Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 21:24

P1100336 (Large)

Libellule au bord de la Vienne (Bonneuil-Matours 23 juillet 2012)

 

Bison futé voyait rouge le week-end dernier, mais Hélène avait eu la bonne idée de m'inviter dès le vendredi dans un coin de paradis : à Bonneuil-Matours, loin des 4 voies, des péages, des portables, des tablettes androïd et du CAC 40.

Forêts, rivières, moulins, papillons, martin-pêcheurs, hérons, castors, roses trémières, citrouilles, mirabelles, figuiers, noyers. Cette simplicité fonde un temps immobile, comme une idée de sagesse. Parfois ce sont les choses les plus surannées qui apaisent.

 

P1100212 (Large)

Comme à Bonneuil, Maurice Fombeure (1906-1981) est l'enfant du pays, nous avons commencé par une visite du musée qui lui est consacré. On peut ne pas aimer tout dans son oeuvre poétique qui a des accents proches de ceux de René-Guy Cadou, mais je m'accommode très bien de certains poèmes, comme celui que je recopie à la fin de cet article.

 

P1100213 (Large)

ce modeste musée gratuit tire son attachement du fait qu'il est composé de ce que les gens de la commune ont apporté : photos, souvenirs, articles de presse, recueils de poèmes etc.

 

P1100214 (Large)

Hector Malot, Anatole France, André Theuriet, Pierre Loti, Erckmann-Chatrian, Ernest Perochon. Je ne suis pas sûr que les jeunes d'aujourd'hui connaissent ces noms. Et pourtant, tous ceux de ma génération, ceux qui ont fait leur primaire dans les années 50, reconnaissent là les écrivains préférés des maîtres d'école pour y puiser des dictées ...

Maurice Carême, Maurice Rollinat, Albert Samain, Maurice Fombeure : idem mais pour les récitations.

 

P1100215 (Large)

 

P1100216 (Large)

 

P1100292 (Large)

La Haumuche
(Le vin du poète)
"Le roulier suit cette route où
L'attend le pichet de vin frais"
Maurice Fombeure

 P1100271 (Large)

Un autre lieu qui ne vieillit pas : l'église
Guides et sites Internet disent tout sur cette église du XIIè siècle qui a gardé son chœur et son clocher romans, des chapiteaux, des voutes, des colonnes et des vitraux très beaux. Mais rien sur le Christ Pantocrator du chevet (entouré des 4 évangélistes).

P1100333 (Large)

 

P1100334 (Large)

 

P1100335 (Large)

 

P1100270 (Large)

la porte du château est classée

(des acacias poussent dans le fronton pour souligner cette dignité)

 

P1100255 (Large)

à l'intérieur du château, cette oeuvre de Jean Penot où l'on peut reconnaître des people (mais on n'est pas obligé)

 

P1100256 (Large)

et aussi ces grandes africaines de tissus qui assument leurs métissages

le passé n'est le passé que s'il accueille le contemporain, et alors, on touche à la distinction, parfois au sublime

 

P1100262 (Large)

ce paon dort dans l'un des grands arbres du château

nous l'appellerons Léon

 

P1100279 (Large)

bergeronnette (dans le jardin d'Hélène)

 

P1100287 (Large)

couple de rouge queue (idem)

 

P1100299 (Large)

verdier

 

P1100311 (Large)

le soleil tape, rien de tel que de pagayer sur la Gartempe (affluent de la Creuse depuis des temps immémoriaux)

 

P1100314 (Large)

Sir Henry (4 ans) s'apprête à franchir l'un des obstacles du parcours

 

P1100324 (Large)

lors d'une pause, on a le temps d'admirer des jeunesses qui tâtent du 5C, mais on n'a plus l'âge (j'ai dû passer du 5 + une ou 2 fois dans ma vie j'en avais bavé, c'était vers ... 1979 ? bon passons)

 

P1100327 (Large)

après plusieurs châteaux de diverses époques, on sent que Angles sur l'Anglin se rapproche

 

P1100330 (Large)

devant des lieux comme ça, presque millénaires, on reste coi, on se recueille, on sait que de grands chevaliers ont été adoubés là

Chinon et Loches ne sont pas loin (Louis XI, Charles VII)

 

P1100625 (Large)

et puis on se rappelle que Yzeures sur Creuse (Indre-et-Loire) est à 9 kms à vol d'oiseau, et que c'est là qu'arrivèrent  d'Espagne, en 1932, mon père (11 ans) et mon grand-père qui ne savaient pas un mot de français.

