Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 18:24

Le colloque international "Bernardin de Saint-Pierre et l'océan indien" qu'organise l'Université de Saint-Denis du 30 novembre au 4 décembre promet d'être remarquable. Pas moins de 40 communications sans compter les tables rondes et les concerts. Le programme, téléchargeable dans le site univ-reunion, a ceci de sympathique qu'il parle de mon lycée !
J'ai donc le devoir de vous donner quelques précisions supplémentaires :

"Hommage à un poète injustement oublié : Evariste Parny"

 

Jeudi 26 novembre 15h

Vernissage de l'exposition consacrée au poète éponyme du lycée au CDI : éditions anciennes et récentes des oeuvres de Parny, correspondance, illustrations, archives, photographies, dessins inspirés des poèmes etc.

L'exposition sera visible jusqu'au 18 décembre.

 

Vendredi 27 de 14h à 17h

- 14h-14h30 : interprétation vocale des /Chansons madécasses/ (élèves de 1ère et de 2de)
- 14h30-15h : Conférence de Catriona Seth (Nancy II) "De Saint-Paul à l'Académie française, itinéraire d'un poète créole"
- 15h-15h30 : Conférence de Jean-Michel Racault (Université de la Réunion) "analyse de la Ve Chanson Madécasse : autour de l'anticolonialisme et du primitivisme"
- 15h30-16h : Pause et présentation de l'expo au CDI
- 16-17h : Table Ronde "Comment redécouvrir l'oeuvre de Parny aujourd'hui ?"
Participants ayant donné leur accord : Catriona Seth, Jean-Michel Racault, Nicolas Geraudou, Laurence Macé directrice de la bibliothèque départementale, Alain-Marcel Vauthier ancien directeur de la Bibliothèque départementale, Chantale Meure
La réception de Parny est un peu problématique et son oeuvre mérite d'être réévaluée. Ce poète majeur peut-il rester oublié ? Pourquoi l'est-il davantage en France qu'en Russie ? En quoi est-il moderne ? Est-ce le Parny anti-colonialiste et anti-esclavagiste qui va le plus assurer sa postérité ? (importance des commémorations et célébrations en ce début de millénaire) Quels rôles vont jouer les bibliothèques numériques dans cette redécouverte ? Une édition papier des Œuvres complètes établie de manière scientifique ne reste-elle pas indispensable ? Quelle place Parny peut-il et doit-il prendre dans l’ensemble de la culture créole ? Qu’attendre des institutions, des élus, des acteurs culturels (Région et MCUR, Département, Education nationale, DAAC, Université, bibliothèques etc), des éditeurs ?
Nous pensons qu'en croisant les points de vue, ces préoccupations seront susceptibles d'intéresser les lycéens présents (entre 100 et 150) et de les encourager à poser des questions. Nous réaliserons un enregistrement qui sera conservé dans les archives du lycée.

Mercredi 2 décembre 9h30

Conférence de Marcel Dorigny (PU Paris VII) : Réalités de l'esclavage et de la traite dans l'océan indien à la fin du XVIIIè siècle (destinée à des élèves de 2de et de 1ère)


Vendredi 11 décembre 14-17h

Mise en voix des Chansons madécasses et d'autres poèmes
Plusieurs exposés de 15' :
a/ autour d'un Parny au carrefour des cultures : exposés sur la Boston tea party et l'épître aux insurgens, exposé d'Axel Gauvin sur l'édition bilingue kréol / français, de Mireille Habert sur la traduction en latin du docteur Petit-Radel.
b/ autour d'un Parny poète de l'éternel exil : exposé de Gérard Delmas sur la situation historique de l'Océan indien, exposé de Nicolas Geraudou « Les Chansons Madécasses, scène primitive de la poésie réunionnaise ? »
Nous commencerons aussi à exploiter les enregistrements audio et vidéo des journées précédentes (interview de Boris Gamaleya, conférences de Catriona Seth, de J-M Racault et de Marcel Dorigny, Table Ronde du 27)

 

Autres événements :

Participation à l’opération 100 noms "Commémoration nationale des mémoires de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions" (MCUR)

Participation à l’opération : Une citation pour les casiers des scolaires à la Bibliothèque départementale inaugurée le 18 décembre

Réalisation d’anthologies poétiques comportant des poèmes de Parny

Réalisation de marque-pages décorés d’une citation de Parny

Articles publiés dans la Revue Culturelle : interview de Boris Gamaleya par une élève de 2de et biographie de Parny

 

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 04:50
stèle correspondante à Fort-Dauphin (photo prise le 21 octobre 2009)
1er novembre beaucoup d'occidentaux fêtent Halloween. Dans l'océan indien, on continue l'histoire d'Antigone : on cherche à donner une sépulture aux âmes errantes. Hier, à Saint-Louis, le Président du Conseil régional a dévoilé "une stèle en hommage aux ancêtres morts sans sépulture. Au son du kayamb, un chant a été entonné à la mémoire des ancêtres morts sans sépulture et une stèle dédiée à ceux décédés aux quatre coins de l’île, essentiellement entre 1665 et 1848, a été dévoilée. "Ceux qui, esclaves ou marrons, étaient à l’époque classés par le Code noir sous l’appellation de « biens meubles ». Venus de Madagascar, du Mozambique, puis d’Inde et de Chine, leurs corps n’ont jamais pu reposer dans leur dernière demeure. Victimes de la « conspiration du silence », les traces de leur présence ont peu à peu été balayées par le souffle du temps. Leur âme dispose désormais d’un lieu de souvenir et de recueillement au milieu du cimetière du père Lafosse, à Saint-Louis. L’acte de réparation a eu lieu hier matin dans ce lieu chargé d’histoire, à l’initiative de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise (MCUR). Tour à tour, les représentants des différentes communautés et confessions religieuses de l’île se sont succédé pour des prières en guise d’hommage préalable". Devant un parterre d’officiels - politiques, culturels, religieux -, Paul Vergès a évoqué ce « scandale incroyable dans l’histoire des peuples ». “Le début même de la différenciation entre l’espèce humaine et les autres se trouve dans le culte des morts. Pendant près de deux cents ans, des centaines de milliers de personnes n’ont pas eu ce droit. Le pire, c’est qu’on a voulu nous priver de cette histoire et renier le martyre de nos ancêtres. »

