoit le premier l'animal.

LES SCIENTIFIQUES AUX AGUETS

Aussitôt, il appelle Honoré Dumont, un habitué des lieux qui s'était déjà pris d'affection pour l'éléphant de mer lors de sa première visite, qui remonte à juin 2008. "En longeant le bord de mer, je suis tombé dessus. Il était visiblement en train de dormir et dès que je me suis approché il a reculé vers l'océan pour disparaître dans les vagues", explique celui qui l'avait observé sous tous les angles l'an dernier. Ce retour précoce par rapport à l'an dernier suffit à raviver la curiosité qu'il avait suscitée lors de sa première visite. Pour les scientifiques qui n'ont pas encore eu l'occasion de voir la bête, passé l'excitation, c'est le mystère de la présence d'un tel animal si loin de ses bases qui refait surface avec cette question : s'agit-il du même éléphant de mer que celui observé en août 2008 ou a-t-on affaire à un autre spécimen qui aurait à son tour craqué pour la plage du Tremblet ? "Nous ne sommes pas sûrs qu'il s'agisse du même éléphant de mer car il n'a pas pu être observé assez mais d'après les descriptions que les témoins en ont faites, il y a de sérieuses ressemblances, reconnaît Violaine Dulau, cétologue et membre de Globice. L'éléphant mesurerait dans les deux mètres, pèserait peut-être une tonne et serait dépourvu de trompe ce qui laisse penser qu'il s'agit d'un jeune sans pouvoir déterminer son sexe. L'association a d'ailleurs prévu d'envoyer une équipe sur place en fin de semaine pour observer l'animal si celui-ci daigne refaire une apparition. Le réseau échouage sera lui aussi mis en alerte. La présence du mammifère marin solitaire qui vit habituellement en colonie dans les îles Kerguelen reste toutefois inexpliquée. Car si l'animal est capable de parcourir plusieurs milliers de kilomètres sans toucher terre dans des eaux glacées, sa présence sous des latitudes subtropicales reste un fait exceptionnel. "L'éléphant de mer obéit à plusieurs cycles et habituellement il commence sa migration pendant l'hiver austral vers le mois de septembre", précise Violaine Dulau. Notre visiteur aurait donc un peu d'avance...

Pierre Verrière

Il est ici chez lui

Même s'il ne s'agit pas du même spécimen que celui observé en août 2008, l'éléphant de mer du Tremblet est ici chez lui. En dépit de l'intérêt que cette visite peut susciter, il faut se montrer respectueux à son égard. Comme les baleines, les éléphants de mer sont des animaux sauvages. Très peu habitués au contact des humains, ils doivent être approchés avec la plus grande prudence. Les scientifiques insistent d'ailleurs sur la nécessité de ne pas stresser l'animal. Inutile de préciser qu'un safari sauvage n'aurait pour que conséquence que de faire fuir celui qui nous donne peut-être une deuxième chance d'en savoir un peu plus sur lui. L'an dernier, les scientifiques l'avaient d'ailleurs laissé vivre sa vie. Rien à voir avec la chaîne de solidarité qui s'était tissée autour d'un autre éléphant de mer, baptisé Cyril, qui avait opté pour les plages mauriciennes en 2006. Il avait finalement été ramené aux Kerguelen - peut-être contre son gré d'ailleurs, qui sait ? Rien de tel n'avait été imaginé pour l'éléphant du Tremblet, finalement reparti comme il était venu. Gageons qu'il en fasse de même une nouvelle fois, mais pas trop vite. L'an dernier, il avait été aperçu pour la dernière fois en octobre...