 

P1100332 (Large)

et ce moulin nous rappelle que la roue tourne

(merci Guy Lux)

 

Forêts

Les forêts ocellées constellées et chantantes
Aux sources vertes dans le grès
Ailées d’écureuils fous fusant en flammes rousses,
Parcourues de cerfs aux ramures persillées,
De biches aux yeux vagues évasés de velours
De sangliers rugueux fouisseurs et sanguinaires,
Les forêts éclatées crépitant de tonnerres
Les forêts dénudées, vibrantes, de l’hiver,
La forêt du printemps aux bourgeons frais vert tendre
Aérée et gracile en dessin japonais.
Forêts des faux saulniers, des braconniers terribles
Marchant à pas de loup au fond des années mortes,
Forêts des révoltés des bandits et des Jacques,
Les forêts où tintaient les colliers des chevaux
Grelottant de grelots chevaux de diligences,
Et les forêts aussi des porteurs d’escopette.
Les compagnons de la grand’route
Y fumaient leur pipe de plâtre
Près de la mare rousse envahie de roseaux
Au lieu dit « Sauvez-moi », « Les Ecuries du Roi »,
Ou « La Tombe à l’Enfant » ou « Le Chêne au Pendu »,
Forêts mugissantes, forêts du passé
Croassant de corneilles, éclairées des lumières pudiques
Adorables de primevères. O forêt
Dans ton mystère bruissant c’est là que je me sens à l’aise
Dans cette solitude mouvante vivant de bêtes délivrées
Lourde d’yeux peureux et de souffles secrets
Au son des sources délirantes au toc-toc du pic-vert léger
Au soleil glauque des clairières
Dans les sous-bois noirs épais dans cette humidité rampent les salamandres
A peine trouve-t-on le feu d’un bûcheron
Noir de soute et de vent, de sommeil et de poudre
Près de ses femmes aux dents blanches.
Apaise le délire ordonné des étoiles,
Des nuages ailés filant entre les cimes,
Forêt. Apaise-moi de ton silence amer
Et de tes grondements soupirs et tes rumeurs,
Forêt terrestre, maternelle,
Forêt de mes ancêtres et forêt de mes vœux
Qui ne t’auraient jamais imaginée plus belle.
Forêt de mes enfances, O forêt batracienne
O forêt palmipède, ô forêt de plumiers,
Toi, roucoulante de ramiers,
Déchirée de drames intimes
Je te porte en mes yeux, je t’écoute en mon cœur,
Forêt inapaisée, tourment qui n’a de cesse
Mélodieux martyre éternité du vent
Forêt sacrée mourant et renaissant
Sous ses caresses déchirantes…
Bloc d’ombre et de sommeil et de mélancolie,
Pèse sous un ciel lourd bousculé d’embellies.

Maurice Fombeure

Repost 0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 22:11

P1070602
Le beau temps revenu m'a incité à prendre ma bicyclette avant-hier et à rejoindre Le Pellerin, puis le canal de la Martinière, la tour de Buzay, prendre le bac jusqu'à Couëron et rentrer par Indre et le bac de La Montagne.
Ce petit périple de 30 kilomètres en pays de Retz est aussi un voyage dans le temps, un espace de quiétude sereine préservé. ça commence avec des canards qui se moquent silencieusement des pêcheurs bredouilles.

 

P1070631 (Large)

 

Mais quelle est donc cette tour là-bas toute seule ? Cette tour carrée, c'est tout ce qui reste d'une ancienne abbaye cistercienne fondée en 1135. Elle connut la prospérité grâce au commerce du sel, aux octrois sur le trafic commercial sur la Loire et aux nombreux dons en terres et en biens.
Mais pendant la Révolution, lors des guerres de Vendée, l’abbaye de Buzay fut détruite par le feu. Les cloches, allez savoir pourquoi, ont été transférées dans la cathédrale de Chartres.
Mais ce qui en fait tout l'intérêt ce sont les corbeaux et les rapaces diurnes et nocturnes qui y ont élu domicile.
Une fois par minute, ils s'envolent, croassent et se reposent. Que disent-ils ? "Nevermore" comme le raven d'Edgar Poe ? traduit par Mallarmé. Peut-être. Ou bien les "chers corbeaux délicieux", "armée étrange aux cris sévères", "'saints du ciel" de Rimbaud ? Dans ce pays d'ogres et de fées, de polders, de canaux, d'étiers et d'écluses encore en activité, dans ces lieux inspirés, hantés, enchantés, où le temps s'est arrêté, je crois qu'ils sont la réincarnation de moines aux robes de bure noires et écrues.
Tous ces rapaces veillent. Témoins vigilants de tant de secrets. Au XIIè s. ils ont connu les moines assécheurs de marais. Au XVè, ils ont connu Gilles de Rais, seigneur de Retz, compagnon d'armes de Jeanne d'Arc, maréchal de Charles VII, mais aussi tueur d'enfants genre Barbe Bleue. En 1793, ils ont vu les moines de ce pays de Retz se joindre à la Vendée militaire. Les villes portuaires comme Paimbœuf et Pornic étaient devenues bourgeoises et républicaines, alors que les villages étaient restés royalistes et catholiques. Ils ont vu ces guerres qui ont fait des milliers de morts. Comment la tour de Buzay et ses hôtes auraient-ils oublié leurs moines, leurs moinillons et leurs moniales ? comment oublier tant de matines, laudes, primes, tierces, sextes, nones, vêpres et complies ?

