Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 20:32

 

P5162397 (Large)

c'était dimanche dernier, 18h, sur la plage de Ramena, Vénus y Luna tirent les yeux

 

P5152299 (Large)

samedi 15 mai, avec beaucoup de retard l'ATR d'Air Mada décolle d'Ivato, direction Diego-Suarez

 

P5152315 (Large)

mieux que la carte Michelin ou le GPS : le paysage vu d'avion

 

P5152329 (Large)

2h plus tard, Diego (et son pain de sucre) en vue

 

P5162331 (Large)

sur la plage de Ramena le lendemain, on me propose des sardines de haute mer

 

P5162346 (Large)

embarquement du filet

comme toujours j'apporte des leurres que je donne aux pêcheurs (turlute 18cm, 50 ou 60 grammes)

 

P5162389 (Large)

nature morte : rouget parmi des capitaines

 

P5162350 (Large)

qu'auraient pensé Monet et Boudin de cette étude chromo-indianocéanique ?

 

P5162348 (Large)

la gargote d'Antoinette et la gargote de Martha se mirent

 

P5162359 (Large)

parions que les requins se méfient lorsqu'ils voient la dentition de cette barque

 

P5162370 (Large)

 

P5172398 (Large)

pour les amateurs de 2cv, Mada est un régal

et j'en fais partie

dans la France d'aujourd'hui, on ne voit plus guère de jeunes de 18 ans capables, comme en 1968, de changer soupapes, segments, pistons et cardans de leur 2cv, sauf peut-être les centraliens

à Mada, si

à Mada, on répare tout, même un téléphone portable

on démonte le vilbrequin d'un moteur de 400 cv (semi-remorque de 40 tonnes) sur l'accotement, dans l'herbe

 

P5182446 (Large)

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 20:02

P5182418 (Large)

monter au Rova, c'est dur, environ 1000 marches

mais la récompense, c'est le point de vue sur Tana et le lac Anosy (mardi 18 mai)

 

P5182412 (Large)

construction d'une maison en briques près du Palais de la Reine

 

P5182421 (Large)

Le Rova d’Antananarivo (prononcer Rouv’), c’est le Palais de la Reine. Ce palais en bois fut offert par l’architecte-aventurier-industriel Jean Laborde à la reine Ranavalona 1ere (sa maîtresse supposée). Il domine la ville (3 millions d’habitants environ aujourd’hui) à 1460 mètres d’altitude. Il est construit à l’emplacement d’un premier palais merina (prononcer mérinn’) datant de 1610 et entouré d’une palissade de pieux.

En novembre 1995, un incendie l’a réduit en cendres. Il ne restait plus que la structure en pierre qui recouvrait le palais original de Laborde. C’était le soir de la proclamation des résultats des élections municipales d’Antananarivo : difficile de ne pas penser à un acte criminel. De nombreux objets de grande valeur ont été sarkozys. En 1999, les pièces de bois sacré en provenance du pays zafimaniry ont été montés à dos d’homme un jeudi (jour favorable pour ce genre de choses) afin de commencer la reconstruction du palais (dans le lot : un pilier de palissandre de 39 mètres). Des souscriptions et l’aide de la Banque mondiale ont été nécessaires. Les visites ne sont pas possibles pendant les travaux qui sont loin d’être achevés, contrairement aux prévisions.

Sous le règne d’Andrianampoinimerina (1787-1810), l’enceinte royale abritait vingt–deux édifices en bois, matériau de construction noble par excellence. Siège de la monarchie Merina, le Rova devait être une image d’un ordre idéal du monde. Aussi revenait-il aux astrologues royaux d’invoquer les ancêtres pour déterminer l’emplacement de chaque nouvel édifice, son orientation, et le jour le plus faste pour en commencer la construction. Les travaux étaient ensuite effectués par les ouvriers et paysans Merina dans le cadre de la corvée.

 

P5182439 (Large)

 

P5182424 (Large)

Voromahery, « l'Epervier Royal »
L’unique porte d’entrée du Rova fut dessinée par le Britannique James Cameron en 1865. Cet arc de triomphe est surmonté d’un aigle en bronze envoyé par Napoléon III à Ranavalona 1ère.