"Evoquant à la fois cet épisode comme « une tragédie, mais aussi un trésor à découvrir », le président de la Région a fait de ce 31 octobre « le point de départ d’une reconquête de l’histoire de La Réunion ». L’historien Sudel Fuma s’est quant à lui félicité de cette nouvelle étape franchie, symbole d’un travail entamé depuis 1999 avec la chaire Unesco et l’association Historun, qui s’est soldée par la pose de stèles commémoratives à Fort-Dauphin, Saint-Paul, Maurice, Mayotte et au Mozambique."  Source : Le Journal de l'île de la Réunion / Clicanoo

http://www.clicanoo.com/index.php?id_article=226294&page=article

stèle de Fort-Dauphin (21 octobre 2009)

Pour les stèles de Saint-Paul, voir mon billet du 20 avril 09 (reprise des violences à Tana)

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 06:28

je te salue
                         île incandescente

             grésillent
                         la chair
                                                  et le bois
le vent élève vers nos faces
l'encens
                 d'une fumée pestilentielle

 

 

zanaar ô ! tu es ma douleur mon ivresse
la danse de la feuille en prélude à l'averse
la transe de la cible aux trilles de l'éclair
débassine engluée en le cri de ma race !

tu es mon sang ma sainte face
cœur de cime où pulse la séquence du feu
soleil qui processionne au cuivre des karlons
agile communion de sagaies et d'étoiles

zanaar ô ! tu es la riposte à l'impur
l'oméga absolu camouflé sur ma rampe
à l'aube tintera le doux nom de la reine
un oiseau flamboyant sur l'or des orchidées

zanaar ô ! tu es le sud régénéré
marine où le couchant incinère ses ombres
mascarine du vent sur les croix délétères
longue route aux fumées de la nuit éclatée

 

 

 

Zanaar
induis en tentation
l'identité

fais que mon île
éclate
             au monde
jusqu'à très loin
             au fond de l'univers
et qu'au tableau
             de la nuit étoilée
soit aux dieux
                          bonne note
                          portée
INFINI CALEBASSE         (Zanaar parmi les coqs)


 

Ombline, ou le volcan à l'envers

Le récitant

Enfin, il nous est donné de pouvoir être
tout cela. Une plaine de sable en surplomb
du Cratère. Le vent glacé. Ses voix de fond.
« Pahoé oé o Pahoé oé é ».
Le brouillard monte mystifier les remparts.
Je devine la lune comme un feu où nos souffles
se mélangent. Elle prépare dans son caldère
l'araignée d'or, la mère Kale du temps.
Mais n'allons pas trop vite, liberté,
il manque une lampe à ta fournaise...

Simangavole

Marron va cime vole – ne tirez pas sur la lune –
ne marchons pas trop vite...

Matouté

Une âme pulse à l'horizon – ma mémoire ouvre un
œil – est-ce une île ? une étoile ? Une pointe
d'oiseau...

Le Chœur

     ... La porte acérée de la nuit !

 

 

L'aiguille force les ondes courtes jusque dans leurs petits serrés. Elle nasille, fait la grosse mouche énervée (ou la mozarelle râpée) s'emberlificote dans des bouchons de hoquets, tronçonne d'hétéroclites collisions, tombe sur l'Imaginary Landscape n° 4 pour douze postes de radio de John Cage, trébuche, déraille, se reprend . . .  Enfin comme un ange qui aurait délaissé la voile du Trisagion pour le parapente, elle descend apaisée et s'arrête subjuguée. Du fond de quelque Circassie, une voix s'élève:

          . . . proschaï . . . poïmi . . . prosti . . .
               (adieux . . . comprends . . . pardonne . . . )

          Bien sûr!
          L'étoile de la Sourate peuple les pentes de coqs d'anthologie.
Ne pars pas et que l'œuvre dans son meilleur trait se renouvelle.

          ............
          oi oi
          fond halluciné d'un quartier chaud
          un rire
                                                  et tout se brise
          Stridence ondulante d'une vieille canalisation dans la salle de bains d'un lêve-tôt.
          Au petit jour, la tondeuse du voisin . . .
          Le ciel est clair et pourtant l'esprit glisse sur une pente savonneuse. Et l'aiguille n'a pas tout dit . . . fa sol la do ré fa . . . le papillon dansant redevient chenillette . . . tali-tata . . . au théâtre des étoiles chante encore Nusrat Fateh Ali Khan

 

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 21:20
ho hisse
c'était mardi 13
10 jours déjà
à Ramena, près de Diego-Suarez







tsingy noirs


là tout n'est qu'ordre et beauté
luxe calme et volupté
j'ai longtemps habité sous de vastes portiques
que les soleils marins teignaient de mille feux