 

P1070627 (Large)

 

P1070618 (Large)

 

"L'homme de l’album sort de chez lui et marche rapidement vers la tour de Buzay. Jeanne aime les buses, les busards des roseaux , et par-dessus tout, la tour de Buzay, noir essaim ! Ah ! que ne pouvez-vous contempler aussi souvent qu’elle l’oiseau de proie ! Oui, le corbeau, le faucon pélerin, le milan noir, tous ces rapaces qui croassent et qui dépècent la chair morte ! tous ces chronomètres, tous ces calendriers ! Ces oiseaux funèbres, ces charognards qui tournent inlassablement autour de la tour de Buzay nous rafraîchissent la mémoire, nous aident à recompter tous ces aïeuls et ancêtres qui jadis moururent pour nous sur le champ, nous rappellent au temps qui passe, avec son bruit de ferraille.
La nuit tombe doucement sur le canal de La Martinière et ses gargouillements. C’est l’heure des crapauds et des hiboux." (autocitation : 25 dec 2004 "L'Homme de l'album" in blog émoi des mots)

P1070617 (Large)

 

P1070608 (Large)

 

P1070619 (Large)

 

P1070622 (Large)

 

  Les Corbeaux

Seigneur, quand froide est la prairie,
Quand dans les hameaux abattus,
Les longs angélus se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux.

Armée étrange aux cris sévères,
Les vents froids attaquent vos nids !
Vous, le long des fleuves jaunis,
Sur les routes aux vieux calvaires,
Sur les fossés et sur les trous,
Dispersez-vous, ralliez-vous !

Par milliers, sur les champs de France,
Où dorment les morts d'avant-hier,
Tournoyez, n'est-ce pas, l'hiver,
Pour que chaque passant repense !
Sois donc le crieur du devoir,
0 notre funèbre oiseau noir !

Mais, saints du ciel, en haut du chêne,
Mât perdu dans le soir charmé,
Laissez les fauvettes de mai
Pour ceux qu'au fond du bois enchaîne,
Dans l'herbe d'où l'on ne peut fuir,
La défaite sans avenir.

Arthur Rimbaud

 

P1070648

 

P1070640

 

P1070625 (Large)

 

P1070650 (Large)

pour rejoindre le bac de Couëron, je repasse devant l'écluse de Buzay

 

P1070652 (Large)

puis devant ce moumoute qui ne perd pas le nord

 

P1070653 (Large)

Pendant la traversée, j'admire cette Oldsmobile de 1955

 

P1070654 (Large)

glouglou un V8 de 5,4l...

je vous avais prévenus : un voyage dans le passé

 

P1070655 (Large)

 

Cette tour à plomb de 70 m située à Couëron, a fabriqué de 1878 à 1988 des plombs de chasse et de pêche.
Après avoir fait fondre du plomb pour le rendre liquide, l'avoir mélangé à de l'arsenic et de l'antimoine, on le faisait s'écouler du haut de la tour à travers des cribles afin d'obtenir des gouttes de plomb de différentes tailles devenues sphériques pendant leur chute. Un bassin rempli d'eau les refroidissait.

 

P1070657 (Large)

nous sommes à Indre, 7 kms plus à l'est, nord Loire

qu'attend cette mouette ?

 

P1070664 (Large)

la drague

la mouette surveille la drague

 

P1070661 (Large)

enfin mon bac arrive

c'est le même que j'avais emprunté en 1968

patience, tout est patience

Repost 0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 20:58
PC280053 (Large)allons 10000 kms plus au nord
c'est la baie de Naples
11800 mètres d'altitude, il fait - 65° à l'extérieur, c'était il y a déjà 8 jours
l'écran sur le siège devant moi donne une "vitesse au sol"
eh oui la courbure de la terre

PC280058 (Large)2' après, c'est la côte près de Rome (Ostie)
et 1h30 plus tard, mes montres ont 3h d'avance
la mesure du temps n'a rien de naturel

P1050274 (Large)j'avais parlé très vite le 31 juillet dernier dans le billet "Rouen : 3 monuments à voir" du Gros-horloge (le mot horloge a été masculin jusqu'au XVIIIè) et aujourd'hui je suis monté dans le beffroi (XIVè) restauré depuis peu.

DSCN1220 Blogce qu'on voit en bas du cadran est un semainier
on reconnaît Apollon (arc et harpe), j'avais pris la photo un dimanche (normal pour une ville de drapiers, hein monsieur Dimanche?)