 

P5182437 (Large)

le Palais du Premier ministre ou Musée d'Andafiavaratra

il fut longtemps la résidence privée du Premier ministre Rainilaiarivony qui épousa successivement trois reines Mérina (pour conforter son pouvoir) avant l'occupation d'Antananarivo par l'armée française

il abrite les collections historiques rescapées de l'incendie de 1995 : objets royaux, trône, photos, mobilier, tableaux, cadeaux anglais et français

 

P5182441 (Large)

le dôme du musée

 

P5182442 (Large)

une chaise à porteurs royale

 

P5182444 (Large)

maisons traditionnelles de Fianarantsoa (à côté du musée)

 

P5182426 (Large)

P5182426 (Large)

  P5182426 (Large)P5182426 (Large)

 

P5182427 (Large)

 

P5182428 (Large)

P5182429 (Large)

P5182430 (Large)

 

P5182431 (Large)

 

P5182432 (Large)

P5182433 (Large)

 

P5182434 (Large)

près du palais de la reine, je suis tombé sur ce bas relief de 40 mètres de long et datant de 1940

il retrace l'histoire de Madagascar de la préhistoire à nos jours

j'ai cherché dans plusieurs guides : impossible d'en savoir plus pour l'instant

mais je saurai ! c'est un travail absolument magnifique

Partager cet article
Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 20:14

 

P5092074

C'est quoi ?

c'est du rugby

et gaffe aux resquilleurs qui se font prendre

 

katamanga1

le sakamanga est de loin l'hôtel le plus sympa et le plus artistique de Tana

c'est mon préféré

sakamanga veut dire "moumoute bleu", autrement dit un nom venu de Alice in Wonderland: Cheshire cats are blue

 

katamanga3

 

P5122234

le moumoute bleu est un petit musée

aperçu : les instruments de musique qui entourent la porte de ma chambre

 

P5122241

 

P5122242

 

P5122254

figuier de barbarie (photo prise en mode manuel hier comme les autres photos)

 

P5122264

Tana hier soir vu du Palais de la Rova (prononcer Rouv), c'est-à-dire palais de la reine (celui qui a brûlé vers 1997 si ma mémoire ne me trahit pas

Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 11:25

 

P5092130

crocos de 16 ans

 

Attardons nous un peu sur la vedette de ces lieux.

"Le premier bâtiment abrite plusieurs milliers de bébés crocodiles nourris plusieurs fois par semaine, qui se prélassent dans une étuve de 31 °C. Plus de 5 000 crocodiles naissent chaque année à Croc Farm.
Après avoir traversé un espace planté de pervenches malgaches, de pêchers, de cocotiers et d’hibiscus, on arrive au lac vert entouré de manguiers et de jacarandas. Là, deux cents crocodiles adultes se promènent et se regroupent sur un îlot central. C’est le lieu de reproduction. Les mâles sont bien choyés : on compte un crocodile mâle pour quatre femelles !
Les crocodiles du Nil vivent centenaires s’ils échappent au plus dangereux des prédateurs (l’homme) ou aux maladies. À Madagascar, ils sont entourés de légendes, respectés et vénérés.
Leur sexualité est gourmande, et Monsieur, très polygame, féconde plusieurs femelles qui engendrent chacune de 20 à 90 œufs au bout de trois mois. Mais 90 % des bébés ne survivront pas : malgré la vigilance parentale, ils seront la proie des aigles-pêcheurs, des hérons, des vautours, et des sangliers."

 

P5092127

A Mada la loi du talion s'appliquait aux crocodiles ; on ne tuait l'un d'entre eux que s'il avait tué un humain et on pouvait s'attendre à ce qu'un humain fût tué pour un crocodile si un de ces animaux avait été abattu sans cause. Les crocodiles étaient associés si étroitement à ces notions que les malgaches amenaient les suspects au bord des rivières pour laisser aux crocodiles le soin de juger les malfaiteurs. Après un rituel à ces animaux, l'accusé devait traverser la rivière. Si un crocodile s'en emparait, sa culpabilité était démontrée. Les Bagandas du lac Victoria avaient des pratiques similaires.