Elle est retrouvée Quoi ? – L'Eternité. C'est la mer allée Avec le soleil

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 07:38
coeur de boeuf
C'était le 4 septembre dernier, un petit tour du Petit Marché de Saint-Denis

Ce blog s'arrête jusqu'au samedi 24 octobre. Je pars en effet à Mada demain matin aux aurores (Diego, Tana, Fort-Dauphin) et je sais qu'il me sera difficile de me connecter suffisamment pour bloguer. Enfin, on verra.

papayes
mangues rougail
evis
bibasses (nèfles)
pépinos
mangues carottes
le vendeur a tenu absolument à poser avec sa radio
et Madame aussi
Adèle est célèbre
mais c'est logique : elle a guéri tellement de gens avec des zerbaz !
pour ma part, j'ai fait le plein de faham pour mon rhum arrangé et de plantes pour mon arthrose

Le Benjoin lutte efficacement contre la fièvre, la grippe et la toux. Les quintes de cette dernière peuvent-être terrassés par les forces et vertus du quinquina.

A chaque âge de la vie son remède ! Le curcuma sera administré à un « marmaille » alors que le bois de fer est recommandé en cas de fatigue chez l’homme mûr.

Les plantes ont aussi leur mot à dire dans le traitement de maux à caractère chronique. Par exemple, une décoction de prêle associée à du bois de [rénan], bue avec assiduité, fera baisser le taux du mauvais cholestérol. De même [l’arnette] est prescrite en cas d’arthrose.











Partager cet article

Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 22:11
photos : John






Partager cet article

Repost0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 19:43
voici quelques photos prises le 7 septembre en allant de Sainte-Rose vers Saint-Philippe
successivement coulées de 1998, 2004, 2001 (cordée) et 2007 (encore chaude)











Partager cet article

Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 18:13

Compte rendu

Antonio Lobo Antunes : "Un livre est comme un organisme vivant"

LE MONDE | 05.10.09



Au début, je faisais des plans très détaillés, ce qui m'ôtait toute la surprise du livre parce que je savais déjà qui était le criminel. Et puis, je n'étais pas content parce que je ne voulais pas raconter des histoires. Je voulais autre chose. Un livre est comme un organisme vivant, il a ses propres lois. (...)

http://www.lemonde.fr/livres/article/2009/10/05/antonio-lobo-antunes-un-livre-est-comme-un-organisme-vivant_1249463_3260.html

 

Quelquefois, quand on est couché, quand on est dans cette sorte de phase crépusculaire, entre le sommeil et la veille, on a la sensation d'avoir découvert le secret du monde et de la vie. Et comme on a conscience qu'on est presque endormi, on essaie de se réveiller pour ramener ce secret à la surface. Mais quand on est réveillé, on n'a plus rien. Je me demandais comment avoir cela, écrire dans cette sorte d'état second où vous avez la sensation d'avoir accès à des choses auxquelles vous n'avez pas accès quand vous êtes totalement réveillé. Et j'ai compris que si j'étais très fatigué, j'aurais tout cela : il faut que mes mécanismes logiques soient relâchés, que la police politique intérieure qui vous interdit de penser d'une façon non cartésienne, rationnelle, etc. cède le pas à une autre logique, celle des émotions.

Je n'ai jamais de plan. Pour ce livre-là, Je ne t'ai pas vu hier dans Babylone, j'avais seulement dans la tête une question qui me persécutait depuis très longtemps, depuis que je suis enfant : comment la nuit se transforme-t-elle en matin ? Quand j'étais petit, j'allais me coucher, et tout de suite, c'était le matin, il y avait du soleil à la fenêtre. Qu'est-ce qui s'était passé pendant ce laps de temps ? Cela m'intriguait toujours. C'était la seule idée que j'avais pour le livre. Je voulais comprendre comment la nuit se transforme en matin. Mais je n'arrivais pas à commencer le livre, il fallait un déclic.

J'habite dans un quartier au centre de Lisbonne, qui ressemble à une petite province avec des merceries, des boulangeries, des couturières et des petits bistrots. Comme je vis seul, je mange dans un de ces petits bistrots. Une très vieille actrice, âgée d'environ 90 ans, dîne toujours toute seule dans ce bistrot. Elle arrive seule et s'habille pour aller dîner. Elle porte des robes en soie, des boucles d'oreilles, des bagues et elle va se faire coiffer chez des coiffeurs de quartier, qui font des choses assez moches. Elle a donc une sorte d'armure, un casque de cheveux très blancs autour de son visage. Un jour, je me suis approché d'elle et je lui ai dit : vous avez un si beau sourire, madame. Elle a baissé la tête - c'était très curieux, elle était en train de manger -, elle a cherché son rouge à lèvres (il fait le geste de se passer le bâton de rouge sur la bouche) et elle a levé les yeux et m'a souri. C'était la première fois que j'ai vu un sourire à l'intérieur d'une larme. Je ne savais pas qu'il pouvait y avoir des sourires à l'intérieur des larmes. C'était le déclic et j'ai commencé le livre. Il n'y avait aucune décision intellectuelle ou rationnelle, c'était purement émotionnel. Ce sourire de vieille dame a tout déclenché. Car en même temps, il éclatait de jeunesse. Soudain, elle n'avait pas de rides, une jeune fille droite avec des yeux très émus. Elle avait 18 ans, elle était beaucoup plus jeune que moi. (...)