P1050265 (Large)lundi est associé à Diane (lune, arc)

P1050266 (Large)mardi jour de Mars

P1050267 (Large)Mercure (artistes et marchands) donc mercredi

P1050270 (Large)Jupiter : jeudi

P1050271 (Large)Vénus nue, musiciens, couple d'amoureux : vendredi

P1050272 (Large)Saturne dévorant l'un de ses enfants : samedi

DSCN1219la boule noire au-dessus, c'est la lune ; ce jour-là, c'était la nouvelle lune

P1050289 (Large)je vous passe les détails sur la pignonnerie à l'intérieur car elle est compliquée
ces engrenages n'étant pas au même étage que le cadran, il y avait beaucoup de tringles pour actionner l'aiguille du grand cadran et les autres parties mobiles depuis le mécanisme au-dessus
l'horloge de Rouen est sans doute la première à avoir sonné les quarts d'heure...
elle fait aussi partie des 3 ou 4 horloges les plus anciennes en état de marche (l'horloge est livré en septembre 1389)

P1050300 (Large)sa bonne marche impose au gouverneur de remonter les poids une ou deux fois par jour et de graisser les roues et les pignons en fer

P1050280 (Large)
P1050293 (Large)le mécanisme des cloches (encore plus haut)

P1050282 (Large)
P1050285 (Large)
P1050286 (Large)
P1050287 (Large)
P1050301 (Large)le temps instrument de pouvoir
le temps urbain marque la vie des cités dont les cloches sonnent le couvre-feu, les horaires de travail, les alertes, les fêtes : les horloges sont plus que des instruments de mesure du temps, elles permettent un contrôle des villes prospères et commerçantes
pourtant mes grands-parents maternels, en pleine Beauce, n'ont pas connu d'autre heure que celle du soleil

P1050302 (Large)
P1050304 (Large)principales horloges et principaux beffrois

P1050305 (Large)

P1050297 (Large)la cathédrale de Rouen vue du Gros-horloge (peinte par Monet toutes les heures)
voilà
drôle de temps
Einstein a revu la notion
Beckett aussi
j'essaie d'aller à Amiens demain si le temps (la neige) me le permet
même route que Boule de Suif (direction Dieppe)
pourquoi faut-il que le temps météo et le temps de Chronos soient un seul et même mot  ?
un rapport température et vitesse de la lumière peut-être
vienne la nuit sonne l'heure mon vieux Guillaume
Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 22:58

Si vous êtes dans le centre de Rouen et que vous n'avez que très peu de temps, alors le choix est simple : vous devez voir le Gros-Horloge, la cathédrale et le Palais de Justice.
Le Gros-Horloge est une horloge astronomique du XIVè siècle, doté d'un cadran XVIè siècle. On y voit des moutons partout. Symbole profane de l'animal qui fournit en laine les tisserands rouennais et qu'on retrouve dans le blason de la ville ; symbole religieux de l'agneau pascal.

on trouve même un mouton sur l'aiguille
dans la fenêtre inférieure : Apollon sur son char

sur l'arche Renaissance, sont sculptés le Bon Pasteur et ses brebis

le Gros-Horloge est adossé à un beffroi gothique

au pied duquel est une fontaine qui a les honneurs d'Arethuse, Alphée et Cupidon

deuxième monument incontournable : la cathédrale

dans le tympan du portail nord, la célèbre scène de la décapitation de Jean-Baptiste et de la danse de Salomé. La restauration du tympan est pour très bientôt. En attendant, on peut voir le moulage du tympan tel qu'il était au XIXè siècle dans la salle des moulages de la Cité de l'architecture et du Patrimoine : http://www.citechaillot.fr/musee/les_galeries/galerie_des_moulages.php (merci Bénédicte pour l'info).

L'un des vitraux raconte la légende de Saint-Julien l'hospitalier (l'un des Trois Contes de Flaubert).

Enfin, difficile de ne pas admirer le Palais de Justice dont la restauration vient de se terminer.


Siège de l'Echiquier de Normandie, puis du Parlement de Normandie au XVIè, il combine le style gothique, le gothique flamboyant, le style Renaissance et le néo-gothique. Très abîmé pendant la Deuxième Guerre mondiale, il garde ses blessures apparentes, conformément au voeu des restaurateurs.



Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 21:56
A la Bouille, il n'y a pas que le souvenir d'Hector Malot, il y a une lumière spéciale qui a attiré des peintres.



Rien d'étonnant à ce que La Bouille fasse partie du 4è circuit impressionniste : "le fleuve à La Bouille, à Sahurs et à Saint-Nicolas de Bliquetuit". Au moment où Sisley tente de saisir les nuances changeantes du ciel, Monet réalise une deuxième série de cathédrales de Rouen.

La Seine à La Bouille, Edward William Cooke (1811-1880). Tableau de l'exposition "Normandie romantique" au Musée des Beaux-Arts de Rouen (du 16 mai au 16 août 2009)

Pour rentrer à Canteleu, Danielle et moi passons devant le château d'Hautot qui nous rappelle que l'auteur de Bel-ami hante lui aussi la région. Restaurants, hôtels, arrêts de bus, collèges et ponts s'appellent Bel-ami, Flaubert, Maupassant ou Bovary.