 

P5092136

  crocos d'un an

 

P5092139

 

P5092133

en magasin, nous avons beaucoup de gris métal, nous avons même un albinos, mais c'est plus cher

 

P5092128

 

P5092121

 

P5092158

 

P5092138

 

P5092161

 

P5092132

 

P5092162

 

Le croco est bon garçon : la boutique de l'entrée expose ses atours et ses atouts :  ceintures, bracelets, sacs, porte-feuilles. Comme si ça ne suffisait pas, le croco se déguste en gratins, émincés et brochettes à l'auberge "Coco d'île" : délicieux.

 

P5092201

 

Bref, n'allez pas voir les ânes peints du zoo de Gaza ("L’opération zèbre leur a demandé deux jours de travail. Mahmoud, 20 ans, est très fier du résultat".http://www.liberation.fr/monde/0101604669-au-zoo-logique-de-guerre), allez à Croc Farm !

 

1273570565

Partager cet article
Repost0
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 17:10

 

P5092198

Beaucoup de soucis depuis mon départ de Saint-Denis samedi soir. Pour vous donner une idée, je vous en raconte quelques-uns.
1/ mon avion a décollé à 1h30 au lieu de 22h30 (pour un trajet d'1h35), personne n'a été prévenu, personne n'a su pourquoi, il fallait attendre, toujours attendre
2/ l'hôtel dans lequel j'avais réservé et payé 3 nuits (Karibotel ****) depuis longtemps est en travaux ; il a réparti ses clients dans un autre hôtel sans les prévenir et m'a oublié dans son listing. A 4h 30 du matin, sans hôtel, avenue de l'Indépendance, avec 30 kgs de bagages précieux, quand on est un vasaha, ça craint.

3/ avant-hier, je fais un tour au Croc farm en taxi-brousse (34 passagers au lieu de 14) dans des chemins aux ornières inimaginables. Mon voisin a donné un coup de cutter dans ma sacoche, ce faisant il a crevé ma gourde souple et tout le contenu du sac a été inondé. Comme je lui ai donné un violent coup de coude, il est descendu aussitôt mais le mal était fait, tout est trempé : passeport, billets d'avion, billets de banque, téléphones, appareil photo etc...
4/ un taux de change toujours plus défavorable etc.
J'arrête, inutile de vous faire peur.
Non, Croc Farm n'est pas un nouveau produit Mac Do, ce n'est pas non plus la série de manuels de CP que j'apporte à Ramena, les crocolivres offerts par Milie. C'est un parc botanique et animalier à 25 kms de Tana, à Ambohipanasiana. Mais la ligue de Brigitte Bardot s'émeut déjà : "quelle horreur ! un zoo à Madagascar ! rendez leur liberté aux petites bêtes !" Croc Farm est au contraire une chance pour les habitants de Tana et nos amies les bêtes. Si je vous dis : boas, panthères et crocodiles, vous ne voudriez pas que les malgaches ne voient les animaux de leur propre pays qu'au risque de perdre la vie. Sans compter les missions scientifiques, pédagogiques, touristisques et les mesures de protection d'espèces menacées.
Une chance donc pour ce magnifique jardin botanique qui rassemblent cactées, palmiers, citronniers, orchidées, bougainvillées, bananiers, massifs de fleurs tropicales, bambous, avocatiers etc.Un jardin dédié au saurien emblématique du pays après le zébu : le crocodile du Nil (voir article suivant). Mais un jardin où s'endorment bien cachés des caméléons et où s'ébrouent des lémuriens qui sautent de branche en branche. Un jardin où vivent plus de 80 espèces animales.