Pendant que j'écrivais, j'avais tout le temps dans la tête l'impression que j'écrivais pour son sourire et pour son immense solitude. Le patron du bistrot m'a dit : "Ah, vous savez, elle se couche toujours à 3 heures du matin, comme si elle travaillait encore au théâtre." Elle regardait la télé, elle lisait des revues. Elle continuait à vivre comme elle avait toujours vécu - elle avait été assez connue, mais ce n'était pas une grande actrice -, elle conservait les mêmes habitudes qu'avant. Et là, j'ai compris comment on peut vivre dans une immense dignité et en même temps avoir la soif de tendresse de cette femme-là, dans sa solitude. Et j'ai dit : "Maintenant, je peux écrire."


Je ne t'ai pas vu hier dans Babylone, Christian Bourgois, 572 p., 28 €.



Partager cet article

Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 17:05
En un mois, de nombreux articles sont parus sur l'orthographe. Il y a eu aussi le bouquin de De Closets, que je n'ai toujours pas fini  (les vacances dans 4 jours vont faire du bien). Il faut faire la part des journalistes en mal de papier, des politiques qui n'arrivent pas à faire parler d'eux et de ceux qui raisonnent avec leurs seuls souvenirs du primaire et du collège car à notre époque, en matière d'éducation, tout le monde sans exception se considère compétent. Mais tout de même, cette fois-ci, il y a des gens de terrain (Danielle Cogis, Danielle Manesse, Jean-Claude Chevalier, Henriette Walter) qui ont consacré une grande partie de leur vie à réfléchir au problème. J'ai naturellement entendu les ronchons puristes qui recommandent la non-lecture de De Closets insultes à l'appui, et les ronchons-bobos de la post-modernité qui accusent les profs d'être responsables de l'échec scolaire de Monchéri et de Mohamed. Comme je me coltine le problème en ce moment avec des élèves de secondes et de 1STG très très faibles (orthographe niveau CE2 avec mots créoles) je me garderai bien de prendre parti trop vite et d'arbitrer dans un débat compliqué. Mais j'en reparlerai, avec du concret. Réformer la norme lexicale (avec l'orthographe recommandée de 1990), soit. Mais les problèmes de l'apprentissage orthographique ne se réduisent pas à cette réformette. Sinon, ça se saurait.

Les CV truffés de fautes éliminés
 Marie-Estelle Pech
03/09/2009  les postes sont élevés dans la hiérarchie, plus le niveau d'exigence augmente.

Devant la baisse du niveau en français des salariés, recruteurs et employeurs hésitent entre fata­lisme et exaspération. Les fautes envahissent bon nombre de lettres de motivation. Pour autant, certains semblent désormais partisans d'une dose de tolérance. L'orthographe deviendrait-t-elle moins discriminante ? « Si je traquais toutes les fautes, je ne recruterais plus grand monde», s'amuse Stéphane Morano, le patron d'une petite société d'informatique lyonnaise, Zipinfo, tout en précisant qu'il écarte d'office les lettres de motivation parsemées de «nombreuses» erreurs. «Tout est dans la mesure. Si la candidature proposée me semble sérieuse, je ne vais pas la rejeter parce que j'ai relevé trois fautes.Le fond prime sur la forme.»
L'un des recruteurs d'Intérim médical service, une agence de placement parisienne, explique qu'il examine les candidatures des infirmières ou des aides-soignantes même si elles comportent quelques fautes, car ces dernières «ne seront pas appelées à beaucoup rédiger».
Une partie de l'attention portée aux fautes d'orthographe dépend en réalité du métier exercé : «L'employé va-t-il être amené à beaucoup écrire ? Sera-t-il en contact avec des clients ? On n'attend pas le même niveau d'orthographe d'un carrossier et d'une secrétaire», explique-t-on, dans une agence Manpower. Pour autant chez Latac-Solerim, à Paris, une entreprise du bâtiment, la responsable laisse de côté les candidatures «avec trop de fautes» même pour des postes de terrassiers ou de manœuvres. «Une ou deux, ça passe, mais pas plus», dit-elle.
Les fautes d'orthographes restent par ailleurs rédhibitoires dans les branches professionnelles qui recrutent des cadres de haut niveau. Anne-Laure Misslin, responsable de recrutement pour D.L Developpement, une société d'audit et de conseil opérationnel aux entreprises se dit «assez effarée» par le niveau d'orthographe de certaines candidatures. «Un bon CV avec les compétences attendues mais qui a une lettre avec des fautes, je ne le retiens pas», explique-t-elle. Responsable d'une agence d'intérim spécialisée dans le domaine juridique, Steeve Clerget scrute aussi les fautes, «car une secrétaire juridique passe beaucoup de temps à rédiger».
La multitude des candidatures
D'un recruteur à l'autre, le niveau d'exigence et la sensibilité au sujet varient. Si, responsable du contrôle des risques dans une société de Bourse, Philippe se dit «intransigeant» et n'hésite pas à «mettre un CV à la poubelle» à la moindre faute détectée parce que «c'est une question de respect», d'autres s'interrogent davantage, comme ce chef d'une entreprise de design : «Pour moi, il y a faute et faute. Entre mettre un ou deux n à un mot et faire des barbarismes, il y a une nuance.» Seule certitude, si les recruteurs sont parfois tolérants, un texte «bourré» de fautes passe toujours très mal. «Face à une multitude de candidatures pour un même poste, ceux qui envoient un CV impeccableont évidemment plus de chance de franchir la première étape», com­mente un responsable du cabinet de recrutement Michael Page. Les coachs en orthographe ont donc encore de beaux jours devant eux.
«La grammaire est la clarté de la pensée»
 Propos recueillis par Natacha Polony
03/09/2009 | Pour le linguiste Alain Bentolila, un allègement des règles céderait à la démagogie.