Et c'est justement dans l'église de Canteleu que furent célébrées les funérailles du "Vieux" en mai 1880. Y assistaient Goncourt, Maupassant, Daudet et Zola qui nous a laissé un compte rendu bouleversant de l'enterrement :
http://pagesperso-orange.fr/jb.guinot/pages/flauzola.html
En 2010, nous reviendrons dans ce qui reste du pavillon de Croisset, dans son gueuloir. En bas de Canteleu. Au bord de la Seine.



Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 11:02
Au centre de Rouen, à deux pas de l'emplacement du bûcher de Jeanne d'Arc (brulée vive en 1431), Place du Vieux Marché, se visite la maison natale de Pierre Corneille (né en 1606).

Dix ans plus tôt, le poète baroque Pierre de Marbeuf (1596-1645) est né à 7 ou 8 kms de Rouen, à Sahurs, dans cette maison. Le poème suivant est célébrissime :

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer,
L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux qu'il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,
Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.





C'était samedi dernier. Mon amie D. G. venait de me faire découvrir la maison de Pierre de Marbeuf et me dit : "La Seine est tout près, prenons le bac pour aller sur la rive gauche, j'ai une surprise pour toi". La surprise, c'était la maison natale d'Hector Malot, l'enfant de La Bouille (1830-1907). On réduit son oeuvre à Sans Famille (Vitalis et Rémi !) et En famille alors qu'il a écrit une bonne soixantaine de romans. Trois viennent d'être réédités : Un curé de province, Complices et Baccara. Comme Vallès et Hugo, il a défendu toute sa vie les Droits des enfants. Un combat qu'il faut poursuivre dans les pays pauvres !
http://www.hector-malot.org/



Repost 0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 12:17
Dans un billet du 14 janvier consacré au musée Jules Verne de Nantes, j'avais annoncé que j'irais à Amiens, histoire d'associer les deux villes entre lesquelles s'est partagée la vie de l'écrivain. Contrairement à ce qu'on entend souvent, Jules Verne a beaucoup voyagé : Lisbonne, Alger, Ecosse, Norvège, Irlande, tour de la Méditerranée, Etats-Unis (1867) etc.
Le musée Jules Verne d'Amiens est "extraordinaire". Sa conception est remarquable d'intelligence car il est à la fois maison d'écrivain, musée et lieu de conservation (Fonds Hetzel par ex). Mais je croyais naïvement que je pourrais vous le faire découvrir grâce à quelques photos comme à Nantes : que nenni. Les trois hommes hilares qui perçoivent la taxe d'entrée (7€) m'ont fermement interdit de prendre quelque photo que ce soit. Leur connaissance de l'oeuvre de l'écrivain ne m'a pas semblé très approfondie et j'ai compris qu'il était inutile d'expliquer qu'un blog de prof de Lettres nantais pouvait au contraire inciter des touristes littérares à visiter le musée d'Amiens. J'ai proposé de scanner UNE photo du catalogue que je venais de leur acheter (15€) : refus catégorique.
A la place des photos de ce musée, je vous propose quelques vues d'Amiens : le beffroi, une horloge, et surtout la cathédrale dont l'élégance et la hardiesse m'ont fasciné. Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1981 et est monument étape des Chemins de Compostelle.




l'horloge Dewailly, réalisée par Ricquier et Roze en 1896

les clés des voutes sont à 42,30 mètres, la flèche de la croisée du transept culmine à 112,70 mètres
Marcel Proust, qui a traduit en 1904 The Bible of Amiens de John Ruskin, écrit à propos de la Vierge dorée : "arrivant tout à fait au porche, chacun doit aimer la jolie petite madone française qui en occupe le milieu"


portail du Sauveur
les voussures des trois portails sont sculptées de multiples cortèges (rois de Juda, anges, prophètes, saintes femmes, réprouvés)

les médaillons quadrilobes des soubassements sont très nombreux, bien conservés, et constituent une vraie bande dessinée : épisodes de l'Ancien et du Nouveau Testaments, signes du Zodiaque et travaux des champs correspondants etc.

Repost 0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 23:07
pays d'oiseaux, de plages, de belles demeures
brève promenade en pays proustien jeudi dernier


de 1907 à 1914, Marcel Proust est venu passer l'été dans le Grand Hôtel de Cabourg




en famille sur la Vivonne































                                                                               du temps perdu au temps retrouvé
                                                                          de la matérialisation d'une ligne imaginaire
Repost 0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 12:38

Je me trouvais avant-hier dans le 8è arrondissement de Paris et mon amie L P m'a offert un moment de ravissement : une promenade dans un parc faux, dans un lieu de trompe-l'oeil et d'illusions, le parc Monceau. www.parcmonceau.org
Aménagé par Jean-Charles Alphand dans les années 1860-70, il reste un havre de paix pour enfants et nourrices.