  P5092085

 

P5092093

boas arboricoles

P5092094

bolis (ballons en malgache)

P5092097

vous connaissiez les tomates-cerises, voici les grenouilles-tomates

P5092103

  panthère endémique de Madagascar, le fossa (cryptoprocta ferox) se nourrit de rongeurs et de lémurs ; il n'hésite pas à se rapprocher des habitations la nuit pour dérober des volailles

 

P5092105

le ventre est plat : c'est une femelle

 

P5092106

le ventre est creux : c'est un mâle

 

P5092107

des tortues rayonnées et au fond une tortue géante des Seychelles

 

P5092108

tortue d'eau douce

 

P5092109

ces bestioles s'appellent petits caïmans ; celles qui ont des rougeurs sont des saunosaurus

 

P5092118

civette (jaboady en malgache)

 

P5092122

 

P5092129

 

P5092131

 

P5092140

Samuel vous présente une couleuvre de Madagascar

 

P5092149

 

P5092156

 

P5092160

 

P5092209

des milliers d'oiseaux vivent à Croc Farm

Partager cet article
Repost0
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 11:29

P1190450 (Large)
vielleurGeorges de la Tour fait-il interpréter à son vielleur (musée des beaux-arts Nantes) des Chants religieux protestants comme ceux de ce violoniste rencontré devant la Poste de Tana ? Après m'avoir donné son accord pour la photo, il s'est remis à jouer en s'appliquant. Peu lui importaient les journaux affichés à quelques mètres. D'abord gagner de quoi manger aujourd'hui !
Les bandes d'enfants mendiants me suivant pendant des centaines et des centaines de mètres chaque jour, je n'ai pu m'y habituer.

P1190453 (Large)
P1170382 (Large)en route pour le concours de beauté

P1170397 (Large)ces 3 futures reines de Tana et de Mada s'appellent Finoana, Fitiavana et Fanentenana.
quelle vie pour elles demain ? maman pourra-t-elle payer l'écolage ?

P1220482 (Large)les étudiants en 3è année d'Ecotourisme de l'ESSVA (Ecole supérieure spécialisée du Vakinankaratra) que j'ai rencontrés à Antsirabé le 22 janvier

P1220484 (Large) quelques exemples de leurs recherches : nouveaux circuits culturels à créer (stèles, sites royaux), développement du tourisme rural à Ilaka est, l'écotourisme moteur du développement zafimaniry, analyse marketing du dvt du tourisme des richesses marines d'Ambodilaitra, sculptures vannerie et traditions festives betsileos, tourisme culturel et artisanal comme héritage et symbole de vie maromaniry, potentialité touristique du Parc national Fandriana Marolambo, spéléologie etc.

DSC00143 (Large)Mais, même si Mary-Claude M. qui les avait invités, leur a payé le pousse-pousse pour leur éviter les kilomètres à pied, les étudiants de l'ESSVA sont des privilégiés : le drame malgache c'est d'abord la non-scolarisation d'un enfant sur deux. Cette petite fille est sans doute tirée d'affaire car ses parents ont réussi à payer l'inscription (dérisoire) au Centre Culturel Saint-Paul que vient de créer Mary-Claude à Antsirabé. (photo Mary-Claude M.)

DSC00174 (Large) Ecole primaire publique de Ambohimena à Antsirabé (photo Mary-Claude M.)

DSC00180 (Large)Ecole primaire publique de Ambohimena à Antsirabé (photo Mary-Claude M.)

DSC00182 (Large)Ecole primaire publique de Ambohimena à Antsirabé (photo Mary-Claude M.)

DSC00183 (Large)Ecole primaire publique de Ambohimena à Antsirabé (photo Mary-Claude M.)

DSC00189 (Large)Ecole primaire publique de Ambohimena à Antsirabé (photo Mary-Claude M.)

DSC00187 (Large)Ecole primaire publique de Ambohimena à Antsirabé (photo Mary-Claude M.)

DSC00191 (Large)Ecole primaire publique de Ambohimena à Antsirabé (photo Mary-Claude M.)