Spécialiste de l'apprentissage du vocabulaire et de la grammaire, Alain Bentolila est l'auteur du Verbe contre la barbarie.
LE FIGARO - Que pensez-vous de l'appel lancé par François de Closets pour une simplification de l'orthographe ? 
Alain BENTOLILA - Il est dommage que pour des raisons démagogiques, quelqu'un comme lui se lance dans ce combat. Il faut au préalable distinguer orthographe usuelle et orthographe grammaticale. Tout le monde parle de simplifier l'orthographe, mais ce faisant, on mélange tout. Il est hors de question de simplifier la grammaire, car elle traduit la façon de penser la langue. Accorder des participes, conjuguer correctement un verbe sont des processus fondamentaux. Ils donnent à voir que tel verbe va avec tel sujet, que c'est bien celui-ci qui agit et non un autre, qu'un pronom est d'un genre particulier parce qu'il se rapporte à tel nom, que « laquelle » renvoie à Sophie et non à « Pierre ». Celui qui ne maîtrise pas ça ne parvient pas à structurer le monde et ses catégories. Ce qui transparaît à travers l'orthographe grammaticale est la clarté de la pensée. On ne simplifie pas la puissance de la pensée mise en mots.

Alain Bentolila : «Toute variation de l'orthographe doit être détachée de l'oral»
François de Closets parle de l'injustice qui frappe ceux qui ne sont pas doués d'une bonne mémoire visuelle. 
C'est une bêtise. Simplifier l'orthographe usuelle, la façon dont s'écrivent les mots, c'est rêver d'une coïncidence parfaite entre le son et la lettre. Cette correspondance est déjà de 85 % dans la langue française (elle est de 95 % en espagnol ou en italien et de 60 % en anglais). Il existe une façon de faire correspondre parfaitement la lettre et le son : c'est d'employer l'alphabet phonétique international. Mais ça ne garantit nullement que l'on comprenne ce que l'on retranscrit.
Quel est l'enjeu d'une réforme ? 
L'écriture est la sagesse de la langue, elle est ce qui transcende le temps, ce qui permet de transmettre à des siècles d'intervalle, de lier les générations et les cultures. Il faut que toute variation de l'orthographe soit une variation apaisée et détachée de l'oral
Orthographe : le débat sur la simplification est relancé
Natacha Polony
03/09/2009 |

L'orthographe grammaticale, qui traduit les liens entre les mots, ferait défaut à une part croissante des élèves.
En cette rentrée, l'essayiste François de Closets part en guerre contre une langue «figée» et des règles arbitraires. Au risque de jouer les apprentis sorciers alors que le niveau des élèves s'effondre et que le français finit par perdre son sens.

L'orthographe serait une passion française. Et voilà qu'en cette rentrée 2009, le livre de François de Closets, Zéro Faute, relance la polémique. Le journaliste et essayiste s'y proclame «nul» en orthographe et rescapé miraculeux d'une sélection injuste. Il plaide à grand renfort médiatique pour une «simplification» de cette orthographe française, selon lui à la fois arbitraire et figée.
Partisans d'une sacralisation de la langue contre pragmatiques conscients des difficultés de la jeunesse : l'opposition est si simple qu'elle passe largement à côté de l'essentiel. «On en est encore là  ! s'exclame Françoise Candelier, institutrice. Le problème est toujours posé à l'envers.» Car pour ces professeurs qui sont confrontés chaque jour à des jeunes largement fâchés avec la langue, une réforme de l'orthographe semble une marotte d'intellectuel cabotin. «L'argument de François de Closets sur les treize graphies du son “o” est aberrant, explique par exemple Agnès Joste, professeur de lettres. L'écrit sert à préciser l'oral. Si l'on écrivait “o” partout, on ne comprendrait plus rien, les textes ressembleraient à un sketch de Raymond Devos.» Et de citer l'Allemagne, qui a renoncé ces dernières années à sa réforme de l'orthographe : les Allemands ne comprenaient plus leurs journaux. En revanche, la tentative de l'Académie française en 1990 - qui portait notamment sur la ponctuation et sur les accents circonflexes - a suscité un tollé qu'elle ne méritait pas.
«C'est un poncif de dire que l'orthographe serait arbitraire», plaide Rachel Boutonnet, institutrice et auteur de Pourquoi et comment j'enseigne le b.a.-ba. «Elle l'est beaucoup moins qu'on ne l'imagine. Nombre de règles, si elles ne sont jamais explicitées, n'en existent pas moins. Il faut le prendre comme un jeu dont on apprend peu à peu les subtilités.» Mais cela n'amuse pas tout le monde. L'association Sauver les lettres soumet tous les ans 1 348 élèves à la même dictée du brevet de 1988 : entre 2000 et 2008, le niveau s'est effondré : ils ne sont plus que 14 % à obtenir la moyenne, et deux sur trois à récolter un zéro pointé. Mais rassurons François de Closets, plus aucun élève n'est pénalisé pour cela, et les consignes adressées aux correcteurs du baccalauréat interdisent de retirer plus de deux points pour l'orthographe.
«Ils transcrivent du son et pas du sens»
Marie-Pierre Logelin enseigne le français en lycée professionnel. «Pour 99,9 % d'entre eux, explique-t-elle, mes élèves n'ont pas la moindre orthographe. Pas de syntaxe, pas de ponctuation. Quand ils écrivent sous la dictée, ils transcrivent du son et pas du sens. Ils n'identifient pas les familles de mots, ni leur nature. Le problème relève de l'apprentissage de l'écriture. Ils peuvent par exemple écrire le même mot de deux façons différentes à une ligne d'intervalle, ce qui dénote une indifférence totale vis-à-vis de la norme.» En fait, cette orthographe arbitraire que dénonce François de Closets est celle que l'on dit «usuelle», qui consiste à savoir si «rationnel» prend un «n» ou deux, par opposition à l'orthographe grammaticale, qui désigne les accords de genre et de nombre, les conjugaisons… Or c'est bien cette dernière qui fait défaut à une part croissante de la population.
«Ce débat sur la complexité de la langue tombe à point nommé pour nous rassurer, ironise Françoise Candelier, pour nous persuader que le défaut de maîtrise de la langue qui frappe nos jeunes n'est dû qu'à la complexité du français. Mais comment expliquer, alors, que cela s'aggrave depuis quelques années ?» Si discrimination il y a, elle n'est pas le fait de la langue, plaident les professeurs, mais des programmes qui, jusqu'en 2007, demandaient d'«observer les variations des verbes selon la personne», mais pas d'apprendre les conjugaisons. Un élève de lycée a bénéficié en moyenne de 2 000 heures de cours de français dans sa scolarité, contre 2 800 il y a quinze ans. Réformer l'orthographe n'y changera rien.
Les nouvelles technologies, ennemies du bon français ? 
Agnès Leclair
03/09/2009 |