On trouve beaucoup de sculptures et de bustes d'artistes ou d'écrivains dans le parc : Gounod, Chopin, Musset... Celle de Maupassant est de Verlet (1857-1923). Une des raisons de cet hommage peut tenir à ces lignes de Fort comme la mort (1888) :

 "Prenons par le plus long, dit-elle.
    - Veux-tu rôder dans le parc Monceau ? c'est un endroit très gentil ; nous regarderons les mioches et les nourrices.
    - Mais oui, je veux bien. "
    Ils franchirent, par l'avenue Vélasquez, la grille dorée et monumentale qui sert d'enseigne et d'entrée à ce bijou de parc élégant, étalant en plein Paris sa grâce factice et verdoyante, au milieu d'une ceinture d'hôtels princiers.
    Le long des larges allées, qui déploient à travers les pelouses et les massifs leur courbe savante, une foule de femmes et d'hommes, assis sur des chaises de fer, regardent défiler les passants tandis que, par les petits chemins enfoncés sous les ombrages et serpentant comme des ruisseaux, un peuple d'enfants grouille dans le sable, court, saute à la corde sous l'oeil indolent des nourrices ou sous le regard inquiet des mères. Les arbres énormes, arrondis en dôme comme des monuments de feuilles, les marronniers géants dont la lourde verdure est éclaboussée de grappes rouges ou blanches, les sycomores distingués, les platanes décoratifs avec leur tronc savamment tourmenté, ornent en des perspectives séduisantes les grands gazons onduleux.
    Il fait chaud, les tourterelles roucoulent dans les feuillages et voisinent de cime en cime, tandis que les moineaux se baignent dans l'arc-en-ciel dont le soleil enlumine la poussière d'eau des arrosages égrenée sur l'herbe fine. Sur leurs socles, les statues blanches semblent heureuses dans cette fraîcheur verte. Un jeune garçon de marbre retire de son pied une épine introuvable, comme s'il s'était piqué tout à l'heure en courant après la Diane qui fuit là-bas vers le petit lac emprisonné dans les bosquets où s'abrite la ruine d'un temple.
    D'autres statues s'embrassent, amoureuses et froides, au bord des massifs, ou bien rêvent, un genou dans la main. Une cascade écume et roule sur de jolis rochers. Un arbre, tronqué comme une colonne, porte un lierre ; un tombeau porte une inscription. Les fûts de pierre dressés sur les gazons ne rappellent guère plus l'Acropole que cet élégant petit parc ne rappelle les forêts sauvages.
    C'est l'endroit artificiel et charmant où les gens de ville vont contempler des fleurs élevées en des serres, et admirer, comme on admire au théâtre le spectacle de la vie, cette aimable représentation que donne, en plein Paris, la belle nature.
    Olivier Bertin, depuis des années, venait presque chaque jour en ce lieu préféré, pour y regarder les Parisiennes se mouvoir en leur vrai cadre. "C'est un parc fait pour la toilette, disait-il ; les gens mal mis y font horreur." Et il y rôdait pendant des heures, en connaissait toutes les plantes et tous les promeneurs habituels.
    Il marchait à côté d'Annette, le long des allées, l'oeil distrait par la vie bariolée et remuante du jardin.
    "0h l'amour !" cria-t-elle.
    Elle contemplait un petit garçon à boucles blondes qui la regardait de ses yeux bleus, d'un air étonné et ravi.
    Puis, elle passa une revue de tous les enfants ; et le plaisir qu'elle avait à voir ces vivantes poupées enrubannées la rendait bavarde et communicative.
    Elle marchait à petits pas, disait à Bertin ses remarques, ses réflexions sur les petits, sur les nourrices, sur les mères. Les enfants gros lui arrachaient des exclamations de joie, et les enfants pâles l'apitoyaient.
    Il l'écoutait, amusé par elle plus que par les mioches, et sans oublier la peinture, murmurait : "C'est délicieux !" en songeant qu'il devrait faire un exquis tableau, avec un coin du parc et un bouquet de nourrices, de mères et d'enfants. Comment n'y avait-il pas songé ?
    "Tu aimes ces galopins-là ? dit-il.
    - Je les adore."
    À la voir les regarder, il sentait qu'elle avait envie de les prendre, de les embrasser, de les manier, une envie matérielle et tendre de mère future ; et il s'étonnait de cet instinct secret, caché en cette chair de femme.
    Comme elle était disposée à parler, il l'interrogea sur ses goûts. Elle avoua des espérances de succès et de gloire mondaine avec une naïveté gentille, désira de beaux chevaux, qu'elle connaissait presque en maquignon, car l'élevage occupait une partie des fermes de Roncières ; et elle ne s'inquiéta guère plus d'un fiancé que de l'appartement qu'on trouverait toujours dans la multitude des étages à louer.
    Ils approchaient du lac où deux cygnes et six canards flottaient doucement, aussi propres et calmes que des oiseaux de porcelaine et ils passèrent devant une jeune femme assise sur une chaise, un livre ouvert sur les genoux, les yeux levés devant elle, l'âme envolée dans une songerie.
    Elle ne bougeait pas plus qu'une figure de cire. Laide, humble, vêtue en fille modeste qui ne songe point à plaire, une institutrice peut-être, elle était partie pour le Rêve, emportée par une phrase ou par un mot qui avait ensorcelé son coeur. Elle continuait, sans doute, selon la poussée de ses espérances, l'aventure commencée dans le livre.
    Bertin s'arrêta, surpris :
    "C'est beau, dit-il, de s'en aller comme ça."
    Ils avaient passé devant elle. Ils retournèrent et revinrent encore sans qu'elle les aperçût, tant elle suivait de toute son attention le vol lointain de sa pensée.