P1220485 (Large)Ecole primaire publique de Ambohimena à Antsirabé

P1220486 (Large)La classe de Jeanine (60 élèves)

P1220487 (Large)Je suis incapable de traduire le tableau. Vakiteny c'est Lecture. Liva, Lova, Laza, Lita et Lala sont les prénoms d'enfants. Lavitra etc. il est question de pays proche. Lemaka c'est une plaine. Lakan un lac. atsimo c'est l'est.

DSC00193 (Large)Un grand merci (misaotra [prononcer misotch]) à Jeanine, la maîtresse, pour sa gentillesse et son accueil ! et à Justin son mari ! (merci à Lisa qui m'a donné le bon prénom ! note du 9 novembre 2012)
P1220488 (Large)

P1220489 (Large)Cet article paru il y a 3 jours dans L'Express Madagascar est éloquent

L'Express de Madagascar (Antananarivo)

Des classes en sureffectif

Raheriniaina

3 Février 2010

 

Aux heures ouvrables, des jeunes en tablier et blouse scolaires, le cartable sur le dos, occupent les rues d'Antsiranana. Preuve que les parents envoient leurs enfants à l'ecole et on ne peut que s'en rejouir.

 

Mais tout médaille à son revers, surtout si l'on n'y fait pas attention.Tout dernièrement,des parents d'élèves se sont plaints de sureffectif dans les classes. Selon leurs dires, dans l'enseignement public surtout dans les collèges et les lycées, le phénomène dépasse l'entendement.

Il n'est pas rare que chaque salle reçoive une centaine d'élèves, sinon plus. Toutes les classes parallèles, au nombre de cinq ou six, sont logées à la même enseigne.

 

Non motivés

 

La cause se trouve dans les inscriptions et les admissions, où tout est permis, l'occasion faisant le larron. De plus, l'absence de contrôle, d'inspection et d'administration ne fait qu'aggraver la situation.

Les professeurs ne sont pas motivés pour recevoir 100 élèves serrés à trois ou plus par table-banc. Sans parler des milliers de copies à corriger. Maintenir un minimum de discipline dans la classe s'avère une véritable gageure.

Alors beaucoup d'enseignants se gardent bien de faire du zèle. Grâce à leurs absences répétées, les élèves goûtent malgré eux des avant-goûts des vacances.

 

 

Ce que j'ai observé plus d'une fois, c'est que les grands-parents (lorsqu'ils sont encore vivants) parlent français, les parents ne le parlent pas et les enfants parlent français et servent de traducteurs. C'est l'effet de la malgachisation forcée de Ratsiraka dans les années 80.

veloma ! (au revoir, prononcer [véloum])
mandra-pihaona ! (à bientôt)

Partager cet article
Repost0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 10:46
P1180425 (Large)Dans l'ambiance un peu "routard" de l'hôtel du Manoir rouge d'Ivato, près de l'aéroport de Tana, je me sens bien.

PA190043.resizeddepuis la fenêtre de ma chambre en octobre 2009

fruit-02toutes les chambres sont décorées de peintures de Romain Rakotoarimanana

P1180415 (Large)les as du vélo

P1180417 (Large)
voiture-02
PA190003.resizedQuelques-unes des toiles de Patrick, le patron du Manoir rouge, qui m'a conseillé un site pour débuter : artetpeinture

PA190004.resizedmais voilà
la réussite tient-elle à son talent ou au charme des modèles ?
on ne le saura sans doute jamais
peut-être même, la réalisation du tableau s'est-elle acompagnée, comme dans Le Portrait ovale d'Edgar Poe, du dépérissement progressif de l'original pour que l'oeuvre prenne vie ?

PA190005.resized
PA190006.resizedet où est la jolie malgache manquante ?

PA190054.resizedpourquoi justement un moumoute noir ?
pourquoi un manoir rouge comme Le masque de la mort rouge ? un manoir comme celui de la Chute de la Maison Usher?
pourquoi je me sens si bien dans le Manoir rouge ?
Partager cet article
Repost0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 07:00
pieces 001 (Large)
pieces001 (Large)On peut croire un certain temps qu'il n'y a que des billets en circulation à Madagascar tant les pièces sont rares. Pourtant, les pièces de 50, 20, 10, 5, 2 et 1 ariarys existent bel et bien.