«Le papier est un support à l'ancienne qui évoque l'école et les règles strictes, rappelle le sociologue Serge Guérin. Tandis que, sur un média moderne, les gens se montrent plus souples et s'accordent le droit d'inventer d'autres normes.» Crédits photo : Le Figaro
SMS et abréviations utilisées sur Internet sont volontiers accusés de faire baisser le niveau.

«Si l'orthographe était libre - libre d'être simplifiée ou non, suivant l'envie du sujet -, elle pourrait constituer une pratique très positive d'expression», plaidait Roland Barthes en 1976 dans une tribune intitulée «Accordons la liberté de tracer». Un plaidoyer que les internautes et les amateurs de SMS se sont approprié sans complexe. C'est ainsi que «cadeau» s'est transformé en «kdo» et «demain» en «2m1», qu'«avant» a perdu son «t»…
L'abandon de la dictée
«Le papier est un support à l'ancienne qui évoque l'école et les règles strictes, rappelle le sociologue Serge Guérin. Tandis que, sur un média moderne, les gens se montrent plus souples et s'accordent le droit d'inventer d'autres normes.» Bien évidemment, la rapidité des messages échangés sur le logiciel de dialogue MSN pousse à la faute. Quant au langage «Texto» ou «SMS», il a aussi été créé pour réduire le nombre de caractères envoyés afin d'alléger ses factures téléphoniques. Mais cette nouvelle manière de rédiger phonétique marque également pour ses jeunes utilisateurs une appartenance à un groupe et une distanciation avec les règles.
«C'est aussi une protection, une manière d'empêcher les autres de mesurer son niveau d'orthographe. Ce langage libère la parole, alors que, quand on écrit une lettre, on a l'impression d'avoir sa maîtresse d'école derrière son épaule», note Serge Guérin. Mais, alors que le langage SMS est désormais utilisé en entreprise et qu'il inonde la Toile, certains vont jusqu'à craindre un abandon de l'orthographe traditionnelle. Les linguistes dénoncent plutôt l'abandon progressif de la dictée ou la manière d'enseigner le français. «En fait, les élèves savent qu'ils utilisent un code», rassure Danièle Manesse, professeur de sciences du langage.