 

Repost 0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 20:15
les 10 photos de cet article ont été prises à Saint-Paul par Dom2 en 2008
 









Repost 0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 19:24

samedi 18, ce fut masque et tuba again, mais à l'Ermitage, près de saint-gilles les bains
la qualité n'est toujours pas terrible, je sais, mais patience
un appareil numérique étanche de qualité, c'est pas donné











Repost 0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 17:22
avril mois des poissons

photo : édouard boubat (ghana)

le joli mois de mai se rapproche, les examens aussi, les colles, les copies
bien besoin de vagues, de bains, de grands espaces
comme la houle reste forte, je préfère user des photos de Dom2, les miennes demain à l'Hermitage risquent d'être ratées




Mission difficile pour le Grenelle de la mer
LE MONDE | 13.04.09 |
Le Grenelle de la mer a débuté ses travaux. Près de 200 experts - représentants de l'Etat, des élus, des syndicats, des fédérations professionnelles et des écologistes - vont plancher pendant deux mois afin de formuler ce que pourrait être la future politique française de la mer. L'Hexagone détient le deuxième espace maritime au monde grâce à ses territoires d'outre-mer.

Une table ronde finale début juillet
Organisation. Les 200 experts sont issus de cinq collèges : Etat, élus, ONG, syndicats salariés et entreprises.
Groupes de travail. Au nombre de quatre, ils compteront chacun une cinquantaine de membres. Les thèmes sont : "La délicate rencontre entre la terre et la mer" ; "Entre menaces et potentiels, une mer fragile et promesse d'avenir" ; "Partager la passion de la mer" ; "Planète mer : inventer de nouvelles régulations".
Propositions retenues. Elles seront examinées début juillet lors de la table ronde finale, qui devrait se traduire par un accord.

Editorial du "Monde" Enjeux marins
Le ministre de l'écologie Jean-Louis Borloo a demandé aux participants d'être "ambitieux et innovants". Le processus suivra ensuite les autres étapes déjà initiées par le Grenelle de l'environnement : consultation en ligne des Français et organisation de réunions publiques en région. Une table ronde finale est prévue au début de l'été.
Mais, entre une corporation des pêcheurs en crise et des organisations non gouvernementales (ONG) qui appellent à "un véritable changement de cap", le dialogue ne sera pas facile. L'exercice risque aussi de buter rapidement sur un obstacle de taille : la politique de la pêche se décide au niveau européen, à Bruxelles. La navigatrice Isabelle Autissier qui, avec d'autres personnalités, tel l'écrivain Erik Orsenna, pilotera les débats, pressentait le 10 avril, au lendemain des premières réunions de travail, que "ce Grenelle serait peut-être plus compliqué".
Le Grenelle de l'environnement était largement passé à côté des enjeux que représentent les milieux marins. Les océans et les zones côtières fournissent plus de 60 % des services rendus à l'homme par l'ensemble des écosystèmes. Plus d'un milliard de personnes dépendent des ressources halieutiques pour leur alimentation en protéines animales. Et les océans assurent un quart du stockage des gaz à effet de serre.
Le Monde a demandé à quatre experts d'éclairer quelques-uns des enjeux majeurs de la négociation.

 

Philippe Cury, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement (IRD)
Il faut enrayer l'effondrement des stocks de poissons. Les principales espèces consommées sont dans une situation critique en Méditerranée, et 80 % des stocks de la mer du Nord sont surexploités. Certes, le thon rouge est le symbole de cette surexploitation, mais la lotte, le grenadier, le mérou sont aussi menacés. On exploite partout, à n'importe quelle profondeur.
Il faut stopper cette course folle pour reconstituer les stocks et, pour cela, il faudra restreindre les prises. La pêche actuelle n'est viable ni écologiquement ni économiquement. Les subventions accordées depuis trente ans n'ont fait qu'aggraver les choses. J'espère que le Grenelle va permettre de renouer un dialogue aujourd'hui rompu entre pêcheurs, politiques et scientifiques, et que nous pourrons nous entendre pour tester de nouveaux modèles de pêche.