10000Ar (Large)
10000Ar n° (Large)
5000Ar (Large)
5000Ar n° (Large)

2000Ar (Large)
2000Ar n° (Large)
1000Ar001 (Large)
1000Ar (Large)
500Ar001 (Large)
500Ar (Large)
200Ar001 (Large)
200Ar (Large)
100Ar001 (Large)
100Ar (Large)
10000fmg 001 (Large)
1000fmg001 (Large)
25000fmg001 (Large)
25000fmg 001 (Large)les 2 derniers billets n'ont plus cours mais il n'est pas difficile d'en trouver ; c'est comme les 203, 4cv, dauphine, 2cv et autres camionnettes peugeot ou citroën de mon enfance

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 11:24
P1220471 (Large)ce pousseur d'Antsirabé m'a demandé de le photographier

Merci et pardon aux assidues de ce blog de s'être inquiétées de mon silence. Les raisons sont nombreuses mais cachent mal ma paresse : rendez-vous médicaux, copies, cours à préparer, connexions quasiment impossibles à Mada, météo (neige en métropole puis pluies diluviennes ici), deuils, retards des avions (6 en 4 semaines), paperasses, courrier, préparation de 2010-11 etc. Je vais essayer peu à peu de me rattraper.

 

P1170364 (Large)

et hop, un billet de 5000 ariarys (1,7 €) donné au conducteur du taxi-deuche

 

Commençons par recopier mon cahier de voyage samedi et dimanche derniers

J'ai lu dans le blog d'une amie en poste à Fort-Dauphin (adresse dans les liens de isle-bourbon.com) ses tribulations au bureau de poste local. J'ai expliqué en commentaire que j'avais dû moi-même me rendre à ce bureau de poste 3 fois pour parvenir à la valeur de 2700 ariarys, coût de l'envoi d'une lettre en France (env 1€). Je fais l'hypothèse que c'est la crainte d'avoir trop de timbres présents dans le guichet, autrement dit une tentation trop forte pour les voleurs, qui explique cette parcimonie. A Tana, les chauffeurs de taxi achètent leur essence litre par litre (avec l'argent de la course payée d'avance) afin de ne pas trop perdre dans le cas où le réservoir est siphonné pendant leur sommeil et surtout de ne pas encourager le vol du véhicule. Depuis 10 ans la pauvreté s'est considérablement aggravée. Mais depuis un an la paupérisation s'accélère de façon dramatique, et cela se voit par le nombre de voleurs partout dans Tana, les grandes villes et même, c'est nouveau, en brousse.

 

P1170400 (Large)

arrivée de la deudeuche Place de l'Indépendance

 

Mon chauffeur de taxi préféré, monsieur Sylvestre, m'a expliqué en me conduisant à Ivato, qu'en ce moment, dans la province de Tulear, des malgaches ne mangent plus depuis une semaine. Ils ont tout vendu, même leurs ustensiles de cuisine. Et à présent, ils sucent des morceaux de bois. Hier, dans les rues de Tana, j'ai vu les petits vendeurs des trottoirs cacher précipitamment leur marchandise dans des baluchons car la police municipale arrivait. Ils n'ont plus le droit de vendre sur les trottoirs du centre ville depuis 8 jours mais la menace des amendes n'a eu aucun effet évidemment puisqu'il s'agit de survivre. Et aussi de compléter l'offre des produits neufs des magasins. « Madagascar est un pays riche où les gens sont pauvres » m'a dit monsieur Sylvestre.

 

P1170406 (Large)

 

P1170412 (Large)

P1170413 (Large)

 

Pas tous, car on a aussi croisé des Hummer flambant neufs et des 4X4 rutilants, « des voleurs de bois de rose et de saphirs » m'a dit Sylvestre . Mardi dernier, place de l'Indépendance, sous mes yeux, une amie malgache (malgache) s'est fait voler un collier en or de 80€ (une fortune ici). Les malgaches se volent à présent entre eux. J'ai entendu parler, par les gens les plus sérieux, de tortue volée pour être mangée et dans aucun pays je n'ai vu aussi peu de moumoutes et de bonchiens.