Arrêtons avec les zétagénéros !
CLICANOO.COM | Publié le 20 septembre 2009
“L’enseignement de l’orthographe est en train de s’effondrer”. C’est le journaliste François de Closets qui l’écrit dans un essai intitulé “Zéro faute” et, franchement, on ne sait plus trop quoi en penser. Car de Closets, contre toute attente, n’en fait pas une maladie : d’accord, les jeunes écrivent aujourd’hui un peu n’importe comment, entre les courriels, les SMS et les chats sur MSN ; d’accord, l’écriture n’est plus tant “ce qui fixe la parole” que “de la conversation, du flux pas destiné à rester”. Mais, nous dit de Closets, “contrairement à ce que l’on avait envisagé, les gens écrivent de plus en plus”. Ce dont on ne peut que se réjouir. De fait, de Closets n’a pas tort, l’usage de l’écrit ressemble aujourd’hui à notre société tout entière : c’est du superficiel (souvent), du rapide (toujours) et du fonctionnel (forcément). Mais c’est tout de même de la communication.
L’ennui, c’est que la France avait sacralisé l’orthographe, en avait “fait un culte”, dit le journaliste. Et qu’aujourd’hui, nos djeun’s intègrent de moins en moins ce “respect fétichiste”. Mais le plus gros ennui, surtout, c’est qu’il est trop tard pour revenir en arrière. Que vous écriviez “événement” avec des “é”, des “è” ou bien “aivaineman”, aura de moins en moins d’importance, qu’on se le tienne pour dit. François de Closets en conclut donc qu’il vaut mieux insister sur la grammaire et le vocabulaire (le fond) plutôt que l’orthographe (la forme). Et ouvre la boîte de Pandore, brandit l’arme absolue : utilisons les correcteurs d’orthographes que contiennent nos ordinateurs “à condition que ce soit l’enseignant qui apprenne aux élèves à s’en servir”. On objectera que l’orthographe a tout de même un sens, dans une société. C’est à la fois une discipline que nous imposons à notre cerveau (ça ne fait jamais de mal), une forme de respect envers son lecteur, à qui l’écrivain n’impose pas sa propre forme d’écriture. C’est même, malheureusement parfois, un marqueur du niveau d’éducation : combien de CV et lettres de motivations sont jetées au panier à la seule vue de fautes d’orthographes ? N’en déplaise à François de Closets, l’orthographe restera encore longtemps un régulateur linguistique et social. En même temps, celui-ci ne demande qu’à ouvrir le débat et demande que soient organisés “des états généraux”. Là, on l’arrête tout de suite : les colloques de ce genre, on a déjà donné, et ça nous laisse sur notre faim (ou sur notre fin, ça dépend de la graphie). Et puis d’abord, désormais, on écrit “zétagénéros”. C’est plus facile, na !
David Chassagne - dchassagne@jir.fr
L'orthographe, un jardin à élaguer
LE MONDE | 30.09.09 | 14h38
Le récent ouvrage de François de Closets (Zéro faute, éditions Mille et Une Nuits, 318 p., 20,90 euros) rouvre le débat sur l'orthographe et nous souhaitons souligner quatre points. Tout d'abord, le problème est important. En effet, notre orthographe, l'une des plus difficiles du monde, ne peut être acquise qu'au prix de longs efforts couteux en temps et en argent. Elle pénalise les plus défavorisés et renforce la barrière sociale. Elle accroit le mal-être des dyslexiques. Elle nuit à la francophonie : quitte à apprendre une orthographe difficile, autant passer à l'anglais qui ouvre un marché linguistique autrement plus vaste.
Contrairement aux idées reçues, la complexité de l'orthographe ne relève pas de la fatalité. Dans le cas du français, elle apparait assez tardivement avec la fondation de l'Académie française par Richelieu. Jusque là il existait une grande variété d'usages sans préséance. Avec l'Académie, on assiste à la promotion d'un usage unique mais, par la suite, les Immortels ont constamment remanié leur propre norme, presque toujours dans le sens d'une régularisation : chaque édition de leur Dictionnaire - neuf au total - définit un nouvel état orthographique. Notre orthographe est donc une orthographe réformée et chaque usager est, qu'il le veuille ou non, un réformiste qui s'ignore.
Il reste que, malgré les corrections déjà effectuées, la convention orthographique actuellement en vigueur continue à poser bien des problèmes à bien des gens car le travail de régularisation n'est pas achevé.
Peut-être l'effondrement de la maitrise orthographique pourrait-il être ralenti par un accroissement massif de l'enseignement consacré à l'orthographe, mais où trouver les heures et le financement ? Se pose alors la question de nouvelles régularisations dans la continuité des précédentes. Certes, on peut juger qu'il est devenu inutile de réformer parce qu'il suffit de s'en remettre aux correcteurs orthographiques des ordinateurs, qui deviendront de plus en plus performants.
C'est exact s'agissant de l'orthographe de mots, mais cela est beaucoup moins vrai de l'orthographe grammaticale : l'accord du participe passé avec avoir reste éminemment réformable. D'autre part, cette option impose, surtout, que l'école enseigne à tous les élèves à se servir intelligemment de ces correcteurs de sorte que chacun conserve la pleine maitrise de ses textes. Ce recours aux correcteurs orthographiques implique aussi que tous les élèves francophones - y compris en Afrique et en Haïti - soient équipés gratuitement d'un matériel adéquat. Ce sont là de sérieuses gageüres.
Enfin, rien n'interdit de rêver mais, sans négliger les outils modernes, nous pensons qu'on peut tenir deux fers au feu et que l'Académie française doit poursuivre sa mission de régularisation. Les plus grands écrivains, comme Ronsard, Corneille, Racine ou Voltaire ont toujours activement combattu pour la rationalisation de l'orthographe.
L'Académie a réformé pour le plus grand bien de tous et, dans le même esprit, c'est-à-dire de façon modérée et progressive, elle doit cultiver cette tradition. Représentant par excellence les écrivains, elle pourrait le faire en liaison avec les enseignants et les linguistes, sans oublier les éditeurs, qui peuvent reprendre le flambeau de Tory, de Pelletier du Mans ou de Firmin-Didot. La presse aussi, dont Le Monde, doit jouer son rôle.
Les Recommandations de l'Académie française de 1990 sont maintenant largement adoptées par tous les dictionnaires et correcteurs informatiques et sont recommandées par le ministère de l'éducation nationale. L'orthographe n'est pas une vache sacrée à jamais intouchable mais un jardin que l'on doit entretenir avec respect en élaguant ce qu'il faut : l'orthographe est faite pour l'homme et non l'homme pour l'orthographe.
NB : ce texte est orthographié selon les Recommandations du Conseil supérieur de la langue française de 1990 approuvées par l'Académie française.