 

 

Nuit de mai, Alfred de Musset

Ici le 22 octobre 1797, le français André-Jacques Garnerin réalisa à partir d'un ballon libre la première descente en parachute de l'histoire

 

 

fausse pyramide avec faux sphynx

 

et voilà. On court après une nymphette et on s'étonne de se blesser au pied

 

 

Le Parc Monceau, 1878, Monet, Metropolitan Museum of Art New York

source : kulturalna polska

Repost 0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 20:04
le logis du prieur

J’étais mercredi dernier dans le Prieuré de Saint-Cosme à Tours, et il ne s’agissait pas d’une simple visite de prof de Lettres. Certes, je me remémore volontiers les souvenirs de la classe de 3è que j’ai conduite là, au printemps 1998, et qui y a chanté des poèmes de Ronsard avec accompagnement de flûtes à bec (sur des musiques commandées par le Prince des poètes à ses amis musiciens) et d’une flûte traversière (bibi). Mais je suis venu si souvent avec ma marraine au Prieuré entre 1958 et 1964 que ce lieu n’est pas pour moi comme les autres. Affreusement défiguré par les bombardements alliés en 1944, il a pourtant gardé des éléments essentiels du XVIè siècle : son réfectoire avec porche en pointes de diamant, son logis prioral, une arcade du transept, ses buissons de rosiers et son atmosphère recueillie. Avant de prendre le trolley, on choisissait entre le jardin botanique (avec Bobby le phoque), le château de Plessis-les-Tours (métiers à tisser et évocation des cruautés de Louis XI), les trains et michelines du haut de la passerelle sncf, le pont de pierre avec la rue nationale, la place du Palais, la rue de Bordeaux et le nain Pépino avec ses cacahuètes, une virée à la Bourrelière à 12 kms en aval (Milo pêchait des ablettes), et le plus souvent : le Prieuré de Saint-Cosme.


arcade du transept



Mercredi dernier, la neige tombée l’avant-veille et la lumière le redessinaient, j’étais seul, la quiétude du lieu rappelait forcément celle que connut Ronsard pendant les 20 dernières années de sa vie (de 1565 à 1585), au point qu’il avait choisi de mourir et d’être enterré dans ce prieuré. En cinquante ans, j’ai vu peu à peu des espaces s’ajouter, des restaurations se réaliser, un accueil toujours mieux assuré. Pendant l’été prochain, j’espère rêver à La Possonnière, le manoir natal à Couture-sur-Loir dans le Loir et Cher où Pierre de Ronsard passa les 11 premières années de sa vie, mais aussi dans les prieurés de Croixval, de Sarceau, de St-Gilles de Montoire, à Talcy, à Bourgueil.



les ombres portées sur le réfectoire sont le travail des muses


L’œuvre de Ronsard est une réflexion sur l’inspiration et la nature du travail poétique. Quatre fureurs permettent à l’homme de s’élever au-dessus de son humanité bornée et éphémère : bachique, amoureuse, prophétique, poétique. C’est bien sûr cette dernière, la fureur d’Apollon, que Ronsard place au-dessus des autres.

La tradition prétend que l’évêque Grégoire de Tours apporta avec lui, en 573, des reliques de St Cosme et de St Damien (saints thaumaturges c’est-à-dire guérisseurs). Plus sûrement, on sait que l’un des 4 chemins menant à St Jacques de Compostelle partait de Tours. Les remparts carolingiens enserraient un espace trop petit pour accueillir tous les pélerins, aussi le prieuré, à partir de sa création officielle en 1012, devint pour eux une auberge appréciée.