C'est notoire, la police ferme sans cesse les yeux sur d'innombrables infractions, tant l'attraction exercée par un billet de quelques ariarys est efficace. Qui ne voit que l'hyperpauvreté et la corruption (facilitant la rapacité des grandes puissances) expliquent largement ces dérives ? Cercle vicieux.

 

P1180426 (Large)

en 4L d'Ivato au centre de Tana

 

Revenons aux guichets de poste. Il y a un instant, j'ai voulu acheter des timbres-poste. Problème : comment payer les centimes ? J'en avais pour 7320 ariarys (2,5€). Voyant que l'employé ne me rend que 2600 sur mon billet de 10000, je lui dis que je lui faisais cadeau des 80 centimes, que trouver des pièces (10c, 20c, 50c) relève de l'impossible. Il m'a proposé une solution : lui acheter un timbre de 120 ariarys avec un simple billet de 100 ariarys ! Inutile de dire qu'il ne m'a pas proposé 2 timbres à 0,80 qu'il avait pourtant : toutes les combines sont bonnes pour recueillir un peu d'argent et ici la ruse est une vertu. Pour me connecter en wifi, je n'achète plus de cartes MOOV de 10000 ariarys à l'aéroport. Elles sont (rendues volontairement) illisibles au grattage, récupérées dans les poubelles, scannées et échangées gratuitement contre des neuves chez MOOV etc. Je suis certain que même un joueur de bonneteau parisien très entraîné se fera plumer s'il change de l'argent dans le hall de l'aéroport d'Ivato sans passer par un guichet de banque.

Aucun taxi-brousse ne part l'après-midi. Pour rallier Tulear, ils ont à présent l'habitude de rouler en convoi et en journée. Le temps des attaques de diligences dans un défilé montagneux est revenu. A la place des scalps de peaux-rouges : des voyageurs malgaches et vasahas dépouillés.

 

P1190436 (Large)

pousse-pousses de Tana

 

Il y a un livre à écrire sur les pousse-pousses. Certains sont deschaux, d'autres avec sandales, mais tous avec casquette. Je pensais ne jamais les employer tant ils symbolisent l'exploitation de l'homme par l'homme. Mais j'ai vite compris que donner de l'argent sans contrepartie est plus humiliant encore. Prendre un pousse-pousse, c'est permettre à une famille de manger.

 

P1220463 (Large)

ci-dessus et ci-dessous : Antsirabé

 

P1220464 (Large)

 

P1220474 (Large)

 

P1220478 (Large)

A Antsirabé, les pousse-pousses se comptent par milliers.


Partager cet article
Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 17:59

PA130024.resizedInterflora : j'ai ramené de Diego à la mi-octobre des images de bouquets de petites filles en fleurs rentrant de l'école en pousse-pousse, un bouquet d'une dizaine de fleurs de 6 ans fraîchement sorties de l'école et en allées en pousse-pousse pieds-nus à pleine vitesse en plein soleil livrées à domicile

PA130023.resizedrappel : à Mada, un marmaille sur 2 ne pourra pas apprendre à lire

PA130029.resizedj'ai pris ces fresques en photo dans l'école de Teddy

PA130030.resized
PA130031.resized
PA130033.resized
PA130032.resized
PA130034.resized
PA130035.resized
PA130036.resized
PA130038.resized
PA150254.resizedà 20kms de Diego : Ramena
C'est là que Dada Pierre vient de créer une école maternelle (il n'y en avait pas)

PA150256.resized
PA150265.resized
PA150267.resized
PA150271.resized
PA150275.resized
PA150276.resized
PA150277.resized
PA150278.resized
PA150286.resized
PA150293.resized
PA150297.resized
PA160026.resizedau marché de Diego

PA160054.resizedquand je serai grand, j'irai au lycée

PA170098.resizedet je serai pêcheur comme mon père

PA170128.resized
PA170130.resized
Partager cet article
Repost0