Bernard Cerquiglini, recteur de l'Agence universitaire de la francophonie ;
Jean-Claude Chevalier, professeur émérite (Paris-VII) ;
Pierre Encrevé, directeur d'études à l'EHESS ;
André Goosse, président du Conseil international de la langue française ;
Renée Honvault, linguiste ;
Jean-Pierre Jaffré, lingusite ;
Jean-Marie Klinkenberg, président du Conseil de la langue française ;
Gilbert Lazard, de l'Institut ;
Michel Masson, professeur émérite (Paris-III) ;
Bernard Quemada, directeur de recherches au CNRS ;
Henriette Walter, professeur à l'université de Haute-Bretagne ;
Viviane Youx, présidente de l'Association française des enseignants de français.
Article paru dans l'édition du 01.10.09.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 15:29
J'ai parlé récemment de l'expo photo fixée en ce moment sur les grilles de l'hôtel de ville de Saint-Denis.
Après les photos d'oiseaux, voici les baleines et les dauphins.


baleine à bosse et son baleineau
photo : Eric Lamblin



Les dauphins (tursiops aduncus) vivent en groupe solidaire le long des côtes
photo : Eric Lamblin
baleine à bosse (megaptera novaeangliae) ; jeune mâle longeant le récif corallien
photo : Eric Lamblin
ce jeune mâle reste à quelques mètres de fond sans bouger pour chanter
photo : Eric Lamblin
câlin de baleine à son baleineau
photo : Eric Lamblin
cortège de dauphins Tursiops aduncus pour baleines à bosse ; les rencontres entre ces deux espèces sont souvent des moments de jeux partagés
photo : Eric Lamblin

http://fondationabyss.blogspot.com/

Le Quotidien du 29/09/09

Les baleines d'Abyss

Sous l'eau ou en l'air, c'est fou comme ces gros mammifères marins sont joueurs... Découvrez ici les images spectaculaires prises par les membres de l'association Abyss.

Voici de splendides images de baleines prises par l'association Abyss dont le projet est d'observer les cétacés et de les comprendre, tout en partageant cette passion avec le public. Cette association sans but lucratif se finance grâce au tourisme scientifique : il est en effet possible d'accompagner les membres d'Abyss toute l'année lors de sorties naturalistes en mer.

23/09/09 - L.B

L’oreille collée aux baleines

Le monde du silence est en réalité peuplé de chants aussi étranges qu’harmonieux. Fabrice Schnoller et sa jeune association Abyss ont entrepris de tendre leur micro aux baleines.

Vous aviez l’image ? Voici le son. Il faut voir Fabrice Schnoller imiter le chant d’une baleine à bosse. Quelque part entre le beuglement, le grognement et le sifflement. Sans faire injure à ses talents d’imitateur animalier, on pourra se faire une meilleure idée en écoutant un des nombreux enregistrements qu’il a mis en ligne. Ou mieux, partir en balade avec sa jeune association, Abyss.

L’aventure a débuté il y a deux ans. Quelques copains, une coque de noix et une caméra à peu près étanche. L’idée : observer les cétacés, les filmer, les enregistrer et surtout partager cette passion avec le maximum de gens.

« Finalement, on a vu que notre démarche intéressait de plus en plus de monde. On a décidé d’acheter un bateau plus grand et de monter une association », explique Fabrice. Les statuts sont déposés en juillet dernier. Moins de trois mois plus tard, Abyss a déjà plus de 80 membres. « En ce moment, les deux moteurs du bateau ont du mal à refroidir », avoue le jeune président. Dauphin, baleine, cachalot : chaque rencontre est saluée par des rafales de photos, films et prises de son. « Notre truc, c’est l’open source, le partage de données », ajoute Fabrice. Tout est quasiment mis en ligne le jour même sur le site de l’association et accessible à tout le monde.

Lorsque les clichés des caudales sont assez nets pour permettre une photo-identification, ils sont envoyés à Globice.

« Un mystère à découvrir »
Fabrice, lui, se passionne particulièrement pour l’étho-acoustique qui étudie l’interaction des sons et des comportements. De son passage à « Central », il a hérité d’un bagage certain en physique acoustique qu’il a complété à La Réunion par un master en biologie marine sur les cachalots. À chaque sortie, il commence par stopper ses moteurs et plonger ses micros. « Le premier chant, c’est un peu comme le premier saut : on ne l’oublie pas. » Quand la météo et le relief sous-marin s’y prêtent, ce chant est repérable à des milles à la ronde.

Chant des baleines à bosse, clicks des dauphins et codas des cachalots : chacun de ces sons est collecté, « parce qu’il est autant de signes de l’intelligence et de la sociabilité de ces animaux hors du commun. » Quant à savoir quel rôle jouent ces chants dans leurs relations sociales, « ça reste encore un mystère à découvrir. »

Autour du jeune président, on trouve d’autres fêlés comme Dimitri, docteur en biologie moléculaire. Au retour de chaque mission, la petite équipe « dérushe » ses bandes et tente de restituer les chants enregistrés sur des partitions appelées sonogrammes. « Il s’agit de graphiques représentant {}les gammes de fréquences des sons suivant le temps. » Ces sonogrammes viennent ensuite enrichir la base de données où ils sont mis en relation avec les images, les comportements. Fabrice l’avoue, cette approche reste très anthropomorphique – « les baleines ont une audition bien plus développée que la nôtre » – mais a le mérite de mettre en avant la structure du chant et de montrer sa complexité.

Et que dire des dauphins dont les clicks sont encore bien mystérieux. Fabrice le concède volontiers, il a beau être bavard, il a trouvé ses maîtres : les longs becs ont vite fait de clouer le sien.

"Le premier chant de baleine, c'est un peu comme le premier saut : on ne l'oublie pas", explique Fabrice Schnoller. (Photo Abyss)

http://www.facebook.com/pages/La-Montagne-France/ABYSS-the-ears-of-the-ocean/80853984481

les photos ci-dessous proviennent du site du Quotidien (photos Abyss)

Partager cet article

Repost0