En 1480, les prieurs sont nommés directement par le roi : système de la commende (commandare > confier). Le prieur, qui est rétribué, n’est pas tenu de résider dans son prieuré. En 1565, Ronsard reçoit de Charles IX la commende du prieuré de St Cosme. Il y fit de fréquents séjours, y reçut Catherine de Médicis, Charles IX, Cassandre, offrait des melons (appelés pompons) et des fruits de son verger à ses visiteurs.


porche d'entrée du réfectoire avec pointes de diamant




Son cabinet de travail (sa librairie) était une loggia à pans de bois qui donnait sur le chevet de l'église. Ronsard y écrivit les Sonnets à Hélène et La Franciade. Ci-dessous, 3 vues de l'intérieur de ce cabinet. D'un côté, des gravures de Baïf, de Rémi Bellau, d'Etienne Jodelle, de Du Bellay et de Ronsard; de l'autre celles de Dorat et de Pontus de Tyard.





rez de chaussée


copie du portrait (XVIIè) du musée de Blois



1er étage (la chambre)


Vers la fin de la première semaine de décembre 1585, Ronsard, alors âgé de 61 ans, alité à Croixval et très malade (arthrite), fit préparer son coche en osier pour rejoindre St Cosme « afin de jouir de cette dernière félicité d’y mourir et d’y être enterré ».

le coche du dernier voyage

Le temps est si abominable qu’il doit attendre 3 jours pour prendre la route. Le coche progresse lentement dans les chemins boueux et la pluie glacée : un paysage funèbre où tournent des corbeaux, le pays de l’enfance qui s’éloigne dans cette « meschante nuict d’hyver ». Quarante-cinq kilomètres parcourus en 3 jours. A 5h du matin, un dimanche de la mi-décembre, il entre dans la cour de St Cosme. Il a le temps de revoir son verger, ses rosiers, ses buis, son potager, puis il se couche.

 

Je n'ay plus que les os, un Schelette je semble,
Decharné, denervé, demusclé, depoulpé,
Que le trait de la mort sans pardon a frappé,
Je n'ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

Apollon et son filz deux grans maistres ensemble,
Ne me sçauroient guerir, leur mestier m'a trompé,
Adieu plaisant soleil, mon oeil est estoupé,
Mon corps s'en va descendre où tout se desassemble.

Quel amy me voyant en ce point despouillé
Ne remporte au logis un oeil triste et mouillé,
Me consolant au lict et me baisant la face,

En essuiant mes yeux par la mort endormis ?
Adieu chers compaignons, adieu mes chers amis,
Je m'en vay le premier vous preparer la place.

 

Derniers vers, sonnet 1

 

Cassandre l’a oublié. Marie est morte depuis longtemps. Hélène se distrait à la Cour. Le 22 décembre, il dicte son testament. Le 26, il dicte deux sonnets et une dernière épitaphe :

Quoy mon ame, dors tu engourdie en ta masse

Quoy mon ame, dors tu engourdie en ta masse ?
La trompette a sonné, serre bagage, et va
Le chemin deserté que Jesuchrist trouva,
Quand tout mouillé de sang racheta nostre race.

C'est un chemin facheux borné de peu d'espace,
Tracé de peu de gens que la ronce pava,
Où le chardon poignant ses testes esleva,
Pren courage pourtant, et ne quitte la place.

N'appose point la main à la mansine, apres
Pour ficher ta charue au milieu des guerets,
Retournant coup sur coup en arriere ta vüe :

Il ne faut commencer, ou du tout s'emploier,
Il ne faut point mener, puis laisser la charue.
Qui laisse son mestier, n'est digne du loier.

 

Il faut laisser maisons et vergers et jardins

Il faut laisser maisons et vergers et jardins,
Vaisselles et vaisseaux que l'artisan burine,
Et chanter son obseque en la façon du Cygne,
Qui chante son trespas sur les bors Maeandrins.

C'est fait j'ay devidé le cours de mes destins,
J'ay vescu, j'ay rendu mon nom assez insigne,
Ma plume vole au ciel pour estre quelque signe
Loin des appas mondains qui trompent les plus fins.

Heureux qui ne fut onc, plus heureux qui retourne
En rien comme il estoit, plus heureux qui sejourne
D'homme fait nouvel ange aupres de Jesuchrist,

Laissant pourrir ça bas sa despouille de boüe
Dont le sort, la fortune, et le destin se joüe,
Franc des liens du corps pour n'estre qu'un esprit.

 

A son âme

Amelette Ronsardelette,
Mignonnelette doucelette,
Treschere hostesse de mon corps,
Tu descens là bas foiblelette,
Pasle, maigrelette, seulette,
Dans le froid Royaume des mors :
Toutesfois simple, sans relors
De meurtre, poison, ou rancune,
Méprisant faveurs et tresors
Tant enviez par la commune.
Passant, j'ay dit, suy ta fortune
Ne trouble mon repos, je dors.

(poème mis en musique par Maurice Ravel, cestuy-là qui a mis aussi en musique les chansons madécasses d’Evariste de Parny NDLR)

 

Il s’éteint quelques heures plus tard, le 27 décembre, vers 2h du matin. A deux pas, la Loire continue de charrier ses glaçons sous les rayons de la lune.

Pierre de Ronsard fut inhumé dans le choeur de la chapelle conformément à ses souhaits. En 1933, grâce à une fouille, on retrouva les restes du poète et on les réintégra dans un cercueil de chêne, sous une nouvelle dalle funéraire, avec pied de roses rouges et cep de vigne dans le gazon proche.




Repost 0