Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 15:42

Madagascar, où je me rends en mars, a la superficie de la France. 17,5 millions d'habitants (dont 30000 français) y vivent. Dans ce pays qui est l'un des plus pauvres du monde, le taux de fécondité est de 6 enfants par femme. Il y a autant de zébus que d'habitants (17 millions) : cet animal indispensable à l'économie, sacré, signe extérieur de richesse et symbole de sagesse, est l'emblème malgache par excellence.

 

pour aider les malgaches qui veulent acquérir un zébu :

www.zob-madagascar.org



photo : Philippe M.

ZEBU


Voûté comme les cités d'Imerina*

en évidence sur les collines

ou taillées à même les rochers ;

bossu comme les pignons

que la lune sculpte sur le sol,

voici le taureau puissant

pourpre comme la couleur de son sang.


Il a bu aux abord des fleuves,

il a brouté des cactus et des lilas ;

le voici accroupi devant du manioc

lourd encore du parfum de la terre,

et devant des pailles de riz

qui puent violemment le soleil et l'ombre.


Le soir a bêché partout,

et il n'y a plus d'horizon.

Le taureau voit un désert qui s'étend

jusqu'aux frontières de la nuit.

Ses cornes sont comme un croissant qui monte.


Désert, désert,

désert devant le taureau puissant

qui s'est égaré avec le soir

dans le royaume du silence,

qu'évoques-tu dans son demi-sommeil ?

Est-ce les siens qui n'ont pas de boss e

et qui sont rouges comme la poussiè re

que soulève leur passage ,

eux, les maîtres des terres inhabitées ?

Ou ses aïeux qu'engraissaient les paysans

et qu'ils amenaient en ville, parés d'oranges mûres,

pour être abattus en l'honneur du Roi ?


Il bondit, il mugit,

lui qui mourra sans gloire,

puis se rendort en attendant

et apparaît comme une bosse de la terre.


Presque-songes, 1934

Jean-Joseph Rabearivelo


* Imérina = région des plateaux

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 16:52

OMBRE


Je m'oubliais au centre de l'été,

ô mon ombre !

quand je t'ai rencontrée.

J'attendais une grande amitié

qui aurait la pérennité

et la transparence des midis !


C'est alors que tu m'as suivi.

silencieuse à jamais

Et je partis frappé

par le mystère de notre destinée.


Aujourd'hui, me mirer en toi

pour me connaître moi-même

et retrouver dans tes frontières

les signes propres de ma beauté !


As-tu rampé

du fond des tombeaux ?

Et quelque message pour moi

n'as-tu jamais osé dire ?


Me mirer en toi

t'interroger sur ton mystère

et retrouver moi-même,

les lignes propres de ma destinée !


Ma solitude est née

de ta présence ;

et celui-là qui te ressemble,

debout à tes pieds

attendait, attendait

une grande amitié.


Mais personne ne s'est présenté.

Quand commencerions-nous

à nous aimer,

ange de solitude ?

Pour nous tendre la main

Et nous refaire une intimité !


Lucien-Xavier Michel Andrianarahinjaka

né en 1929 à Fianarantsoa



VIVRE MA VIE ou JE VEUX TOUT


Laissez-moi

enfant

goulûment vivre ma vie

Laissez-moi au grand air

me remplir les poumons

dilater tout mon être.

Laissez-moi

m'y plonger tout entier

poisson ivre d'eau

oiseau ivre d'air

feuille envolée au vent.

Content d'être

jeté ça et là

emporté par le destin dans les vagues d'infini

-- Laissez-moi humer le soleil

mon soleil

joujou incandescent

or des ors, or vivant

disque fascinateur

disque-dieu des coeurs,

oeil du jour

oeil vivifiant

brasier qui vomit l'amour,

l'amour embrasant les mondes

l'amour-clarté

l'amour-fécondité

l'amour-mère immense des âmes et des corps.

Laissez-moi

manger à belles dents

embrasser à pleine bouche

chanter à plein gosier

courir à toutes jambes

cueillir à pleines mains

donner à pleins bras

lutter de tout mon corps

penser de toute ma tête

travailler de tous mes muscles

aimer de tout mon coeur...

voilà vivre ma vie.


Pas de vide

ni de demi-mesure.

La plénitude.

Le total, l'intégral, la somme toute.

Le soleil entier pour le grain de sable,

le soleil entier pour les univers.


Je veux tout, j'aime tout, je prends tout.

L'uniforme remplit mon âme.

Mon âme contient l'infini.

Je veux tout.

Le détail, l'univers.

Le créé, l'incréé Crater.

L'oeuvre la plus ténue, être d'un jour.

L'insondable, l'Eternel.

--- Je veux tout.

Tout pour la vie, ma vie pour tout.

Je veux tout, je prends tout.

Tout me fait vivre, ma vie veut tout.

--- Tout !


Souffle de Printemps, 1947

Raymond Abraham

né à Antananarivo en 1921

Partager cet article
Repost0