 

Sébastien Moncorps
Il est plus que nécessaire d'étendre les espaces protégés. La mer est la grande oubliée des politiques de protection de la nature. Les objectifs internationaux auxquels nous avons souscrit prévoient de placer d'ici à 2012 au moins 10 % des écosystèmes en aires marines protégées. Or, moins de 0,1 % des eaux marines françaises bénéficient d'un statut de protection, alors que la France, avec ses territoires d'outre-mer, a sous sa responsabilité 10 % des écosystèmes lagunaires et 20 % des atolls mondiaux.
La richesse des milieux marins est très liée à la qualité des massifs coralliens, qui sont un maillon essentiel de la chaîne écologique. Toutes les études confirment leur état de dégradation. Le Grenelle devra acter une politique ambitieuse de protection de ces milieux, qui sont de surcroît particulièrement sensibles au réchauffement climatique.
 
Jean-Claude Bonnafé
L'un des objectifs est de lutter contre la pollution et le mitage du littoral. Les côtes sont sous pression : urbanisation, développement d'activités en tout genre, mitage résidentiel et industriel. On a longtemps géré la mer et les espaces côtiers comme deux mondes séparés. Or les activités terrestres sont à l'origine de 80 % des pollutions en mer. Le Conservatoire du littoral s'est fixé pour objectif de racheter 220 000 hectares de rivages d'ici à 2050, afin de préserver ce "tiers sauvage" qui doit garantir la préservation de nos écosystèmes côtiers dans leur diversité.
Nous avons fait la moitié du chemin. Mais cela devient de plus en plus difficile de continuer. L'aménagement du littoral ne doit plus dépendre de logiques communales, mais être pensé à une échelle géographique plus large.
 
Julien Rochette
Le Grenelle doit être l'occasion de nous interroger sur notre politique extérieure et de redéfinir les règles du jeu international. On ne peut pas tenir un discours sur la pêche durable dans nos eaux territoriales et continuer à envoyer nos chalutiers piller les ressources des côtes africaines contre des compensations très insuffisantes pour les pays concernés.
Certes, cette problématique relève de choix européens, mais la France, compte tenu de l'étendue de son espace maritime, serait légitime à proposer une autre politique. La faiblesse des règles encadrant l'exploitation de la haute mer demeure un problème majeur. Les industriels s'y livrent à une véritable bataille pour s'approprier de nouvelles ressources génétiques. La négociation internationale sur ce sujet est bloquée, mais là encore, cela n'interdit pas à la France de se montrer plus active.
Laurence Caramel

 

 


17 avril 2009
L'éternel débat des quotas

C'est presque devenu une tradition, fin avril, les pêcheurs manifestent car ils ont épuisé leurs quotas de pêche. Ceux de la Côte d'Opale en ont assez de cette image qui leur colle à la peau. "On passe pour des gens qui ne savent pas gérer la ressource et qui la mettent en péril", explique Franck Ramet, patron d'un petit chalutier. Dans cette discussion sans fin entre pêcheurs, scientifiques et politiques, les premiers ne se sentent pas écoutés.
Difficile de savoir qui croire, entre les marins qui observent la ressource depuis des centaines d'années et les scientifiques qui tirent la sonnette d'alarme. Les chiffres toujours en baisse des quotas montrent en tous cas la pression qui s'exerce sur les pêcheurs. En quinze ans pour le cabillaud et pour la France, ils sont passés de 190 000 tonnes à 9 000 tonnes, explique Franck Ramet :
Bien sûr, il faut protéger la ressource. Les scientifiques font bien valoir que les stocks, si importants qu'il paraissent, dissimulent une grande faiblesse : pour le moment les individus sont très jeunes et ne peuvent pas renouveler le stock avant d'être pêchés.
Mais ne regarder que les quotas français cache un autre chiffre clé : celui du TAC, le total admissible de capture, qui lui est très élevé et peut en effet menacer la ressource : pour 2009 il est de plus de 500 000 tonnes en Europe. Sur ce total, le quota français apparaît bien léger aux pêcheurs. Les Norvégiens, hors Union européenne, se sont vus allouer 80% du TAC. "Dans ces conditions, nous permettre de pêcher un peu plus ne changerait pas grand chose au stock", font valoir les Français.
Antonin Sabot
http://crise.blog.lemonde.fr/2009/04/17/leternel-debat-des-quotas/

 

 

photo : françois collard


Repost 0